Changer d'édition

Le gouvernement français enfin remanié
International 5 min. 04.07.2022
Politique

Le gouvernement français enfin remanié

Chef des urgences du centre hospitalier régional (CHR) de Metz-Thionville, le médecin urgentiste François Braun a été nommé ministre de la Santé et de la Prévention.
Politique

Le gouvernement français enfin remanié

Chef des urgences du centre hospitalier régional (CHR) de Metz-Thionville, le médecin urgentiste François Braun a été nommé ministre de la Santé et de la Prévention.
Photo: AFP
International 5 min. 04.07.2022
Politique

Le gouvernement français enfin remanié

Alliés de LREM promus, Damien Abad exfiltré: le gouvernement a été enfin remanié lundi matin, deux semaines après les législatives, avec l'objectif de lancer le second quinquennat d'Emmanuel Macron.

(AFP) - Déjà critiquée par les oppositions qui dénoncent un «jeu de chaises musicales», la nouvelle équipe gouvernementale se réunira pour un premier conseil des ministres à 16H00, a précisé l'Élysée dans un communiqué.


La nomination de Mme Borne, 58 ans, dont le portefeuille était déjà placé sous la tutelle du ministère de la Transition écologique, «est une évidence» selon le gouvernement français.
Macron reçoit les partis, Borne pas encore partie
S'il a refusé la démission de sa Première ministre, le président français doit désormais négocier avec ses adversaires pour ne pas voir sa politique bloquée à l'Assemblée nationale.

L'ex-ministre de la Santé Olivier Véran, actuel ministre des Relations avec le Parlement, a été nommé porte-parole du gouvernement, poste occupé depuis un mois et demi par Olivia Grégoire, et sera «chargé du renouveau démocratique». M. Véran est lui-même remplacé par l'actuel ministre du Commerce Franck Riester, et Mme Grégoire devient ministre des PME, du commerce, de l'artisanat et du tourisme.

Damien Abad (Solidarités et personnes handicapées), objet d'une enquête du parquet de Paris pour tentative de viols après la plainte d'une femme et d'un troisième témoignage à son encontre lundi matin sur BFMTV, sort du gouvernement. Il est remplacé par le patron de la Croix-Rouge Jean-Christophe Combe.

Alors que le camp macroniste ne compte plus qu'une majorité relative à l'Assemblée nationale après la claque des législatives, Christophe Béchu, un proche d'Edouard Philippe, allié de LREM avec son parti Horizons, est promu ministre de la Transition écologique, en remplacement d'Amélie de Montchalin, battue aux élections législatives, en plus du portefeuille de la Cohésion des territoires qu'il occupait jusque-là.

Un médecin mosellan au gouvernement

La députée Horizons Agnès Firmin Le Bodo est nommée ministre déléguée à l'Organisation territoriale et aux professions de santé, tandis que le MoDem Jean-Noël Barrot sera chargé à Bercy de la Transition numérique et des télécommunications.

Battue également lors des législatives, la ministre de la Santé Brigitte Bourguignon est remplacée par l'urgentiste François Braun, qui sera aussi chargé de la Prévention. Chef des urgences du centre hospitalier régional (CHR) de Metz-Thionville et président de l'influente association Samu-Urgences de France, il avait été chargé en juin par Emmanuel Macron d'une «mission flash» sur les «soins non programmés», en pleine crise des urgences.

Il a remis son rapport jeudi à Elisabeth Borne, qui en a retenu «toutes les propositions» et annoncé plusieurs mesures, dont une revalorisation du travail de nuit à l'hôpital. Le Dr Braun sera donc chargé d'appliquer ses propres remèdes.

Parmi les entrants, la cheffe économiste de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) Laurence Boone secrétaire d'État chargée de l'Europe en remplacement de Clément Beaune, qui part aux Transports.


Elysee Palace General Secretary Alexis Kohler announces appointements for a French government reshuffle at the Elysee Palace in Paris, on May 20, 2022. - The French president reshuffled his government on May 20 ahead of parliamentary elections in June. The appointments come nearly a month after his re-election in late April, and naming a new prime minister on May 16. (Photo by Ludovic MARIN / AFP)
La surprise Pap Ndiaye et un jeu de chaises musicales
L'historien Pap Ndiaye à l'Education et un vaste jeu de chaises musicales: un mois après la réélection d'Emmanuel Macron, et à trois semaines des législatives, la France s'est enfin dotée vendredi d'un nouveau gouvernement oscillant entre renouvellement et recyclage.

