Changer d'édition

Le déni climatique américain officiellement confirmé
International 4 min. 05.11.2019

Le déni climatique américain officiellement confirmé

«L'heure est venue de quitter l'accord de Paris. J'ai été élu pour représenter les habitants de Pittsburgh, pas de Paris», avait déclaré Donald Trump le 1er juin 2017

Le déni climatique américain officiellement confirmé

«L'heure est venue de quitter l'accord de Paris. J'ai été élu pour représenter les habitants de Pittsburgh, pas de Paris», avait déclaré Donald Trump le 1er juin 2017
Photo: AFP
International 4 min. 05.11.2019

Le déni climatique américain officiellement confirmé

La lettre était attendue depuis 2017 mais ne pouvait être envoyée pour des raisons juridiques jusqu'à lundi: les Etats-Unis de Donald Trump ont notifié les Nations unies de leur intention de se retirer de l'accord de Paris sur le climat.

(AFP). - «Aujourd'hui, les Etats-Unis entament le processus de retrait de l'accord de Paris. Conformément aux termes de l'accord, les Etats-Unis ont soumis une notification formelle de leur retrait aux Nations unies. Le retrait sera effectif un an après la notification», a déclaré le chef de la diplomatie Mike Pompeo dans un communiqué.

Les Etats-Unis sont le seul pays à se désengager de ce texte signé par 197 pays, jusqu'à la Corée du Nord.

«L'heure est venue de quitter l'accord de Paris», avait déclaré le 1er juin 2017 le président républicain, qui avait ajouté: «J'ai été élu pour représenter les habitants de Pittsburgh, pas de Paris.»

Les Américains présents à la «COP» en décembre

Depuis cette déclaration, en réalité, les Américains continuaient à occuper leur siège, discrètement, pour influencer les discussions techniques autour de l'application concrète de l'accord, dans le cas où, un jour, Washington le réintégrerait. Selon le texte négocié fin 2015 par Barack Obama, aucun pays ne pouvait sortir avant le troisième anniversaire de son entrée en vigueur, le 4 novembre 2016. C'est-à-dire lundi.

En outre, le délai d'un an repousse la sortie effective au lendemain de la prochaine élection présidentielle américaine, dans laquelle Donald Trump brigue un nouveau mandat.

D'ici là, les Américains enverront des délégations aux grands sommets climatiques de l'ONU, à commencer par la «COP» de décembre, en Espagne, a confirmé le département d'Etat. 

Une décision anti-science qui vend l'avenir de notre planète et de nos enfants

Le retrait américain ne change donc rien immédiatement, mais il est lourd de sens symbolique, même si peu doutaient que la Maison Banche confirmerait cette étape.

Les conservateurs américains ont salué l'annonce. Mais la présidente de la chambre basse du Congrès, la démocrate Nancy Pelosi, y a vu «une nouvelle décision anti-science (...) qui vend l'avenir de notre planète et de nos enfants».


Le changement climatique pèse lourd sur les océans
Victimes du réchauffement, les océans et les zones gelées dépérissent à grande vitesse, menaçant des pans entiers de l'humanité qui doit réduire au plus vite ses émissions de CO2 pour limiter les dégâts, avertit mercredi un rapport alarmant du Giec.

«Elle est mue par une vision obsolète datant du siècle précédent, quand on croyait que l'action climatique était coûteuse et détruirait des emplois», a commenté Andrew Steer, président du World Resources Institute.

«Insulte à l'humanité» 

La raison officielle du retrait est que Washington considère l'accord injuste pour les Etats-Unis, bien que la philosophie du texte soit que les pays fixent librement leurs objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Le but alors annoncé par Barack Obama était d'ailleurs moins ambitieux que d'autres pays.

Dans son communiqué, Mike Pompeo a invoqué «le fardeau économique injuste imposé aux travailleurs, entreprises et contribuables américains».

Donald Trump pourra faire valoir à ses électeurs qu'il a tenu sa promesse.

L'opposition démocrate, les ONG et les experts, de leur côté, se sont offusqués de l'égoïsme du deuxième émetteur mondial, alors que la Chine reste engagée dans le processus. Le parti démocrate a dénoncé une «insulte à l'humanité». «C'est honteux», a tweeté Joe Biden, possible rival de M. Trump pour la présidentielle de 2020.

