Changer d'édition

Le coronavirus déboule à Louvain-la-Neuve
International 3 min. 11.03.2020

Le coronavirus déboule à Louvain-la-Neuve

Les principales craintes tournent autour de l'université de Louvain-la-Neuve et 3.200 étudiants.

Le coronavirus déboule à Louvain-la-Neuve

Les principales craintes tournent autour de l'université de Louvain-la-Neuve et 3.200 étudiants.
Photo : Lex Kleren
International 3 min. 11.03.2020

Le coronavirus déboule à Louvain-la-Neuve

Max HELLEFF
Max HELLEFF
Plusieurs cas ont été détectés dans la ville universitaire qui ne compte toutefois pas fermer ses facultés.

De notre correspondant Max Helleff (Bruxelles) - Plusieurs personnes positives au coronavirus ont été détectées depuis dimanche sur le site de l’université catholique de Louvain (UCL), à Louvain-la-Neuve. Le covid-19 s’est propagé dans plusieurs kots à projet, ces associations qui drainent un nombre conséquent d’étudiants.

Ce week-end, un premier cas a été diagnostiqué dans la faculté des bioingénieurs. L’enseignant concerné a été placé directement en quarantaine. Et les locaux dans lesquels il a évolué immédiatement désinfectés. Cette affaire est extrêmement délicate pour l’UCL  qui rassemble quelque 32.000 étudiants sur ses sites. D’où une communication prévenante destinée à rassurer au plus vite le public estudiantin, mais aussi les parents. Même si, a priori, le virus est moins dangereux pour les jeunes.

Pour l’instant, pas question de suspendre les cours et de fermer l’université. En revanche, le Louvain-la-Neuve festif se retrouve mis à la diète: les activités des cercles, des régionales et des kots à projet ont été interdites dès mardi. Pas de «guindailles» donc.

«Nous réalisons que cette mesure causera des déceptions, mais nous espérons pouvoir compter sur votre compréhension et sur la conscience qu’il faut progressivement prendre des mesures plus strictes pour limiter la propagation du virus», écrit l'université à ses étudiants.

Cette fois, il n’y a plus de doute, la Belgique a basculé pleinement dans l’épidémie. Mardi soir, 267 cas positifs étaient recensés. Un premier décès a été annoncé lundi par la presse, avant d’être démenti.

Le nombre de personnes contaminées est en outre sous-estimé. Le manque de réactifs impose de réserver les tests aux patients effectivement atteints par le virus. «Dorénavant, pas de symptômes, pas d’analyse, même si on a rencontré dix Italiens!», explique le virologue Marc Van Ranst qui travaille en concertation avec les autorités. Quant aux médecins de première ligne, ils ne se déplacent pas toujours à domicile pour consulter les patients. Ils se bornent à les mettre directement en quarantaine chez eux, après un simple échange téléphonique.

La Belgique est désormais passée en «phase 2 renforcée». La principale mesure consiste à recommander l'annulation des événements de plus de mille personnes, s'ils se déroulent à l'intérieur d'un bâtiment. Bruxelles va ainsi fermer ses principales salles de concert, au grand dam des amateurs de musique.

Pas de communes en quarantaine

La phase 3 implique des mesures autrement drastiques que les gouvernements fédéral et régionaux se sont refusé jusqu’ici à mettre en vigueur, s’attirant des critiques alarmistes. Proportionnellement à leurs populations respectives, la France et la Belgique feraient face à une épidémie de même ampleur. Cette dernière s’est toutefois abstenue de placer en quarantaine des localités ou des pans de son territoire.


Minister of Health Maggie De Block (L) and Belgian Prime Minister Sophie Wilmes give a press conference after a meeting of the consultative committee with ministers of the Federal government, the regional governments and the community governments, in Brussels, on March 02, 2020. - This meeting with the different governments is called when matters involving multiple levels are discussed. Today, the ministers discuss the further steps to take in the current COVID-19 epidemic caused by the novel coronavirus. (Photo by THIERRY ROGE / BELGA / AFP) / Belgium OUT
La «coalition Corona» s’esquisse en Belgique
Plusieurs partis pourraient former un gouvernement d’urgence pour gérer notamment l'épidémie liée au Covid-19.

Si la phase 3 est déclarée à un moment donné, les hôpitaux devront déclencher leurs plans d’urgence pour libérer progressivement des lits supplémentaires. Ce niveau d’alerte prévoit «que le gouvernement peut prendre des mesures telles que celles qui sont actuellement décidées en Italie: annulation des grandes réunions, fermeture des lieux fréquentés (cinémas, écoles, etc.) ou interdiction temporaire de certains déplacements». On n'en est toutefois pas là.

En attendant, il est beaucoup question de «social distancing». La réinvention des gestes interpersonnels de la vie quotidienne pour éviter la bise et la poignée de main est vivement conseillée sur les réseaux sociaux, mais aussi par certains académiques. 



Sur le même sujet

«L'ogre des Ardennes» reconnait un nouveau crime
Le tueur en série Michel Fourniret, mis en examen pour l'enlèvement et le meurtre en 2003 de la jeune Estelle Mouzin en France, «a reconnu sa participation aux faits». L'homme a déjà été reconnu auteur de huit autres meurtres.
(FILES) This handout file photo released on January 19, 2010, shows Estelle Mouzin, a 9 years old child who is missing since 2003. - Paris prosecutor's office announced on March 7, 2020 that Michel Fourniret has "admitted his participation" in the abduction and murder of nine-year-old Estelle Mouzin who disappeared in 2003. Fourniret was jailed for life in May 2008 for the murder of seven girls and young women. (Photo by Handout / FRENCH POLICE / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO /POLICE " - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS