Changer d'édition

Le Labour promet l'internet gratuit pour tous
International 15.11.2019

Le Labour promet l'internet gratuit pour tous

Jeremy Corbyn, leader travailliste, multiplie les annonces de nationalisation.

Le Labour promet l'internet gratuit pour tous

Jeremy Corbyn, leader travailliste, multiplie les annonces de nationalisation.
Photo : AFP
International 15.11.2019

Le Labour promet l'internet gratuit pour tous

Le principal parti d'opposition britannique a promis, vendredi, l'accès au très haut débit libre pour tous s'il remporte les élections du 12 décembre. Il s'agit de l'engagement le plus spectaculaire d'une campagne marquée par des annonces onéreuses.

(AFP) - La facture ne cesse de s'allonger à moins d'un mois des législatives au Royaume-Uni. Critiqués pour leurs hésitations concernant la sortie de l'Union européenne, les travaillistes, menés par un Jeremy Corbyn très à gauche, ont promis un programme «radical». En plus des nationalisations en rafale et des investissements dans les services publics, «il est temps de rendre le haut débit à fibre optique le plus rapide gratuit pour tous, dans tous les foyers du pays», a déclaré le chef du Labour, vendredi. 

Le coût de ce projet est évalué à 23 milliards d'euros. Mais le montant est largement sous-estimé, a mis en garde le directeur général de l'opérateur télécoms BT, Philip Jansen. Le fonctionnement annuel, évalué à 269 millions d'euros, serait financé via des taxes imposées à des géants de la tech tels qu'Amazon, Facebook et Google.

Jeremy Corbyn, qui avait déjà annoncé qu'il comptait nationaliser «le rail, la poste, et l'eau», veut aussi nationaliser en partie BT dont sa filiale qui gère le réseau Openreach. «Seulement 8 à 10% des bâtiments sont connectés au haut débit via la fibre optique contre 98% en Corée du Sud. Il y a clairement quelque chose qui ne va pas», a remarqué le leader travailliste. 

 

 Les conservateurs ont qualifié de «fantaisiste» la promesse de leurs rivaux politiques, affirmant qu'elle coûterait des milliards de livres en impôts aux Britanniques. Soucieux de rompre avec leur image de chantres de l'austérité, les Tories du parti du Premier ministre Boris Johnson ont eux aussi promis d'importantes dépenses dans les infrastructures, des embauches de policiers et de nouveaux hôpitaux. 


Sur le même sujet

«Renégocier l'accord de Brexit n'est pas réaliste»
Le président sortant de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a jugé mardi sur la BBC que la proposition du chef de l'opposition britannique, le travailliste Jeremy Corbyn, de négocier un nouvel accord de sortie de l'Union européenne n'était pas «réaliste».
(FILES) In this file photo taken on October 17, 2019 President of the European Commission Jean-Claude Juncker looks on as he addresses a press conference at a European Union Summit at European Union Headquarters in Brussels. - The president of the European Commission, Jean-Claude Juncker, will undergo surgery on November 11 to treat an aneurysm, members of his inner circle told AFP on October 31, 2019. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
Les 27 s'accordent pour un report du Brexit
Les pays membres de l'Union européenne ont donné leur feu vert ce lundi pour accorder un différé de la date de sortie du Royaume-Uni jusqu'au 31 janvier 2020. Boris Johnson, de son côté, va à nouveau tenter de déclencher des élections anticipées.
EU and Union flags belonging to Brexit activists fly outside the Houses of Parliament in London on October 23, 2019. - British Prime Minister Boris Johnson could pivot towards a general election as the EU mulls granting a Brexit deadline extension on Wednesday, after a fresh twist to the divorce saga cast doubt over his hopes of leaving on October 31. In tense parliamentary votes on Tuesday, Johnson won initial backing for the divorce deal he agreed with the EU -- but MPs then rejected his timetable to rush it through parliament in a matter of days. (Photo by Tolga Akmen / AFP)