Changer d'édition

Le faux discours des manifestants anti-masques
International 3 min. 07.09.2020

Le faux discours des manifestants anti-masques

De nombreuses manifestations voient le jour à travers l'Europe et réclament entre autres l'abandon du port du masque.

Le faux discours des manifestants anti-masques

De nombreuses manifestations voient le jour à travers l'Europe et réclament entre autres l'abandon du port du masque.
Photo: AFP
International 3 min. 07.09.2020

Le faux discours des manifestants anti-masques

Trop poreux pour retenir le virus ou au contraire susceptibles d'asphyxier son porteur... Ces théories servent souvent d'arguments dans les manifestations contre les mesures de lutte contre la pandémie qui se multiplient en Europe.

(AFP) -  Il laisse passer le virus, manque d'oxygène ou encore «nids» à bactéries, de nombreux scientifiques ont démontré une à une les explications des opposants au port du masque. 

 Manque d'oxygène et trop de CO2: FAUX 

L'idée fausse d'une «hypoxie» -lorsque l'oxygène vient dangereusement à manquer- induite par les masques est l'une des plus répandues. Certaines publications sur les réseaux sociaux affirment même que les masques peuvent tuer. Le masque ne provoque pas d'insuffisance en oxygène, ont pourtant expliqué de nombreux médecins.

«Le masque n'est pas un circuit clos, il laisse passer l'oxygène», souligne par exemple le Pr Yves Coppieters, médecin épidémiologiste et professeur de santé publique à l'Université Libre de Bruxelles. Il peut en revanche y avoir «une sensation d'inconfort qui provoque une impression d'étouffer, mais c'est psychologique. Mais dans le cas d'une personne en bonne santé, il n'empêche pas du tout d'effectuer des activités quotidiennes normalement», ajoute-t-il.


Un masque jeté, une amende dressée
Abandonnée dans les rues ou dans la nature, la protection buccale constitue une pollution bien délicate à éliminer. Face au nombre croissant de masques chirurgicaux trainant au sol, le ministère de l'Environnement envisage de sanctionner les fautifs.

Corollaire, l'idée, erronée elle aussi, que l'on respirerait dangereusement notre propre CO2 est également très populaire. Mais comme on l'a vu, le masque n'est pas hermétiquement fermé et laisse circuler l'air. «Un masque n'est pas un circuit fermé. Presque tout l'air expiré s'échappe du masque donc vous ne respirez pas votre propre CO2», explique ainsi Shane Shapera, directeur du programme des maladies pulmonaires de l'hôpital public de Toronto.

«Nids» à bactéries, champignons, moisissures... : FAUX

«Les infections fongiques [liées aux champignons] graves sont rares», explique Françoise Dromer, responsable de l'unité de Mycologie moléculaire et du Centre national de référence des Mycoses invasives et des antifongiques de l'Institut Pasteur. «Dans les conditions d'utilisation recommandées, il n'y a aucun moyen que des champignons se développent à l'intérieur d'un masque», assure-t-elle. 

«Pour qu'un masque moisisse, il faudrait le laisser, par exemple, humide dans une pièce pleine de moisissure, ou dans un compost, pendant des semaines», dit-elle encore, rappelant qu'un masque doit être changé toutes les 4 heures. 


Crèche 3 Pommes
Le masque peut «perturber les repères» des tout-petits
Utilisée pour lutter contre la propagation du covid-19, la protection buccale dispose aussi de son revers de la médaille, tel que l'impossibilité de voir les expressions faciales des interlocuteurs. Une communication non verbale pourtant indispensable au développement de l'enfant, estiment des spécialistes du CHL.

Comme «les humains ont des bactéries normales dans leur bouche et leurs fosses nasales», «quand nous parlons, nous expulsons des gouttelettes de salive. Il peut y avoir des champignons ou des bactéries qui restent sur le masque», explique aussi Daniel Pahua, professeur de santé publique à l'Université nationale autonome du Mexique. Mais, «la plupart de ces agents ne produisent pas de maladie, parce que ce sont des bactéries que nous avons dans la bouche», ajoute-t-elle. 

Ils laissent passer le virus: FAUX        

La théorie selon laquelle ils laisseraient passer le virus est elle aussi très populaire, avec souvent l'idée que les mailles des masques sont plus grandes que le virus. D'une part, «la taille de la particule virale n'est pas pertinente. C'est la taille des gouttelettes qui contiennent le virus qui compte», des gouttelettes largement filtrées par le masque, explique le Dr Julian Leibowitz, professeur en immunologie microbienne de la Texas A&M University.

D'autre part, le masque chirurgical ne fonctionne pas que comme une passoire mais filtre selon d'autres principes physiques (effet d'inertie et capture électrostatique ...) de façon à empêcher un maximum de gouttelettes, mêmes petites, de passer, selon Jean-Michel Courty, professeur de physique à la Sorbonne et chercheur au laboratoire Kastler Brossel.   

Les anti-masques avancent leurs arguments mais aussi beaucoup d'informations erronées.
Les anti-masques avancent leurs arguments mais aussi beaucoup d'informations erronées.
Photo: AFP

D'après les normes du ministère de la Santé, les masques vendus au grand public doivent filtrer au minimum 70% des particules - toutes tailles confondues. Et «les masques n'ont pas besoin d'être efficaces à 100% pour avoir un rôle significatif sur le ralentissement de l'épidémie», relève le virologue Benjamin Neuman, de la Texas A&M University.  

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) considère le port du masque comme une mesure efficace pour limiter la propagation du virus, en plus de la distance physique et du lavage de mains. Il est d'autant plus efficace qu'il est massivement porté, car les porteurs se protègent mutuellement les uns les autres.     

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Thionville impose le masque près des écoles
Jusqu'au 30 octobre 2020, quiconque passera à proximité d'un établissement scolaire de la deuxième ville de Moselle devra porter sa protection buccale. Sinon, une amende pourra être dressée.
Deux masques offerts à chaque lycéen lorrain
Les masques étant obligatoires en cours pour les jeunes en lycée, la région Grand Est a décidé de ne pas faire supporter cette dépense aux familles. Un geste qui bénéficiera à 300.000 élèves.
La France accélère sur le port du masque
Emmanuel Macron envisageait de rendre l'obligation de la protection buccale obligatoire dans les lieux "clos" dès le 1er août, son nouveau Premier ministre vient d'avancer de deux semaines cette nouvelle mesure visant à freiner la reprise de covid-19.
A security agent surveys via a temperature camera the temperature of travelers arriving at the Napoleon Bonaparte airport in Ajaccio on July 14, 2020, as people start visiting the French Mediterranean island of Corsica following the lifting of nationwide lock down measure in mid-March to curb the spread of the novel coronavirus, COVID-19. (Photo by Pascal POCHARD-CASABIANCA / AFP)