Changer d'édition

Le Labour d'accord pour des élections anticipées en décembre
International 2 min. 29.10.2019

Le Labour d'accord pour des élections anticipées en décembre

Jeremy Corbyn: «Notre condition d'exclure une sortie sans accord est désormais remplie».

Le Labour d'accord pour des élections anticipées en décembre

Jeremy Corbyn: «Notre condition d'exclure une sortie sans accord est désormais remplie».
Photo: AFP
International 2 min. 29.10.2019

Le Labour d'accord pour des élections anticipées en décembre

Le parti travailliste a donné mardi son accord à la convocation de législatives en décembre au Royaume-Uni, apportant un soutien déterminant à la tenue de ces élections voulues par Boris Johnson pour sortir le Brexit de l'impasse.

(AFP) -  Après le troisième report de la sortie de l'Union européenne accordé par Bruxelles, Boris Johnson s'est lancé dans une nouvelle tentative d'appeler les Britanniques aux urnes. Il espère ainsi se redonner la majorité absolue, ce qui lui permettrait d'enfin honorer sa promesse de mettre en oeuvre le Brexit, pour lequel les Britanniques ont voté à 52% au référendum de juin 2016.

Les députés doivent se prononcer mardi sur ce scrutin, qui serait le deuxième anticipé en deux ans, visant à sortir le Royaume-Uni de la profonde crise politique dans laquelle il est plongé. Réticents jusqu'à présent, les travaillistes ont fini par s'y résoudre.


A video grab from footage broadcast by the UK Parliament's Parliamentary Recording Unit (PRU) shows Britain's Prime Minister Boris Johnson listening as Britain's main opposition Labour Party leader Jeremy Corbyn speaks at the beginning of a debate (PMQs) and subsequent vote on an Early Parliamentary General Election, in the House of Commons in London on October 28, 2019. - British Prime Minister Boris Johnson will make a fresh push on Monday for an early election as EU leaders prepare to back yet another Brexit delay, just days before the departure deadline. Johnson was forced to abandon his promise to leave the European Union on October 31, after MPs demanded he ask for more time while they debate the divorce terms he struck with Brussels. (Photo by HO / various sources / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT " AFP PHOTO / PRU " - NO USE FOR ENTERTAINMENT, SATIRICAL, MARKETING OR ADVERTISING CAMPAIGNS
Johnson revient à la charge pour convoquer des élections
Le Premier ministre britannique tente ce mardi une quatrième fois de convoquer des élections anticipées en décembre pour obtenir une majorité et sortir de l'impasse le Brexit, qui a été repoussé une troisième fois.

«Notre condition d'exclure une sortie sans accord est désormais remplie», avec le report de la date du Brexit accordé par l'Union européenne, a déclaré le chef du Labour, Jeremy Corbyn devant les membres haut placés de son parti, promettant «la campagne la plus ambitieuse et la plus radicale pour un véritable changement que notre pays ait jamais vue».

Mardi pourtant, la Chambre des communes avait rejeté le texte du gouvernement en vue de convoquer des élections le 12 décembre, dont l'approbation requérait la majorité des deux tiers.

Pas de Brexit avant les élections  

Mais déterminé à mettre un terme à cette «paralysie», le chef du gouvernement organise un nouveau vote mardi au Parlement. Mettant à profit les subtilités du système électoral britannique, il passe par une procédure ne rendant nécessaire qu'une majorité simple mais ouvrant la voie à une bataille d'amendements, notamment sur la date des législatives.

Outre la procédure, ce qui a changé en 24 heures, c'est que l'opposition a obtenu l'assurance qu'il y aurait pas de Brexit avant les élections. La motion rejetée lundi donnait le temps au Parlement de voter dans les jours qui viennent l'accord de sortie de l'UE négocié par Boris Johnson à Bruxelles. Compte tenu des modalités du report accordé par Bruxelles, une ratification par les députés en novembre aurait entraîné un départ automatique au 1er décembre, avant les législatives.

Impensable pour les opposants à cet accord. Après des assurances des conservateurs selon lesquelles l'accord de divorce ne serait plus soumis à des débats, plusieurs partis d'opposition se sont donc dits prêts à soutenir des élections anticipées.   


Sur le même sujet

Toutes les options restent ouvertes concernant le Brexit
Le gouvernement de Boris Johnson a martelé ce week-end que le Brexit aurait lieu le 31 octobre comme prévu, bien qu'il ait été contraint par le Parlement d'écrire à Bruxelles pour demander un report, un coup de théâtre qui relance l'incertitude sur les modalités du divorce.
Demonstrators with placards and EU and Union flags gather in Parliament Square in central London on October 19, 2019, as they take part in a rally by the People's Vote organisation calling for a final say in a second referendum on Brexit. - Thousands of people march to parliament calling for a "People's Vote", with an option to reverse Brexit as MPs hold a debate on Prime Minister Boris Johnson's Brexit deal. (Photo by ISABEL INFANTES / AFP)
«Cet accord est le meilleur possible»
Si les 27 pays de l'Union européenne ont validé, jeudi soir, l'accord sur le Brexit proposé par Boris Johnson, le Premier ministre luxembourgeois, Xavier Bettel, a fait part de sa lassitude face à un sujet qui monopolise l'attention depuis des mois.
Luxembourg's Prime minister Xavier Bettel talks to the press as he arrives for an European Union Summit at European Union Headquarters in Brussels on October 17, 2019. (Photo by ARIS OIKONOMOU / AFP)
«Cet accord est le meilleur possible»
Si les 27 pays de l'Union européenne ont validé, jeudi soir, l'accord sur le Brexit proposé par Boris Johnson, le Premier ministre luxembourgeois, Xavier Bettel, a fait part de sa lassitude face à un sujet qui monopolise l'attention depuis des mois.
Luxembourg's Prime minister Xavier Bettel talks to the press as he arrives for an European Union Summit at European Union Headquarters in Brussels on October 17, 2019. (Photo by ARIS OIKONOMOU / AFP)
Johnson et Varadkar ravivent l'espoir d'un accord
Le Premier ministre britannique et son homologue irlandais assurent entrevoir «un chemin» vers un compromis sur la question clé de la frontière irlandaise, dans le cadre du Brexit d'ici à sa date prévue le 31 octobre.
La poignée de mains est franche et ferme entre le Premier ministre irlandais, Leo Varadkar (à g.) et son homologue britannique, Boris Johnson
Le scénario d'un «no deal» enterré par le Parlement
La Chambre des Lords britannique a adopté définitivement vendredi le texte de loi visant à bloquer une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne sans accord, infligeant une nouvelle défaite au Premier ministre Boris Johnson, opposé à une telle initiative.
Le texte adopté ce vendredi par la Chambre des Lords vise à repousser de trois mois le Brexit, prévu le 31 octobre