Olivier Becht (Renaissance) est nommé ministre délégué au Commerce extérieur, l'ancien préfet Jean-François Carenco ministre délégué des Outre-mers auprès du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin en remplacement de Yaël Braun-Pivet, élue présidente de l'Assemblée nationale fin juin. Le député LREM Hervé Berville sera secrétaire d'Etat à la Mer, en remplacement de Justine Benin, elle aussi battue aux législatives.

C'est aussi le retour de l'ex-ministre Marlène Schiappa, nommée secrétaire d'État chargée de l'Économie sociale et solidaire et de la vie associative.

«Compétents» et «politiques»

Ce remaniement, puis le discours de politique générale prononcé par Elisabeth Borne mercredi - pour lequel elle n'a toujours pas dit si elle solliciterait la confiance des députés par un vote - doivent permettre de clore ce qui a paru comme une longue période de flottement pour l'exécutif, depuis la réélection d'Emmanuel Macron le 24 avril, il y a près de deux mois et demi.


TOPSHOT - French far-right party Rassemblement National (RN) presidential candidate Marine Le Pen reacts at the Pavillon d'Armenonville in Paris on April 24, 2022 after the announcement of the first projections by polling firms of the French presidential election's second round results. (Photo by Thomas SAMSON / AFP)
En Lorraine, les voix se partagent entre Macron et Le Pen
Alors qu'ils avaient unanimement placé Marine Le Pen en tête lors du premier tour, les quatre départements lorrains ont, lors du second tour, été plus partagés.

L'exécutif devait résoudre une équation complexe. D'abord remplacer les trois ministres qui ont échoué aux législatives, toutes des femmes: Amélie de Montchalin, Brigitte Bourguignon et Justine Benin. Sans compter Yaël Braun-Pivet.

Mais aussi parvenir à un subtil dosage des représentants des différentes forces politiques alliées de la majorité après les résultats décevants des législatives. D'aucuns, y compris dans la majorité, dont le président du MoDem François Bayrou, avaient appelé dans ce contexte à la nomination de ministres au profil «politique», et non technocrate.

Il s'agissait aussi de régler le cas sensible de Damien Abad, caillou dans la chaussure de l'exécutif.

Chrysoula Zacharopoulou, la secrétaire d'État chargée du Développement qui fait face à deux plaintes pour viol déposées par des patientes de son cabinet de gynécologie, quant à elle, reste.

«Galère de recrutement»

Les premières réactions de l'opposition sont sévères. «La Macronie en galère de recrutement», a tweeté la présidente du groupe LFI à l'Assemblée nationale, Mathilde Panot, en raillant «des grandes consultations des forces politiques qui durent deux semaines pour au final... faire revenir Marlène Schiappa», tandis que le porte-parole du PCF Ian Brossat critiquait un «nouveau jeu de chaises musicales au gouvernement».


(FILES) In this file photo taken on October 25, 2017 French Transports Minister Elisabeth Borne leaves after the Elysee Presidential Palace after the weekly cabinet meeting in Paris. - Elisabeth Borne was named as the new French Prime Minister on May 16, 2022. (Photo by Patrick KOVARIK / AFP)
Elisabeth Borne, une technicienne issue de la gauche à Matignon
Deuxième femme nommée Première ministre sous la Ve République, Elisabeth Borne, 61 ans, est une technicienne issue de la gauche réputée tenace et dont la loyauté pendant tout le dernier quinquennat, dans trois ministères difficiles, a fait la différence pour accéder à Matignon.

La députée EELV Sandrine Rousseau a, elle, dénoncé la reprise du portefeuille de la Transition écologique par Christophe Béchu, «jamais croisé sur la moindre lutte écologiste».

