Changer d'édition

Le gouvernement britannique veut plus de temps pour renégocier le Brexit
James Brokenshire, secrétaire d'Etat au Logement, a indiqué dimanche sur la BBC que le gouvernement comptait proposer au Parlement de débattre à nouveau des différentes options possibles pour le Brexit.

Le gouvernement britannique veut plus de temps pour renégocier le Brexit

Photo: AFP
James Brokenshire, secrétaire d'Etat au Logement, a indiqué dimanche sur la BBC que le gouvernement comptait proposer au Parlement de débattre à nouveau des différentes options possibles pour le Brexit.
International 10.02.2019

Le gouvernement britannique veut plus de temps pour renégocier le Brexit

La Première ministre Theresa May va proposer aux députés britanniques de lui accorder un délai supplémentaire pour négocier avec Bruxelles un accord de Brexit remanié.

(AFP) – Censé quitter l'Union européenne le 29 mars, le Royaume-Uni est en plein flou quant à la forme que prendra ce divorce historique, les députés britanniques ayant massivement rejeté le 15 janvier l'accord de divorce négocié pendant de longs mois avec Bruxelles par Theresa May.


A video grab from footage broadcast by the UK Parliament's Parliamentary Recording Unit (PRU) shows Britain's Prime Minister Theresa May as she speaks at the beggining of a debate in the House of Commons in London on January 29, 2019. - British Prime Minister Theresa May will seek "legal changes" to the Brexit deal she agreed with EU leaders only last month to try to secure the support of MPs, her spokesman said Tuesday. (Photo by HO / various sources / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT " AFP PHOTO / PRU " - NO USE FOR ENTERTAINMENT, SATIRICAL, MARKETING OR ADVERTISING CAMPAIGNS
Theresa May se dit «déterminée» à mettre en oeuvre le Brexit dans les temps
La Première ministre britannique Theresa May reste «déterminée» à mettre en oeuvre le Brexit à la date prévue du 29 mars et à obtenir des concessions de Bruxelles sur l'accord de divorce, malgré le refus catégorique de Bruxelles de le renégocier.

Alors que la Chambre des Communes se penchera jeudi sur la stratégie à suivre, James Brokenshire, secrétaire d'Etat au Logement, a indiqué dimanche sur la BBC que le gouvernement comptait proposer au Parlement de débattre à nouveau des différentes options possibles pour le Brexit d'ici la fin février, si aucun accord remanié n'a pu être trouvé d'ici là, une manière pour l'exécutif de conserver la main sur le processus.

Le calendrier initial proposé par le gouvernement prévoyait que, faute d'accord d'ici à mercredi, les députés devaient voter jeudi sur la suite à donner au Brexit. «Nous aurons évidemment un débat au Parlement (la semaine prochaine), avec une motion qui sera présentée - une motion importante que le gouvernement présentera», a déclaré M. Brokenshire.


A handout photograph released by the UK Parliament shows Britain's Prime Minister Theresa May (C) smiling in the House of Commons in London on January 29, 2019, as members of Parliament vote on amendments to Theresa May's Brexit withdrawal bill. - British MPs on Tuesday voted on a series of amendments seeking to show what they want as Brexit approaches on March 29, with Britain currently on course to crash out of the EU without a withdrawal deal. (Photo by Jessica TAYLOR / UK PARLIAMENT / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - NO USE FOR ENTERTAINMENT, SATIRICAL, ADVERTISING PURPOSES - MANDATORY CREDIT " AFP PHOTO /JESSICA TAYLOR / UK Parliament"
Brexit: l'UE refuse de renégocier l'accord
Les dirigeants des 27 pays membres de l'Union européenne ont opposé mardi une fin de non-recevoir à l'exigence des autorités britanniques de renégocier l'accord pour la sortie du Royaume-Uni le 29 mars et le «filet de sécurité» prévu pour l'Irlande.

«Mais je pense qu'il est également important de souligner que le gouvernement s'engagera à ce que si (un nouveau) vote (sur l'accord de Brexit) n'a pas eu lieu d'ici au 27 février, nous permettrons la présentation d'une autre motion». Le Labour, principal parti d'opposition au Royaume-Uni, a aussitôt dénoncé une manœuvre visant à gagner du temps pour acculer les députés à un choix «binaire» entre l'accord de Brexit de Theresa May et un «no deal», soit une sortie sans accord, scénario redouté par les milieux économiques.

Theresa May «prétend qu'elle fait des progrès alors qu'en réalité, elle joue la montre», a déclaré Keir Starmer, le responsable du Brexit au sein du Labour, dans le journal The Sunday Times. «La semaine prochaine, le Parlement doit dire "ça suffit" et prendre le contrôle de ce qui se passe», a-t-il ajouté.


Sur le même sujet

Brexit: les principaux scénarios à l'issue du vote des députés britanniques
Les députés britanniques se prononcent mardi sur l'accord de Brexit négocié par Theresa May avec Bruxelles. Un texte qui ne satisfait ni les europhiles, partisans de liens plus étroits avec l'Union européenne, ni les eurosceptiques, désireux d'une rupture plus nette, ce qui est de mauvais augure pour la Première ministre conservatrice.
Theresa May devant le célèbre 10, Downing Street, l'adresse du Premier ministre britannique.
Le vote sur l'accord de Brexit est reporté
C'est officiel. Theresa May, la Première ministre britannique a annoncé au parlement le report du vote sur l'accord de Brexit. Elle va retourner discuter à Bruxelles avec ses homologues de l'UE.
Theresa May annonce au parlement le report du vote sur l'accord de Brexit.
Le Royaume Uni peut-il simplement renoncer au Brexit?
La justice européenne a estimé lundi que Londres pouvait tout simplement renoncer au Brexit, au moment où Theresa May entamait une semaine de la dernière chance pour tenter de sauver l'accord de sortie conclu avec Bruxelles et son avenir au 10 Downing Street.
Un travailleur balaie les feuilles sur le parvis du 10, Downing Street à Londres, adresse du Premier ministre anglais.
Brexit: accord imminent sur la frontière irlandaise
La Grande-Bretagne resterait dans une union douanière temporaire avec l'Union européenne après le Brexit pour éviter une frontière coupant l'île d'Irlande entre le Nord, membre du Royaume-Uni, et le Sud, selon un nouvel accord intervenu entre Londres et Bruxelles, affirme dimanche le Sunday Times.