Changer d'édition

Le débat Trump-Biden vire au chaos
International 5 min. 30.09.2020 Cet article est archivé

Le débat Trump-Biden vire au chaos

Le président Donald Trump et son rival démocrate Joe Biden se retrouveront les 15 et 22 octobre avant l'élection du 3 novembre.

Le débat Trump-Biden vire au chaos

Le président Donald Trump et son rival démocrate Joe Biden se retrouveront les 15 et 22 octobre avant l'élection du 3 novembre.
Photo: AFP
International 5 min. 30.09.2020 Cet article est archivé

Le débat Trump-Biden vire au chaos

Invectives, railleries, attaques personnelles: le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden a offert la nuit dernière un spectacle particulièrement chaotique à 35 jours d'une élection présidentielle américaine sous haute tension.

(AFP) - Lors d'un duel télévisé suivi par des dizaines de millions d'Américains, le candidat démocrate de 77 ans a traité le 45e président des Etats-Unis (74 ans) de «menteur» puis de «clown». «Vous allez la fermer!», lui a-t-il même lancé alors que la confrontation virait à la cacophonie. «Il n'y a rien d'intelligent en vous», a de son côté martelé Donald Trump qui, en mauvaise posture dans les sondages, espérait un faux-pas de son rival qui n'a pas eu lieu. 

Mâchoires serrées, le locataire de la Maison Blanche, qui briguera le 3 novembre un second mandat de quatre ans, s'est efforcé de dépeindre son adversaire comme une marionnette de la «gauche radicale», que ce soit sur la santé, la sécurité ou le climat. Mais l'ancien vice-président de Barack Obama, dont la combativité suscitait des interrogations, a tenu le choc dans ce face-à-face organisé à Cleveland, dans l'Ohio, parmi les Etats les plus disputés de l'élection. 

«L'un des pires de l'histoire»  

Les yeux plantés dans la caméra, il a régulièrement pris les Américains à témoin, les appelant à se rendre aux urnes pour éviter «quatre années de plus de mensonges». S'il a parfois buté sur les mots, il a évité les gaffes que redoutaient certains dans son camp.  

«Ce débat restera comme l'un des pires de l'histoire», a déclaré Aaron Kall, enseignant à l'Université du Michigan et spécialiste des duels présidentiels. Si Joe Biden s'est engagé à accepter le résultat du scrutin, Donald Trump a lui esquivé, se bornant une fois de plus à affirmer sans preuves que le vote par correspondance, qui s'annonce important en raison du covid-19, favoriserait des «fraudes» sans précédent et pourrait empêcher de connaître le vainqueur «avant des mois».    


This video grab made on August 18, 2020 from the online broadcast of the Democratic National Convention, being held virtually amid the novel coronavirus pandemic, shows US Democratic presidential candidate and former Vice President Joe Biden reacting after being formally nominated as the Democratic presidential candidate during the second day of the convention. (Photo by - / DEMOCRATIC NATIONAL CONVENTION / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / DEMOCRATIC NATIONAL CONVENTION " - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS
Joe Biden officiellement investi par les démocrates
L'ancien vice-président d'Obama a été désigné pour la présidentielle américaine le 3 novembre. Il affrontera Donald Trump qui l'a accusé d'être la «marionnette» de l'aile gauche du parti.

Le président sortant a peiné, tout au long du débat, à reprendre la main, tentant continuellement d'interrompre «Joe» jusqu'à se faire fermement rappeler à l'ordre par le modérateur, le journaliste de Fox News Chris Wallace. «Etes-vous pour la loi et l'ordre?», a interrogé Donald Trump, cravate sombre rayée de rouge, dans un échange particulièrement tendu, où il a accusé son rival de faiblesse face à la criminalité et aux violences.   

«La loi et l'ordre avec la justice», a répondu son adversaire démocrate, cravate à fines rayures noires et blanches. Le milliardaire républicain s'est aussi attiré de vives critiques du camp démocrate pour avoir semblé tergiverser lorsque le journaliste lui a demandé s'il était prêt à condamner les suprémacistes blancs.  

«Aucun plan» anti-Covid 

Dans sa tentative de déporter Joe Biden, pur produit de l'aile modérée du parti démocrate, à gauche toute sur l'échiquier politique américain, il l'a accusé de vouloir un système de santé «socialiste». Son adversaire a lui au contraire dénoncé la volonté du locataire de la Maison Blanche d'installer une juge conservatrice à la Cour suprême juste avant le scrutin du 3 novembre, pour pouvoir selon lui «se débarrasser» de l'Obamacare, l'assurance-santé mise en place lorsqu'il était lui-même vice-président de Barack Obama.      

