Changer d'édition

Le covid ne circulait pas à Wuhan avant fin 2019
International 09.02.2021 Cet article est archivé

Le covid ne circulait pas à Wuhan avant fin 2019

La Chine (1,3 milliard d'habitants) reconnait seulement un peu plus de 89.000 cas d'infection au covid et moins de 5.000 décès.

Le covid ne circulait pas à Wuhan avant fin 2019

La Chine (1,3 milliard d'habitants) reconnait seulement un peu plus de 89.000 cas d'infection au covid et moins de 5.000 décès.
Photo : AFP
International 09.02.2021 Cet article est archivé

Le covid ne circulait pas à Wuhan avant fin 2019

L'équipe internationale d'experts ayant enquêté dans la ville chinoise au cœur de l'épidémie a aussi admis que la transmission du virus à l'homme via un animal restait la piste la plus probable.

Mardi, l'équipe internationale d'experts, qui ont enquêté à Wuhan sur le covid-19, a fait part de ses premières conclusions. Et n'en déplaise à Donald Trump et d'autres qui affirmaient que le virus circulait depuis longtemps dans la ville chinoise, leur position semble bien peu probable. Ainsi, les chercheurs chinois et de l'OMS assurent n'avoir pas trouvé d'indication de la présence du SARS-CoV2 dans cette cité avant son signalement officiel en décembre 2019.


A medical staff member gestures inside an isolation ward at Red Cross Hospital in Wuhan in China's central Hubei province on March 10, 2020. - Chinese President Xi Jinping said on March 10 that Wuhan has turned the tide against the deadly coronavirus outbreak, as he paid his first visit to the city at the heart of the global epidemic. (Photo by STR / AFP)
Un an après, l'origine du covid-19 reste inconnue
Combattre le virus, c'est se projeter vers l'avenir en créant des vaccins, mais aussi regarder en arrière pour tenter de retracer l'origine de cette nouvelle maladie, un an après son émergence en Chine. Une quête minutieuse, à l'issue incertaine.

«Il n'y a pas assez de preuves [...] pour déterminer si le virus s'est propagé à Wuhan avant décembre 2019», a indiqué Liang Wannian, le chef de la délégation de scientifiques chinois, lors d'une conférence de presse. La métropole du centre de la Chine, un temps à l'épicentre de l'épidémie, a été l'endroit du monde où les premiers cas de covid-19 ont été rapportés. La pandémie a fait depuis plus de 2,3 millions de morts dans le monde, dont 597 au Luxembourg. 

En outre, la transmission de l'infection à l'homme depuis un animal reste une piste probable. Mais l'animal en question n'a «pas encore été identifié», a -t-il dit. 

Cette mission sur les origines de la transmission du virus à l'homme, jugée extrêmement importante pour tenter de mieux lutter contre une possible prochaine épidémie, a eu du mal à se mettre en place. La Chine semblait très réticente à laisser venir ces spécialistes mondiaux de diverses disciplines comme l'épidémiologie mais aussi la zoologie. L'OMS avait auparavant prévenu qu'il faudrait s'armer de patience avant de trouver une éventuelle réponse.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Inlassablement, ce sont les mêmes images qui se répètent : la ville chinoise de Shijiazhuang est coupée du monde depuis mercredi matin. Le gouvernement tente d'endiguer un nouveau rebond de l'épidémie de coronavirus dans la cité, qui a enregistré 117 nouvelles contaminations.
Toutes les voies de communication menant à la ville de Shijazhuang, au sud de Pékin, ont été coupées pour isoler la cité, nouveau foyer de contaminations.
L'étude Coronastep mise en place par le Luxembourg Institute of Science and Technology (List) a annoncé ce jeudi que les premières traces du covid-19 ont été détectées entre le 12 et le 25 février. Soit près d'un mois avant que le premier décès ne soit officiellement confirmé.
La pandémie covid-19 fait craindre des conséquences importantes sur l’économie du Grand-Duché. Franz Fayot, le ministre de l’Economie évoque un impact certain, bien que difficilement mesurable pour le moment.
TOPSHOT - A medical staff member from Jilin Province tears up during a ceremony before leaving as Tianhe Airport is reopened in Wuhan in China's central Hubei province on April 8, 2020. - Thousands of Chinese travellers rushed to leave COVID-19 coronavirus-ravaged Wuhan on April 8 as authorities lifted a more than two-month prohibition on outbound travel from the city where the global pandemic first emerged. (Photo by Hector RETAMAL / AFP)
Le bilan de l'épidémie du nouveau coronavirus a franchi mardi la barre des 1.000 morts, et pour l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui a dépêché une mission d'experts en Chine, le nombre croissant de cas de transmission hors de ce pays pourrait augurer d'une plus grande propagation de l'épidémie à travers le monde.
Medical personnels wearing protective suits stay near a block's entrance in the ground of a residential estate, in Hong Kong, early on February 11, 2020, after two people in the block were confirmed to have contracted the coronavirus according to local newspaper reports. (Photo by Anthony WALLACE / AFP)
Li Wenliang, le médecin chinois sanctionné pour avoir tiré l'alarme à l'apparition du nouveau coronavirus a succombé vendredi à l'épidémie. Libérant un flot de colère en Chine où le bilan continue de s'alourdir avec 636 morts déjà enregistrés.
A photo obtained on February 7, 2020 shows Chinese coronavirus whistleblowing doctor Li Wenliang whose death was confirmed on February 7, lying on a bed at the Wuhan Central Hospital, China. - The death of a whistleblowing ophthalmologist whose early warnings about China's new coronavirus outbreak were suppressed by the police has unleashed a wave of anger at the government's handling of the crisis -- and bold demands for more freedom. (Photo by Li WENLIANG / Social Media / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO /Li WENLIANG" - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS