Changer d'édition

Le document qui veut en finir avec le nucléaire belge
International 4 min. 02.12.2021
Energie

Le document qui veut en finir avec le nucléaire belge

La Belgique dispose toujours de cinq sites nucléaires sur son territoire.
Energie

Le document qui veut en finir avec le nucléaire belge

La Belgique dispose toujours de cinq sites nucléaires sur son territoire.
Photo : dpa
International 4 min. 02.12.2021
Energie

Le document qui veut en finir avec le nucléaire belge

Max HELLEFF
Max HELLEFF
Le rapport d’évaluation qui doit conduire ou non à la fermeture des centrales est désormais connu. Il juge possible la fermeture des réacteurs en 2025.

De notre correspondant Max HELLEFF (Bruxelles) - Feu vert à la fermeture du nucléaire : c’est la conclusion principale à retenir du rapport d’évaluation rédigé par la direction générale Energie du Service public fédéral Economie. Un rapport particulièrement attendu, qui aurait dû être présenté mardi à la Chambre par la ministre de l’Energie Tinne Van der Straeten, et qui a finalement fuité dans la presse jeudi matin. Le Soir dévoile les principaux chapitres du document avant d’annoncer un conseil des ministres «électrique» ce vendredi.


Le dossier nucléaire belge s'annonce atomique
Un rapport d’évaluation sur la fermeture des centrales met le gouvernement De Croo sous haute tension. Mais une décision intermédiaire est attendue pour le tout début décembre.

Que dit le rapport en première lecture ? D'abord que le système de subsides mis en place par le gouvernement De Croo pour trouver des capacités de production alternatives au nucléaire à partir de l’hiver 2025-2026 permettra bien au pays d’assurer son approvisionnement en électricité. «L’enchère organisée en octobre 2021 a permis de sélectionner le volume recherché par la courbe de demande corrigée, y inclus un volume considérable de nouvelles capacités», note le rapport. 

Cette production alternative passe par deux projets de nouvelles centrales au gaz d’Engie : Vilvorde en Flandre et Les Awirs en Wallonie. Il faut y ajouter l’électricité produite par le renouvelable et celle qui viendra de l’étranger grâce aux interconnexions avec les pays voisins.

Ensuite, le  rapport «évalue entre minimum 1,3% et maximum 4,24% la différence pour les factures (dont le prix de gros ne représente qu’environ un tiers du total) des ménages, des entreprises et des industriels entre un scénario de fermeture complète et un scénario de maintien de 2 GW nucléaire», relève Le Soir. «L’impact sur les prix s’avère limité», note le rapport.

Illustration : Centre de crise Belgique

Lors de la législature précédente, la droite flamande avait fait peser la menace d’un maintien du nucléaire au-delà de 2025 si le coût des alternatives à l’atome devait se répercuter sur la facture des ménages.

Enfin, le rapport d’évaluation estime que «rien ne permet d’attester que la capacité du système gazier à alimenter tous les besoins en hiver dans le cas d’un système électrique qui repose très fortement sur des centrales à gaz pour son adéquation, ne serait pas suffisante». Il répond ainsi à la question de savoir si le pays ne se présentera pas à l’avenir pieds et poings liés devant les Etats exportateurs de gaz, le gaz étant nécessaire au fonctionnement des deux centrales qu’il s’apprête à construire.


Villagers are dwarfed by giant windmills built by the Danish Development Agency, DANIDA, along the shores of Bangui, Ilocos Norte province in northern Philippines Wednesday Nov. 8, 2006. The sixteen giant "Bangui Windmills" built last year, are capable of generating 54 Megawatts of electricity and are the first such alternative source of energy in Southeast Asia. (AP Photo)
La Belgique s'offre une île énergétique en mer du Nord
Annoncé pour 2026, ce «hub» doit permettre de faciliter l’approvisionnement du pays en électricité offshore. Et le Luxembourg montre aussi de l'intérêt à cette initiative.

Le rapport ajoute : «Finalement, à l’horizon 2035-2040, des gaz renouvelables, biométhane et hydrogène, pourraient commencer à jouer un rôle significatif au point de vue approvisionnement énergétique en se substituant de plus en plus au gaz naturel».

Plusieurs questions restent toutefois en suspens. Quid de la construction de la centrale au gaz de Vilvorde, refusée jusqu'ici par le gouvernement flamand du nationaliste Jan Jambon? Quid des émissions de gaz à effet de serre produites par ces centrales réputées polluantes, en décalage avec les objectifs climatiques négociés lors de la COP26, à Glasgow, en novembre dernier? Quid encore de l’accord d’Engie s'il fallait malgré tout rénover deux réacteurs au cas où une fermeture seulement partielle du nucléaire serait finalement actée pour 2025? 

L’an dernier, l’énergéticien français avait clairement dit au gouvernement De Croo qu’il en avait assez d’attendre sa décision de rénover ou non certaines centrales.

Coalition en ébullition

Ce rapport confirme-t-il la fin du nucléaire belge en 2025? Loin de là. La coalition gouvernementale du Premier ministre Alexander De Croo est en ébullition. Les premières réactions venues notamment des libéraux francophones (qui font partie de la majorité) le jugent «unilatéral», «rédigé par six personnes, dont quatre travaillent au cabinet Energie»… Sa substance reflète en effet d'autres documents produits ces derniers temps par l’écologiste Tinne Van den Straeten. Tous évidemment favorables à la fermeture promise en 2003.

Le rapport d’évaluation sera mis à la discussion ce vendredi au conseil des ministres. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La fiscalité luxembourgeoise s'appliquant au tarif du kiloWatt/heure ne grimpera pas de sitôt. Les ministres Claude Turmes et François Bausch viennent de l'assurer, chacun avec ses (bonnes) raisons.
Workers repair electricity pylons and wires damaged during an earthquake in February, in a rural area near Santiago May 26, 2010. The 8.8-magnitude earthquake on February 27 was one of the world's most powerful in a century and killed more than 700 people. REUTERS/Ivan Alvarado (CHILE - Tags: DISASTER SOCIETY EMPLOYMENT BUSINESS IMAGES OF THE DAY)
Les esprits s’échauffent en Belgique alors que la décision de fermer ou non le nucléaire se rapproche. Une veillée d'armes chargée d'électricité entre les différents acteurs politiques.
13.4. Cattenom / Visite Centrale Nucleaire Cattenom / Atomkraft / Foto: Guy Jallay
Après l'ACL, voilà l'Union luxembourgeoise des consommateurs qui suggère au gouvernement luxembourgeois de ne pas appliquer son impôt carbone en janvier prochain. Question de défense du pouvoir d'achat des ménages.
18.08.04 , bidons, essence, coffre voiture, photo: Marc Wilwert
De nombreux ménages vont se retrouver dans l'impossibilité de faire face à l'augmentation de leur facture de gaz ou d'électricité. L'accompagnement de ces familles figurera au cœur du programme politique de cet hiver.