Changer d'édition

Le groupe Etat islamique annonce la mort de son chef
International 3 min. 01.12.2022
Terrorisme

Le groupe Etat islamique annonce la mort de son chef

Le commandement militaire américain au Moyen-Orient (Centcom) a précisé qu'Abou Hassan al-Hachimi al-Qourachi avait été tué à la mi-octobre dans la province de Daraa, dans le sud de la Syrie.
Terrorisme

Le groupe Etat islamique annonce la mort de son chef

Le commandement militaire américain au Moyen-Orient (Centcom) a précisé qu'Abou Hassan al-Hachimi al-Qourachi avait été tué à la mi-octobre dans la province de Daraa, dans le sud de la Syrie.
Photo: AFP
International 3 min. 01.12.2022
Terrorisme

Le groupe Etat islamique annonce la mort de son chef

Le porte-parole de l'EI a annoncé qu'un nouveau «calife des musulmans», Abou Al-Hussein al-Husseini al-Qourachi, avait été nommé.

(AFP) - Le groupe jihadiste Etat islamique (EI), qui avait instauré un régime de terreur en Irak et en Syrie avant d'être défait, a annoncé mercredi le décès de son chef, tué au combat, et la nomination d'un successeur.


A Belgian police officer stands in the courtroom at the Justitia building in Brussels on November 30, 2022, ahead of the trial against the nine alleged jihadists accused of taking part in the March 2016 suicide bombings. - Belgium's worst peacetime massacre left 32 dead and hundreds marked for life. Now, six and a half years later, Brussels will host its biggest ever criminal trial. (Photo by Stephanie LECOCQ / POOL / AFP)
Ouverture du procès en présence de Salah Abdeslam
Le procès des attentats de 2016 à Bruxelles s'est ouvert mercredi dans la capitale belge, en présence du jihadiste français déjà condamné à la perpétuité incompressible en France pour les attaques du 13 novembre 2015.

Dans un message audio, le porte-parole du groupe a indiqué qu'Abou Hassan al-Hachimi al-Qourachi, un Irakien, avait trouvé la mort «en combattant les ennemis de Dieu», sans autre détail sur le lieu, la date ou les circonstances de sa mort.

Le commandement militaire américain au Moyen-Orient (Centcom) a précisé qu'Abou Hassan al-Hachimi al-Qourachi avait été tué à la mi-octobre dans la province de Daraa, dans le sud de la Syrie, par l'armée syrienne libre, un ensemble de groupes qualifiés de rebelles par Washington.

Nouvelle nomination dans la foulée

La province de Daraa est majoritairement contrôlée par les forces gouvernementales syriennes et des rebelles qui ont conclu des accords avec le régime. A la mi-octobre, Damas avait annoncé avoir lancé une opération conjointe contre l'EI avec des combattants locaux dans le sud de la province. «Nous saluons l'annonce qu'un autre chef de l'EI ne foule plus le sol de la Terre», a déclaré le porte-parole du conseil de sécurité nationale américain, John Kirby.

Le porte-parole de l'EI a également annoncé qu'un nouveau «calife des musulmans», Abou Al-Hussein al-Husseini al-Qourachi, avait été nommé. Il s'agit du quatrième chef de l'organisation jihadiste, les trois précédents ayant été tués.


Cinq personnes avaient été tuées lors de l'attentat du 11 décembre 2018.
Attentat à Strasbourg en 2018: fin des investigations
Les magistrats antiterroristes chargés de l'information judiciaire sur l'attentat du marché de Noël de Strasbourg, qui avait fait 5 morts en décembre 2018, ont terminé leurs investigations, a appris l'AFP samedi de source proche du dossier.

Il n'a pas donné non plus d'indication sur le nouveau chef du groupe, qui porte le même nom de famille que son prédécesseur. Al-Qourachi se réfère à la tribu du prophète Mahomet, dont le «calife» autoproclamé doit être un descendant. Selon le porte-parole, le nouveau «calife» compte parmi les «anciens moujahidine» (combattants de la foi) du groupe.

La porte-parole de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, a refusé de commenter une éventuelle implication américaine dans l'opération qui a conduit à la mort du chef jihadiste. «Nous sommes heureux d'assister aux départs des chefs de l'EI d'une manière aussi rapide», a-t-elle déclaré à la presse. «Les Etats-Unis restent déterminés à contrer la menace globale posée par l'EI et sont prêts à travailler avec leurs partenaires internationaux», a-t-elle ajouté.

