Changer d'édition

Le coup de force de Boris Johnson jugé «illégal»
International 1 2 min. 24.09.2019 Cet article est archivé

Le coup de force de Boris Johnson jugé «illégal»

La décision de Boris Johnson de suspendre le Parlement avait suscité une vague de protestations à travers le pays.

Le coup de force de Boris Johnson jugé «illégal»

La décision de Boris Johnson de suspendre le Parlement avait suscité une vague de protestations à travers le pays.
Photo: dpa
International 1 2 min. 24.09.2019 Cet article est archivé

Le coup de force de Boris Johnson jugé «illégal»

La décision controversée du Premier ministre britannique de suspendre le Parlement à l'approche du Brexit a été jugée non conforme au droit, indique ce mardi la Cour suprême du Royaume-Uni.

(AFP) - Deux semaines après avoir pris la décision de suspendre le Parlement durant cinq semaines à l'approche du Brexit, Boris  Johnson a subi un revers ce mardi puisque la Cour suprême a jugé sa décision illégale après trois jours d'audience.

Dans son verdict, la Cour suprême a annoncé que le Parlement devait à nouveau siéger «dès que possible». Les onze juges ont décidé à l'unanimité que l'avis de Boris Johnson demandant à la reine Elizabeth II de suspendre le Parlement pendant cinq semaines, jusqu'au 14 octobre, à deux semaines du Brexit, était «illégal, nul et non avenu».


A demonstrator, wearing a mask depicting Britain's Prime Minister Boris Johnson, and a mock gravestone inscribed with the words "RIP British Democracy" protests outside the gates to Downing Street in central London on August 28, 2019. - British Prime Minister Boris Johnson announced Wednesday that the suspension of parliament would be extended until October 14 -- just two weeks before the UK is set to leave the EU -- enraging anti-Brexit MPs. MPs will return to London later than in recent years, giving pro-EU lawmakers less time than expected to thwart Johnson's Brexit plans before Britain is due to leave the European Union on October 31. (Photo by DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP)
Tollé général face au choix de Boris Johnson
La décision du Premier ministre de suspendre le Parlement jusqu'au 14 octobre, soit deux semaines avant la date du Brexit, a déclenché une vague d'indignation au Royaume-Uni. A commencer par une pétition qui a déjà recueilli plus d'un million de soutiens.

Le président de la Chambre John Bercow a déclaré qu'elle devait «se réunir sans délai» et qu'il allait consulter à cet effet les chefs des différents partis politiques «de toute urgence». Aussitôt, le leader du parti d'opposition travailliste Jeremy Corbyn a appelé Boris Johnson à démissionner.   

Les juges ont suivi l'argumentaire des adversaires du chef de gouvernement, qui l'accusaient d'avoir suspendu le Parlement pour museler l'opposition et sortir le Royaume-Uni de l'UE le 31 octobre, même sans accord de divorce.

«Les députés doivent être courageux et demander des comptes à ce gouvernement sans scrupule», a déclaré Gina Miller, une militante anti-Brexit à l'origine d'un des recours examinés par la Cour suprême.     

Boris Johnson n'a eu de cesse de répéter que la suspension du Parlement était justifiée afin de préparer et présenter ses priorités politiques nationales après son arrivée au pouvoir fin juillet.

Coup dur

Il n'est pas inhabituel pour un dirigeant au Royaume-Uni d'ajourner la session parlementaire à cette fin. En outre, le Parlement ne siège traditionnellement pas pendant quelques semaines en septembre, au moment des congrès annuels des partis.

Mais cette suspension, en raison notamment de sa longueur, avait suscité une vague d'indignation dans le pays du parlementarisme, déclenchant des manifestations ainsi qu'une offensive judiciaire. 


ARCHIV - 03.04.2019, Großbritannien, London: Blick auf das britische Parlament während der Fragestunde «Questions to the Prime Minister» (Fragen an die Premierministerin) im Unterhaus. (zu dpa «Britisches Parlament wird bereits am Montag in Zwangspause geschickt») Foto: -/House Of Commons/PA Wire/dpa - ACHTUNG: Nur zur redaktionellen Verwendung und nur mit vollständiger Nennung des vorstehenden Credits +++ dpa-Bildfunk +++
Les députés britanniques sans voix à compter de mardi
Le Parlement britannique sera suspendu pour cinq semaines après le vote des députés sur une motion du gouvernement appelant à des élections législatives anticipées lundi soir, a annoncé lundi un porte-parole du Premier ministre Boris Johnson.

«Je ne suis pas du tout d'accord avec ce que les juges ont établi. Je ne pense pas que ce soit juste mais nous irons de l'avant et bien sûr le le Parlement va revenir», a déclaré Johnson aux médias brianniques à New York où il assiste l'assemblée générale de l'ONU.  

Cette décision constitue pour le Premier ministre un coup ravageur, alors que les parlementaires avaient adopté dans l'urgence, avant la suspension le 9 septembre, une loi l'obligeant à solliciter un report de trois mois du Brexit en cas d'absence d'accord avec Bruxelles. Un scénario que Johnson exclut catégoriquement. Le dirigeant envisage-t-il de démissionner à l'issue de cette décision de la Cour suprême qui lui est défavorable?   

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.



Sur le même sujet

Rentrée parlementaire sous tension à Londres
Les députés britanniques ont repris leurs travaux mercredi à la mi-journée dans une atmosphère surchauffée après l'arrêt historique de la Cour suprême qui a annulé la décision controversée du Premier ministre Boris Johnson de suspendre le Parlement à l'approche du Brexit.
John Bercow, le truculent speaker de la Chambre des Communes, était de retour à son poste, ce mercredi
Le Parlement britannique refuse à nouveau des élections
Les députés britanniques ont infligé, mardi, une nouvelle défaite cuisante au Premier ministre Boris Johnson en s'opposant encore à l'organisation de législatives anticipées, avant que le Parlement ne soit suspendu jusqu'au 14 octobre.
A video grab from footage broadcast by the UK Parliament's Parliamentary Recording Unit (PRU) shows Speaker of the House of Commons John Bercow (L) reading the address from the Queen that was just read by the Speaker of the House of Lords in the House of Commons in London on September 10, 2019, after the ceremony to prorogue (suspend) parliament. - The UK Parliament was prorogued, or suspended, until October 14, 2019. (Photo by HO / various sources / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT " AFP PHOTO / PRU " - NO USE FOR ENTERTAINMENT, SATIRICAL, MARKETING OR ADVERTISING CAMPAIGNS - EDITORS NOTE THE IMAGE HAS BEEN DIGITALLY ALTERED AT SOURCE TO OBSCURE VISIBLE DOCUMENTS