Changer d'édition

Le GIEC lance une «alerte rouge» pour l'humanité
International 1 4 min. 09.08.2021
Environnement

Le GIEC lance une «alerte rouge» pour l'humanité

Les inondations inédites observées en juillet au Luxembourg, en Belgique et en Allemagne ne sont «qu'une première salve» du réchauffement climatique.
Environnement

Le GIEC lance une «alerte rouge» pour l'humanité

Les inondations inédites observées en juillet au Luxembourg, en Belgique et en Allemagne ne sont «qu'une première salve» du réchauffement climatique.
Photo: Guy Jallay
International 1 4 min. 09.08.2021
Environnement

Le GIEC lance une «alerte rouge» pour l'humanité

Dans leur dernier rapport publié lundi, les experts climats de l'ONU estiment que le réchauffement de la planète devrait atteindre le seuil des +1,5°C autour de 2030, soit dix ans plus tôt que leurs dernières prévisions. Les catastrophes naturelles devraient se multiplier.

(AFP) - A moins de trois mois de la conférence climat COP26 à Glasgow, le groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) tire la sonnette d'alarme. Dans leur rapport publié ce lundi, les experts de l'ONU ont en effet revu leurs estimations: le réchauffement de la planète pourrait atteindre le seuil de +1,5°C autour de 2030. Soit dix ans plus tôt que leurs dernières prévisions, publiées en 2018.


Si les accords de la COP21 ne sont pas respectés, la température moyenne de la planète augmentera de 3°C. Une catastrophe irréversible pour les espèces.
Climat: le Giec appelle à des transformations «sans précédent»
Le monde devra engager des transformations «rapides» et «sans précédent», s'il veut limiter le réchauffement climatique à 1,5°C, soulignent les experts climat de l'ONU (Giec), mettant en garde contre des risques accrus au-delà de ce seuil.

Un constat choc dont les humains sont «indiscutablement» responsables, et qui fait planer de nouveaux désastres «sans précédent» sur l'humanité, déjà frappée par des canicules et inondations en série. Pour limiter les dégâts, pas le choix: il faut réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre.

Ce premier rapport d'évaluation depuis sept ans, adopté vendredi par 195 pays, passe en revue cinq scénarios d'émissions de gaz à effet de serre, du plus optimiste - certains diraient utopiste - à l'hypothèse du pire. Dans tous les cas, la planète devrait atteindre le seuil de +1,5°C par rapport à l'ère préindustrielle d'ici neuf ans. Ensuite, en 2050, la hausse se poursuivrait bien au-delà de ce seuil et ce même si le monde parvenait à réduire fortement les émissions de gaz à effet de serre.

Si rien n'est fait, les +2°C seront dépassés au cours du siècle. Alors que la planète a gagné pour l'instant +1,1°C, le monde voit de ses propres yeux les conséquences déjà à l'œuvre. En témoignent les flammes ravageant l'Ouest américain, la Grèce ou la Turquie, des flots submergeant l'Allemagne, le Luxembourg ou la Chine, ou un thermomètre qui frôle les 50°C au Canada.

«Si vous pensez que ça, c'est grave, rappelez-vous que ce que nous voyons aujourd'hui n'est que la première salve», commente Kristina Dahl, de l'organisation Union for Concerned Scientists.

Même à +1,5°C, les événements extrêmes vont augmenter de manière «sans précédent» en termes d'ampleur, de fréquence, et de zones touchées, prévient le GIEC. Face à cet avenir apocalyptique, les appels à agir se multiplient. «Ce rapport doit sonner le glas du charbon et des énergies fossiles avant qu'ils ne détruisent notre planète», a ainsi plaidé le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres, accusant ces énergies et la déforestation «d'étouffer la planète».

Alors qu'il faudrait réduire les émissions de CO2 de moitié d'ici 2030 pour tenir le +1,5°C, tous les regards se tournent désormais vers Glasgow où se réuniront en novembre les dirigeants du monde entier. «Il n'y a pas de place pour les excuses», a insisté le secrétaire général de l'ONU, réclamant que la COP26 soit un «succès», après cette «alerte rouge pour l'humanité» lancée par le Giec.

