Changer d'édition

Le covid freine les négociations gouvernementales belges
International 3 min. 09.09.2020

Le covid freine les négociations gouvernementales belges

Le roi Philippe, qui avait reçu vendredi dernier Egbert Lachaert venu faire son rapport, va lui aussi devoir être testé.

Le covid freine les négociations gouvernementales belges

Le roi Philippe, qui avait reçu vendredi dernier Egbert Lachaert venu faire son rapport, va lui aussi devoir être testé.
Photo: AFP
International 3 min. 09.09.2020

Le covid freine les négociations gouvernementales belges

Max HELLEFF
Max HELLEFF
La mise en quarantaine du préformateur Egbert Lachaert est un coup dur pour la prochaine coalition fédérale.

De notre correspondant Max Helleff (Bruxelles) -  La quarantaine imposée depuis mardi soir à Egbert Lachaert passerait volontiers pour la dernière histoire belge si elle n’avait des conséquences dommageables pour la marche du pays. Le préformateur royal vient en effet de se mettre à l’isolement pour quatorze jours. Il a été diagnostiqué positif au covid. 


(From L) N-VA chairman Bart De Wever, King Philippe of Belgium and PS chairman Paul Magnette leave after a meeting with the King at the Royal Palace in Brussels, on July 31, 2020, regarding the formation of a new government after the federal elections of 26 May 2019. (Photo by NICOLAS MAETERLINCK / BELGA / AFP) / Belgium OUT
Marchandages autour du prochain Premier ministre belge
L’accord de la coalition Vivaldi reste à négocier et pourtant les tractations vont déjà bon train pour savoir qui conduira le futur gouvernement fédéral.

Depuis, les présidents des six autres partis participant aux négociations menées en vue de former la prochaine coalition fédérale ont été testés. Tous sont négatifs. Il en va de même pour le roi Philippe qui avait reçu vendredi dernier Egbert Lachaert venu faire rapport. Le souverain avait aussi confié au libéral flamand la préformation du gouvernement que la Belgique attend depuis les législatives de mai 2019. Il l’avait associé dans la foulée au socialiste flamand Conner Rousseau, étoile montante de la politique belge âgée de 27 ans seulement.

La tâche de Lachaert et de Rousseau consiste à rencontrer les chefs de parti et leurs sherpas afin de rechercher un consensus. A priori, rien n’empêche leurs réunions de se tenir désormais par vidéoconférence.

Calendrier suspendu

Mais, dans la réalité des choses, le rythme et la teneur des pourparlers sont bousculés. Pour le libéral francophone Georges-Louis Bouchez,  « il est trop tôt pour prendre attitude. Pas de précipitation. Tout dépend des différents résultats (des tests covid). L’absence d’Egbert Lachaert est déjà un problème majeur. Un préformateur ne se remplace pas comme un joueur de foot »…

En Belgique comme ailleurs, les négociations politiques se déroulent essentiellement en coulisses. Mais lorsqu’un tour de table est organisé «au sommet» entre les présidents de parti, la capacité des ténors à résister mentalement et physiquement à leurs adversaires est une donnée-clé du grand marchandage. Les vieux briscards – les Jean-Luc Dehaene, Louis Michel, Wilfried Martens, etc. – ont souvent raconté combien il était important de résister au sommeil tout en donnant de la voix pour finalement arracher au bout de dizaines d’heures un accord inespéré. Il fallait alors se frotter, presque se colleter à l’autre, au mépris de toute règle de distanciation sociale…

Pointé du doigt

Mercredi, le calendrier des négociations a été logiquement revu. Il n’y aura plus de réunions physiques avant le 18 septembre, a annoncé Conner Rousseau. Or, plusieurs négociateurs s’étaient fixé le 17 septembre pour ultimatum. Ce jour-là en effet, la Première ministre Sophie Wilmès aurait dû demander de nouveau la confiance à la Chambre pour poursuivre avec son gouvernement minoritaire. Le socialiste Paul Magnette avait menacé d’un retour aux urnes si un nouvel exécutif n’était pas en place à cette date.

Des aménagements seront donc nécessaires. Au micro de Bel-RTL, le coprésident d’Ecolo Jean-Marc Nollet a plaidé pour un report de l’échéance : «Chacun comprendra, en tout cas pour les partis démocratiques, que pour des raisons médicales, on déplace cette date de quelques jours.»


LAS VEGAS, NEVADA - SEPTEMBER 01: Senior student Arsen Topchyan divides an environmental sample into conical tubes to prepare it for experimentation during an in-person Phage Discovery Laboratory course by life sciences professor Dr. Christy Strong at UNLV amid the spread of the coronavirus (COVID-19) on September 1, 2020 in Las Vegas, Nevada. Strong has two other classes of 50 and 250 students that she teaches remotely. To lower the number of people on campus to allow for social distancing because of the pandemic, the university moved fall 2020 courses with more than 50 students, about 80 percent of its classes, to remote instruction, with 20 percent of courses held in-person or hybrid. UNLV is only using large classrooms with spaced out seating and under 50 percent capacity for in-person classes, which are now staggered to reduce density on the campus.   Ethan Miller/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
La Wallonie autopsie sa crise sanitaire
La commission spéciale qui débute ses travaux à Namur ne pourra ignorer l’hécatombe qui a frappé les maisons de repos, notamment.

Dans son éditorial de mercredi, ‘Le Soir’ rappelle que le covid n’épargne personne. «Surtout, ne pas se laisser terrasser, ne pas céder à cette paralysie, à cette ‘non-vie’ à laquelle les peurs pourraient nous condamner», conseille le quotidien de la rue Royale. Le virus est là, OK. On n’ignore pas le covid mais il ne nous domine pas. » Son alter ego flamand ‘De Standaard’ fait remarquer que «l'atmosphère à la table des négociations n’est pas aux câlins et aux embrassades. Néanmoins, la question se pose de savoir si Lachaert n'aurait pas dû être plus prudent.»

Ce qui arrive à Egbert Lachaert apporte de l’eau au moulin des autorités sanitaires qui n’ont cessé depuis le début de la crise du covid-19 d’insister sur la distanciation sociale. Il est par ailleurs reproché au libéral flamand d'avoir continué à négocier alors qu'il était déjà positif. De là à rappeler que même les puissants ne peuvent prétendre être au-dessus des lois sanitaires, il y a un pas que certains éditorialistes ont déjà franchi.  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Egbert Lachaert et Conner Rousseau nommés préformateurs
Les présidents de l'Open Vld et du sp.a ont été reçus ce vendredi en audience par le roi Philippe. Chargés d'une mission de préformation, ils feront rapport au plus tard le 11 septembre. Sept partis vont œuvrer à l’élaboration d'une coalition Vivaldi.
Open Vld's chairman Egbert Lachaert and King Philippe of Belgium arrive ahead of a meeting  at the Royal Palace in Brussels, on August 28 2020, regarding the formation of a new government after the federal elections of May 26, 2019. - Open Vld chairman Lachaert is testing the waters for possible coalitions. (Photo by NICOLAS MAETERLINCK / BELGA / AFP) / Belgium OUT
Une touche de bleu dans les négociations belges
Les supputations vont bon train autour de la nomination mardi par le roi du libéral flamand Egbert Lachaert. Celui qui passe pour un allié potentiel de la N-VA devra rendre rapport au roi le 28 août.