Milliers de prisonniers

Après une montée en puissance fulgurante en 2014 en Irak et en Syrie, et la conquête de vastes territoires, l'EI a vu son «califat» autoproclamé être renversé sous le coup d'offensives successives dans ces deux pays, en 2017 en Irak et en 2019 en Syrie.

Mais malgré la perte de ses fiefs en Syrie et en Irak, le groupe continue de revendiquer des attaques dans ces deux pays à travers des cellules dormantes.


Police officers stand guard near the scene of a stabbing attack in Brussels, on November 10, 2022. - A Belgian police officer was killed Thursday in a knife attack in Brussels, authorities said, with officials probing the motive of the assailant. A judicial source told AFP there was "a suspicion" that terrorism could have been the reason for the assault, but investigators have yet to gather evidence to substantiate it. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
Un policier tué dans une attaque au couteau à Bruxelles
Le parquet fédéral belge, compétent en matière de terrorisme, a été saisi jeudi soir de l'enquête sur l'attaque au couteau qui a coûté la vie à un policier à Bruxelles, a indiqué un porte-parole du parquet.

L'organisation a également étendu son influence dans d'autres régions du monde comme dans la zone du Sahel, au Nigeria, au Yémen ou en Afghanistan, où elle revendique régulièrement des attentats. Des milliers de jihadistes présumés capturés lors de la défaite du groupe sont détenus en Irak et en Syrie.

Le groupe jihadiste sunnite avait instauré un régime de terreur dans les régions sous son contrôle en Syrie et en Irak, imposant une stricte application de la loi islamique et se livrant à de nombreuses exactions dont certaines étaient mises en scène dans des vidéos insoutenables, devenues une arme de propagande. Il avait persécuté les minorités dont les Yazidis en Irak, l'ONU l'accusant de «génocide» à leur égard.

Le premier chef tué en 2019

Le premier chef de l'EI, Abou Bakr al-Baghdadi al-Qourachi, avait été tué lors d'un raid américain en 2019 en Syrie et son successeur, Abou Ibrahim al-Hachimi al-Qourachi, a été éliminé en février dernier dans une opération des forces spéciales américaines dans le nord-ouest du pays.

Les Etats-Unis ont continué par la suite à cibler les chefs de deuxième plan de l'organisation. En juillet, ils avaient annoncé avoir tué le chef du groupe EI pour la Syrie lors d'une frappe de drone dans le nord-ouest du pays.


Sur le même sujet

La mort du chef du groupe Etat islamique (EI), cible d'un raid américain en Syrie, a ouvert la question de sa succession à la tête du mouvement jihadiste mais la liste des potentiels remplaçants est courte, soulignent les experts.
Le commandement militaire irakien a annoncé avoir fourni la localisation du chef du groupe jihadiste Etat islamique Abou Bakr al-Baghdadi en Syrie pour le raid américain qui l'a tué.
Donald Trump a annoncé dimanche la mort du chef du groupe Etat islamique (EI), Abou Bakr al-Baghdadi lors d'une opération militaire dans le nord-ouest de la Syrie. C'est un succès à l'international pour le président américain mais qui a été accueilli avec retenue par ses alliés européens.
This handout picture taken and released by the White House on October 27, 2019 shows US President Donald Trump (C) watching in the Situation Room as US Special Operations forces close in on ISIS leader Abu Bakr al-Baghdadi. - Trump confirmed the death of Islamic State chief Abu Bakr al-Baghdadi, the world's most wanted man, during an overnight US special operation in northwest Syria. Baghdadi died after exploding a suicide 'vest.' (Photo by Handout / White House / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / WHITE HOUSE" - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS
Le "califat" autoproclamé par l'organisation jihadiste la plus redoutée au monde a été éliminé par les forces arabo-kurdes soutenues par les Etats-Unis, après la conquête samedi du dernier territoire tenu par le groupe Etat islamique (EI) en Syrie.
(FILES) In this file photo taken on March 02, 2017 Smoke billows in the background as Syrian regime fighters advance to retake the ancient city of Palmyra, from Islamic State (IS) group fighters. - Kurdish-led forces announced on March 23, 2019 they had fully captured the Islamic State group's last bastion in eastern Syria and declared the total elimination of the jihadists' "caliphate". (Photo by STR / AFP)
Après la décapitation d'un troisième otage occidental
L'Etat islamique, qui a revendiqué la décapitation d'un troisième otage occidental, a bâti sa fulgurante ascension sur des méthodes brutales, un islam intransigeant et la fascination qu'il exerce sur les jihadistes, notamment étrangers.
Le Britannique David Haines est le troisième otage à avoir été décapité après la mort de deux journalistes américains