Cependant à ce stade, seule la moitié des signataires de l'Accord de Paris ont révisé leurs engagements d'émissions de gaz à effet de serre: au rythme actuel, le monde se dirige plutôt vers +4°C ou +5°C. Et certaines conséquences du réchauffement sont de toute façon «irréversibles», insiste le rapport. Sous l'influence de la fonte des glaces polaires, le niveau des océans va continuer à augmenter. La mer, qui a déjà gagné 20 cm depuis 1900, pourrait encore monter d'environ 50 cm d'ici 2100, même à +2°C.

Mais ce n'est pas une raison pour abandonner le combat, au contraire, insistent scientifiques et militants. Parce que le changement climatique ne se déchaîne pas par magie à un certain seuil: chaque fraction de degré compte et renforce les impacts.


La France écope d'une amende de 10 millions d'euros
La plus haute juridiction administrative a lourdement sanctionné l'Etat français pour ne pas avoir renforcé son dispositif de pollution de l'air. Plusieurs ONG célèbrent «une victoire historique».

«Nous ne laisserons pas ce rapport être remisé sur une étagère», insiste de son côté Kaisa Kosonen, de Greenpeace. «Nous l'apporterons avec nous dans les tribunaux», relève l'ONG, s'appuyant notamment sur la récente condamnation de la France pour la pollution de son air.

Le deuxième volet sur les impacts, prévu pour février 2022, montre en détails comment la vie sur Terre sera inéluctablement transformée d'ici 30 ans, voire plus tôt, selon une version préliminaire obtenue par l'AFP. Le troisième volet sur les solutions est attendu en mars.


Sur le même sujet

Pour le ministre de l'Economie, la pandémie et les exigences imposées par le changement climatique poussent le Luxembourg à créer «une autre économie combinée à davantage de modestie dans nos modes de vie». Franz Fayot plaide donc pour l'essor de l'économie circulaire.
Wirtschaft,  Franz Fayot, unsere Wirtschaft von Morgen Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
La plus haute juridiction administrative a lourdement sanctionné l'Etat français pour ne pas avoir renforcé son dispositif de pollution de l'air. Plusieurs ONG célèbrent «une victoire historique».
D'ici 2030, le Luxembourg doit réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 55%. Un effort collectif dont la ministre de l'Environnement vient de détailler les objectifs fixés secteur par secteur.
La saison des incendies promet d'être longue et éprouvante. Alimentés par une sécheresse alarmante, les feux ravageaient déjà jeudi des centaines de milliers d'hectares dans l'Ouest des Etats-Unis et du Canada.
TOPSHOT - This handout photo obtained July 15, 2021 courtesy of the US Forest Service shows firefighters at the Bootleg Fire, 28 miles northeast of Klamath Falls, Oregon. - The Bootleg Fire continues to burn actively on the Fremont-Winema National Forest, approximately 11 miles northeast of the town of Sprague River. More than a million acres of the western US and Canada were in flames on Wednesday as multiple blazes raged across the region, fueled by soaring temperatures and drought, and with little sign of letting up. But it was in the neighboring state of Oregon that the fires were doing most damage. Whipped up by dry conditions and strengthening winds, the Bootleg Fire has already devoured more than 212,758 acres (86,000 hectares), the equivalent of 120,000 soccer fields, forcing many residents to evacuate the area. (Photo by Handout / US Forest Service / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO /US FOREST SERVICE/HANDOUT " - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS
La Chambre des députés a adopté le nouveau plan d'action encourageant les 102 communes à faire plus et mieux en matière environnementale. Avec un accompagnement nouveau de la part de l'Etat.
TO GO WITH AFP STORY IN FRENCH BY CHRISTIAN SPILLMANN "UE-CLIMAT-RECHAUFFEMENT-INDUSTRIE" --- (FILES) This photo taken on September 20, 2007 shows construction supervisor Ingolf Krahl (R) watching over the installation of a carbon dioxide reservoir at the construction site of Vattenfall's CO2-free power plant in the eastern German town of Schwarze Pumpe. European industries, invited to develop Carbon Dioxide (CO2) storage in the setting of the struggling EU plan against global warming, are ready to play the game if they are adequately funded to do so, a point which remains in question. The EU is devoted to the objective of reducing all its Carbon emissions by at least 20% before 2020 in comparison with their levels of 1990, and 30% in case of international agreement. AFP PHOTO/DDP/MICHAEL URBAN ---GERMANY OUT---
Victimes du réchauffement, les océans et les zones gelées dépérissent à grande vitesse, menaçant des pans entiers de l'humanité qui doit réduire au plus vite ses émissions de CO2 pour limiter les dégâts, avertit mercredi un rapport alarmant du Giec.