Changer d'édition

Le G20 veut taxer davantage les géants du numérique
International 2 min. 11.06.2019

Le G20 veut taxer davantage les géants du numérique

Le G20 veut taxer davantage les géants du numérique

Photo: REUTERS
International 2 min. 11.06.2019

Le G20 veut taxer davantage les géants du numérique

Sophie WIESSLER
Sophie WIESSLER
Les ministres des Finances et banquiers centraux des pays du G20 ont promis de «redoubler d'efforts» pour réformer la taxation des «Gafa» comme Google et Facebook, critiqués pour leurs pratiques d'optimisation fiscale.

Avec AFP - L'objectif est de parvenir à un accord final «d'ici à 2020», selon le texte du communiqué final consulté par l'AFP, une avancée rendue possible par le changement d'attitude des Etats-Unis, qui bloquaient les négociations depuis des années.

Taxer Facebook, Google et autres multinationales du numérique - «Gafa» - non plus en fonction de la présence physique, de l'endroit où se situent leurs bureaux, mais de là où elles enregistrent leurs revenus : voilà l'idée.

Un accord d'ici 2020

«Il est indispensable» d'instaurer cette fiscalité du numérique, «et tout aussi indispensable d'avoir une fiscalité minimale à l'impôt sur les sociétés (multinationales) pour lutter avec force contre l'évasion fiscale qui révolte à juste titre nos compatriotes», a expliqué Bruno Le Maire, ministre de l'Economie en France.

Les divergences restent toutefois importantes sur les moyens d'application, Washington privilégiant une approche très large ne se limitant pas au secteur du numérique. «Bien sûr, il y a encore des problèmes à résoudre mais si nous continuons à ce rythme, c'est faisable», a estimé Pierre Moscovici, commissaire européen. «C'est plus que faisable, c'est nécessaire de conclure un accord en 2020».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Bruxelles veut mieux taxer les géants du numérique
L'Union européenne a lancé mercredi une offensive pour mieux taxer les géants du net, dont Facebook éclaboussé par un scandale sur la protection des données, sur fond de menace de guerre commerciale avec les Etats-Unis.