Changer d'édition

Le coronavirus actuel plus infectieux que l'original
International 2 min. 03.07.2020

Le coronavirus actuel plus infectieux que l'original

Les mutations génétiques du coronavirus sont traquées dans le monde entier par les chercheurs, qui séquencent le génome des virus qu'ils trouvent et les partagent sur une base de données internationale

Le coronavirus actuel plus infectieux que l'original

Les mutations génétiques du coronavirus sont traquées dans le monde entier par les chercheurs, qui séquencent le génome des virus qu'ils trouvent et les partagent sur une base de données internationale
Photo: AFP
International 2 min. 03.07.2020

Le coronavirus actuel plus infectieux que l'original

La variante du SARS-CoV-2 qui domine aujourd'hui dans le monde infecte plus facilement les cellules que celle apparue à l'origine en Chine. Ce qui la rend probablement plus contagieuse entre humains bien que cela reste à confirmer, selon une étude publiée jeudi dans la revue Cell.

(AFP) - «Nous ne savons pas encore si une personne s'en sort moins bien avec elle ou non», a commenté Anthony Fauci, directeur de l'Institut des maladies infectieuses américain, à la revue Jama. «Il semble que le virus se réplique mieux et puisse être plus transmissible, mais nous en sommes toujours au stade d'essayer de le confirmer. Mais il y a de très bons généticiens des virus qui travaillent là-dessus.»

Après sa sortie de Chine et son arrivée en Europe, une variante du nouveau coronavirus, qui mute en permanence comme tout virus, est devenue dominante, et c'est cette version européenne qui s'est ensuite installée aux Etats-Unis. La variante, nommée D614G, concerne une seule lettre de l'ARN du virus, à un endroit contrôlant la pointe avec laquelle il pénètre les cellules humaines.

Le virus «plus transmissible»  

Les mutations génétiques du coronavirus sont traquées dans le monde entier par les chercheurs, qui séquencent le génome des virus qu'ils trouvent et les partagent sur une base de données internationale, GISAID, un trésor de plus de 30.000 séquences à ce jour. Les chercheurs de la nouvelle étude, des universités de Sheffield et Duke et du laboratoire national de Los Alamos, ont établi en avril que D614G dominait désormais et ont alors affirmé, avec une certaine alarme, que la mutation rendait le virus «plus transmissible». Ils avaient mis leurs résultats en ligne sur un site de prépublications scientifiques.

Mais cette assertion avait été critiquée car l'équipe n'avait pas prouvé que la mutation elle-même était la cause de la domination; peut-être qu'elle a bénéficié d'autres facteurs ou du hasard. Les scientifiques ont donc réalisé des travaux et des expériences supplémentaires, à la demande notamment des éditeurs de Cell. Ils ont d'abord analysé les données de 999 patients britanniques hospitalisés à cause du Covid-19 et observé que ceux ayant la variante avaient certes plus de particules virales en eux, mais sans que cela ne change la gravité de leur maladie - une nouvelle encourageante.

Nous apprendrons encore beaucoup de choses dans les six prochains mois

D'autre part, des expériences en laboratoire ont montré que la variante était en revanche trois à six fois plus capable d'infecter des cellules humaines. «Il semble probable que c'est un virus plus apte», dit Erica Ollmann Saphire, qui a réalisé l'une de ces expériences, au La Jolla Institute for Immunology. Mais tout est dans le «probable»: une expérience in vitro ne peut reproduire la dynamique réelle d'une pandémie. La conclusion la plus stricte est donc que si le coronavirus qui circule actuellement est sans doute plus «infectieux», il n'est pas forcément plus «transmissible» entre humains.

Dans tous les cas, écrivent Nathan Grubaugh, de l'université Yale, et des collègues, dans un article distinct, «cette variante est désormais la pandémie». «D614G ne devrait rien changer à nos mesures de restrictions ni aggraver les infections individuelles», poursuit Nathan Grubaugh. «Nous assistons au travail scientifique en temps réel: c'est une découverte intéressante qui touche potentiellement des millions de gens, mais dont nous ignorons encore l'impact final. Nous avons découvert ce virus il y a six mois, et nous apprendrons encore beaucoup de choses dans les six prochains mois.»    

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'UE envisage des contrats d'achat anticipé de vaccins
Bruxelles a dévoilé ce mercredi sa stratégie pour accélérer la mise au point, la fabrication et la distribution de vaccins contre le covid-19. En échange d'un certain nombre de doses, la Commission financera une partie des coûts supportés par les laboratoires.
(FILES) This file photo taken on April 29, 2020 shows an engineer displaying an experimental vaccine for the COVID-19 coronavirus that was tested at the Quality Control Laboratory at the Sinovac Biotech facilities in Beijing. - China has mobilised its army and fast-tracked tests in the global race to find a coronavirus vaccine, and is involved in several of the dozen or so international clinical trials currently under way. (Photo by NICOLAS ASFOURI / AFP) / TO GO WITH Health-virus-China-vaccines,FOCUS by Ludovic EHRET
Sanofi et son vaccin créent la polémique
La société française réservera-t-elle aux Etats-Unis la primeur d'un éventuel vaccin contre le covid-19? Évoquée par le groupe, qui renvoie l'Europe à ses responsabilités, l'idée provoque une série de réactions indignées et pousse à réagir Bruxelles comme le gouvernement français.
(FILES) In this file photo  Dr. Rhonda Flores looks at protein samples at Novavax labs in Rockville, Maryland on March 20, 2020, one of the labs developing a vaccine for the coronavirus, COVID-19. - The US Federal Bureau of Investigation and cybersecurity experts believe Chinese hackers are trying to steal research on developing a vaccine against coronavirus, two newspapers reported on May 11, 2020. The FBI and Department of Homeland Security are planning to release a warning about the Chinese hacking as governments and private firms race to develop a vaccine for COVID-19, the Wall Street Journal and New York Times reported. (Photo by ANDREW CABALLERO-REYNOLDS / AFP)
Le virus pourrait ne jamais disparaître
Le coronavirus pourrait devenir une maladie avec laquelle l'humanité devra apprendre à vivre, a averti l'Organisation mondiale de la santé, alors que le bilan mondial s'approche ce jeudi des 300.000 morts.
A medical worker takes a swab sample from a man to be tested for the COVID-19 novel coronavirus in Wuhan, in China�s central Hubei province on May 14, 2020. - China has largely brought the virus under control, but the emergence of new cases in Wuhan in recent days, after weeks without fresh infections, has prompted a campaign to test all 11 million residents in the city where COVID-19 first emerged late last year. (Photo by Hector RETAMAL / AFP)
«Un vaccin contre le coronavirus dans les six mois»
Alors que l’épidémie de pneumonie virale se répand à travers le monde, le spécialiste du département infection et immunologie du Luxembourg Institute of Health conserve un optimisme mesuré. Le professeur Claude P. Muller répond aux questions que tout le monde se pose.