«Ce n'est rien de plus que la concrétisation d'une promesse de campagne cynique et insensée dans le seul but de gagner les faveurs de l'industrie des énergies fossiles», a dit le sénateur démocrate Patrick Leahy.

La décision de M. Trump n'a pas créé l'effet domino que certains craignaient dans des pays comme l'Australie et le Brésil. Elle a même galvanisé de multiples acteurs américains non fédéraux: Etats gouvernés par les démocrates, villes et entreprises qui se sont engagés à la neutralité carbone d'ici 2050 ou à d'autres actions. Cela compensera en partie l'inaction fédérale.

Le résultat de l'élection de 2020 déterminant  

En définitive, l'accord de Paris ne s'est pas effondré, renforcé par la mobilisation des jeunes pour le climat observée depuis l'an dernier.

Mais le résultat de l'élection de 2020 pourrait être plus déterminant. «Si jamais on repart dans une administration Trump pour quatre ans, les conséquences seront très, très différentes», dit David Levaï, du centre de réflexion Iddri. «La solidité de cette gouvernance (climatique) demeure, tant que le retrait américain n'est qu'une parenthèse».

Tous les adversaires démocrates potentiels de Donald Trump se sont engagés à revenir dans l'accord, ce qu'ils pourront faire à leur éventuelle prise de fonction, le 20 janvier 2021.    


Sur le même sujet

Lutter pour le climat oui, être taxé non
Pour son troisième volet, le Politmonitor s'est intéressé à l'avis des électeurs sur les différentes mesures annoncées ou proposées par les politiciens. L'occasion de découvrir celles qui sont bien accueillies et celles qui ne le sont pas.
Lokales,Klimaschutzdemonstration,United for Climate Justice.LGL-Place Clairefontaine.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Réduire de «50-55%» les émissions polluantes d'ici 2030
Pour son sixième discours sur l'état de la Nation, ce mardi, Xavier Bettel a largement mis l'accent sur les conséquences du réchauffement climatique et la nécessité pour le pays de mettre en place des objectifs «ambitieux». Une politique que le Premier ministre juge «compatible» avec le développement économique.
IPO,Rede Lage der Nation.Chambre des Députées,Xavier Bettel,Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Le changement climatique pèse lourd sur les océans
Victimes du réchauffement, les océans et les zones gelées dépérissent à grande vitesse, menaçant des pans entiers de l'humanité qui doit réduire au plus vite ses émissions de CO2 pour limiter les dégâts, avertit mercredi un rapport alarmant du Giec.
«Vous avez volé mes rêves et mon enfance!»
Dans un discours furieux à l'ONU, la jeune Suédoise, Greta Thunberg a réprimandé les dirigeants de la planète pour leur inaction contre le changement climatique, au début d'un sommet à New York.
NEW YORK, NY - SEPTEMBER 23: Youth activist Greta Thunberg speaks at the Climate Action Summit at the United Nations on September 23, 2019 in New York City. While the United States will not be participating, China and about 70 other countries are expected to make announcements concerning climate change. The summit at the U.N. comes after a worldwide Youth Climate Strike on Friday, which saw millions of young people around the world demanding action to address the climate crisis.   Stephanie Keith/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
La planète continue de se réchauffer trop vite
Le réchauffement climatique s'annonce plus prononcé que prévu, le scénario du pire prévoyant +7°C en 2100, ont averti des scientifiques français en présentant des nouveaux modèles climatiques très alarmants, qui serviront de base pour le GIEC.
«Cessez de détruire la nature»
A peine arrivée à New York après 15 jours de traversée de l'Atlantique, la jeune égérie pour le climat Greta Thunberg a appelé Donald Trump à «écouter la science» et l'humanité à réagir.
Swedish climate activist Greta Thunberg, 16, arrives in the US after a 15-day journey crossing the Atlantic in the Malizia II, a zero-carbon yacht, on August 28, 2019 in New York. - "Land!! The lights of Long Island and New York City ahead," she tweeted early Wednesday. She later wrote on Twitter that her yacht had anchored off the entertainment district of Coney Island in Brooklyn to clear customs and immigration. (Photo by Kena Betancur / AFP)