Point commun des nouveaux membres du gouvernement, leur capacité à «pouvoir partager la feuille de route qui a été choisie par les Français» avec l'élection de M. Macron, avait fait valoir dimanche la présidente du groupe LREM à l'Assemblée nationale Aurore Bergé, laissant entendre que les oppositions qui réclament un projet «amendé» en seront pour leurs frais.

Maintenant formé, ce «collectif» est «installé définitivement, parce que nous sommes là pour durer», et va devoir «répondre aux préoccupations des Français», au premier rang desquelles celle du pouvoir d'achat, a-t-elle rappelé.


(FILES) In this file photo taken on June 18, 2017 ballots are pictured inside an urn at a polling station in Authon, central France, during the second round of the French parliamentary elections (elections legislatives in French). - French voter head to the polls on June 12 and 19, 2022 in French parliamentary election battle between a new left-wing coalition, Nupes (Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale - New People's Ecologic and Social Union) and allies of centrist President. (Photo by GUILLAUME SOUVANT / AFP)
Élections, pièges abscons?
À l'issue du 1er tour des élections législatives en France, le taux d'abstention (52,49%) s'est retrouvé de nouveau au cœur des débats. Si le vote obligatoire apparaît comme une évidence, réglerait-il pour autant le problème ?

Le tant attendu projet de loi sur le pouvoir d'achat arrivera devant l'Assemblée nationale le 18 juillet, avec pour objectif son adoption «avant la fin du mois de juillet et début août maximum, pour avoir des effets très rapides pour les Français», a souligné dimanche Yaël Braun-Pivet.

Les députés LR ont d'ores et déjà fixé des «conditions sine qua non» (carburant à 1,50 euro le litre, revalorisation du travail, baisse de la CSG pour les retraités) pour qu'ils votent le texte, a averti le patron du groupe, l'ex-ministre Olivier Marleix, sur France 2 lundi matin.


Sur le même sujet

Législatives françaises
Deux mois après la réélection d'Emmanuel Macron, le camp du président français a perdu, ce dimanche, la majorité présidentielle. Voici cinq choses à retenir du scrutin de l'élection des 577 députés.
An French electoral card is stamped in Carhaix-Plouguer, western France, during the second round of French legislative elections, on June 19, 2022. (Photo by FRED TANNEAU / AFP)
Ensemble! a largement perdu la majorité absolue de 289 sièges à l'Assemblée nationale à l'issue du second tour des législatives dimanche, face à l'alliance de la gauche unie Nupes qui devient la principale opposition et à une très forte percée du RN.
France's President Emmanuel Macron casts his ballot next to his wife Brigitte Macron during the second stage of French parliamentary elections at a polling station in Le Touquet, northern France on June 19, 2022. (Photo by Michel Spingler / POOL / AFP)
L'historien Pap Ndiaye à l'Education et un vaste jeu de chaises musicales: un mois après la réélection d'Emmanuel Macron, et à trois semaines des législatives, la France s'est enfin dotée vendredi d'un nouveau gouvernement oscillant entre renouvellement et recyclage.
Elysee Palace General Secretary Alexis Kohler announces appointements for a French government reshuffle at the Elysee Palace in Paris, on May 20, 2022. - The French president reshuffled his government on May 20 ahead of parliamentary elections in June. The appointments come nearly a month after his re-election in late April, and naming a new prime minister on May 16. (Photo by Ludovic MARIN / AFP)
Qu'ils militent pour des associations, des collectifs féministes ou des partis politiques, les déçus du résultat de l'élection présidentielle sont légion. A Metz, plusieurs comptent sur la naissance d'une forte mobilisation pour faire entendre leurs voix.
A protestor walks past a line of riot police personnel carrying a placard which translates as 'neither Macron nor Le Pen' during a demonstration 'against racism and fascism' in Paris on April 16, 2022. (Photo by Thomas COEX / AFP)
Election présidentielle française
C’est avec soulagement que la Belgique politique a le plus souvent accueilli la réélection d’Emmanuel Macron à l’issue du second tour de la présidentielle.
French President and La Republique en Marche (LREM) party candidate for re-election Emmanuel Macron celebrates after his victory in France's presidential election, at the Champ de Mars in Paris, on April 24, 2022. (Photo by Thomas COEX / AFP)