Les deux candidats septuagénaires se sont également écharpés sur le bilan de la pandémie de covid-19 aux Etats-Unis, pays le plus endeuillé au monde avec plus de 205.000 morts. «Vous n'auriez jamais pu faire le travail que nous avons fait, vous n'avez pas cela dans le sang», a martelé Donald Trump. «Je sais ce qu'il faut faire» tandis que «le président n'a aucun plan», a répondu Joe Biden. 


US President Donald Trump speaks during a briefing at the White House September 27, 2020, in Washington, DC. - US President Donald Trump paid just $750 in federal income taxes in 2016, the year he won the election, The New York Times reported September 27, 2020, citing tax return data extending more than 20 years. (Photo by Brendan Smialowski / AFP)
Révélations explosives sur les impôts de Trump
Le président américain a-t-il caché au fisc la majeure partie de ses revenus? Des informations publiées dans le New York Times le laissent croire.

Coronavirus oblige, et comme prévu, les deux hommes ne se sont pas serré la main sur la scène de Cleveland, où ils faisaient face à un public restreint, avec leurs épouses, Melania Trump et Jill Biden, toutes deux masquées.  

 Si leur impact sur le scrutin reste souvent limité, ces débats sont des moments forts de la campagne électorale, depuis le premier tête-à-tête télévisé organisé il y a 60 ans, à Chicago, entre John F. Kennedy et Richard Nixon.  Les deux autres débats présidentiels sont prévus les 15 et 22 octobre, respectivement à Miami, en Floride, et à Nashville, dans le Tennessee.       

 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Lors d'un curieux duel télévisé à distance, les deux candidats à la Maison Blanche ont affiché jeudi soir, sur deux chaînes différentes, leurs styles radicalement opposés et leurs profonds désaccords sur la gestion de l'épidémie du covid-19.
(COMBO) This combination of file photos created on October 15, 2020 shows
Democratic presidential candidate Joe Biden(L) speaking in Tampa, Florida on September 15, 2020 and US President Donald Trump speaking to reporters as he makes his way to board Marine One from the South Lawn of the White House in Washington, DC on September 26, 2020. - Hollywood stars from Barbra Streisand and Ben Stiller to Julia Louis-Dreyfus and J.J. Abrams have slammed NBC for scheduling a Donald Trump town hall at the same time as challenger Joe Biden's own event. The US president and Biden will participate in simultaneous, dueling televised talks on October 15, 2020 after a head-to-head debate was scrapped in the aftermath of Trump's Covid-19 diagnosis. (Photos by JIM WATSON and Olivier DOULIERY / AFP)
Le futur sérum pour lutter contre le covid-19 est plus que jamais un dossier important en vue de la présidentielle outre-Atlantique alors que l'ONG Oxfam accuse dans un rapport les pays riches d'avoir réservé plus de la moitié des doses à venir au détriment du reste du monde.
Capped vials are being pictured during filling and packaging tests for the large-scale production and supply of the University of Oxford�s COVID-19 vaccine candidate, AZD1222, conducted on a high-performance aseptic vial filling line on September 11, 2020 at the Italian biologics� manufacturing facility of multinational corporation Catalent in Anagni, southeast of Rome, during the COVID-19 infection, caused by the novel coronavirus. - Catalent Biologics� manufacturing facility in Anagni, Italy will serve as the launch facility for the large-scale production and supply of the University of Oxford�s Covid-19 vaccine candidate, AZD1222, providing large-scale vial filling and packaging to British-Swedish multinational pharmaceutical and biopharmaceutical company AstraZeneca. (Photo by Vincenzo PINTO / AFP)
A la peine dans les sondages à bientôt cent jours de la présidentielle, critiqué pour sa gestion du coronavirus, le pensionnaire de la Maison Blanche tente de reprendre la main en reconnaissant la gravité de la crise sanitaire.
(FILES) In this file photo taken on July 11, 2020 US President Donald Trump wears a mask as he visits Walter Reed National Military Medical Center in Bethesda, Maryland. - US President Donald Trump, who for months refused to encourage mask wearing as a way to combat the coronavirus, on July 20, 2020 tweeted a picture of himself with his face covered and touted his patriotism. (Photo by ALEX EDELMAN / AFP)
Favori des intentions de vote chez les minorités et les femmes américaines, le candidat démocrate a pris une avance de 14 points sur Donald Trump dans un sondage national publié mercredi, à quelques mois de l'élection présidentielle.
Democratic presidential candidate Joe Biden speaks about reopening the country during a speech in Darby, Pennsylvania, on June 17, 2020. (Photo by JIM WATSON / AFP)
Le président américain a été jugé innocent mercredi par le Sénat des Etats-Unis à l'issue d'un procès en destitution historique qui a jeté une lumière crue sur les fractures de l'Amérique, sans jamais faire vaciller sa base électorale.
L'Amérique sort plus divisée que jamais du procès en destitution de son président, Donald Trump