Changer d'édition

Le contrôle du Sénat, prochain enjeu majeur pour Biden
International 3 min. 08.11.2020 Cet article est archivé

Le contrôle du Sénat, prochain enjeu majeur pour Biden

Le contrôle du Sénat, prochain enjeu majeur pour Biden

AFP
International 3 min. 08.11.2020 Cet article est archivé

Le contrôle du Sénat, prochain enjeu majeur pour Biden

Le président élu des Etats-Unis devra livrer d'ici janvier une nouvelle bataille politique d'importance afin de reprendre la main sur la deuxième chambre du Congrès. Un organe qui pourrait bloquer sa capacité à mener des réformes ambitieuses.

L'élection présidentielle a été serrée et la conquête de la Maison Blanche ne s'est pas accompagnée d'une vague démocrate. Le contrôle de la chambre haute du Congrès se jouera le 5 janvier lors d'une double-élection partielle dans l'Etat conservateur de Géorgie. Deux sièges y sont en jeu, qui pourraient faire basculer la majorité du côté démocrate au Sénat. Or aucune loi ne peut être adoptée sans la chambre haute, qui a aussi le pouvoir d'approuver les nominations présidentielles: ses ministres, ses ambassadeurs, et les juges, notamment à la Cour suprême. 

«Et maintenant nous prenons la Géorgie, et nous changeons le monde!» a lancé samedi le chef de la minorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer devant des passants en liesse à New York après la victoire de Joe Biden. Lutte contre la pandémie de Covid-19, vaste plan d'aide économique, climat, immigration, diplomatie... Les enjeux sont immenses. La Chambre des représentants a conservé sa majorité démocrate. 

Avec un Congrès divisé, «Biden va devoir affronter la réalité», estime John Pitney, professeur en sciences politiques à l'université californienne de Claremont McKenna. «Il y a des limites à ce qu'il pourra obtenir». La bataille en Géorgie sera serrée. Le comptage du scrutin présidentiel de mardi n'y est pas achevé, et Joe Biden n'y mène que d'une courte tête. Cet Etat n'a pas voté pour un candidat démocrate à la Maison Blanche depuis 1992 mais sous l'effet d'une évolution de l'électorat et d'un effort inédit pour mobiliser les électeurs issus des minorités, les démocrates se prennent à rêver de gagner ces deux sièges. 

Photo: AFP

Il comptent aussi sur l'élan d'enthousiasme que pourrait donner la victoire de Joe Biden. Les républicains détiennent actuellement la majorité au Sénat, avec 53 sièges sur 100. Trente-cinq sièges étaient en jeu lors des élections présidentielle et parlementaires de mardi. Les démocrates sont parvenus à réduire la majorité républicaine d'une voix. S'ils arrachaient les deux sièges de Géorgie, les deux partis se retrouveraient avec une égalité parfaite. La Constitution prévoit alors que la vice-présidente Kamala Harris puisse départager les éventuels votes à 50 sénateurs contre 50. 

Si le Sénat restait républicain, Joe Biden, élu de la chambre haute pendant 36 ans, devrait mettre en oeuvre ses talents de dialogue et de négociateur. Le président élu devrait surtout composer avec Mitch McConnell, le chef de la majorité républicaine au Sénat, maître tacticien redouté. A 78 ans, après une alliance de quatre ans avec Donald Trump, il apparaîtrait alors comme l'homme fort côté républicain. Joe Biden et Mitch McConnell se connaissent bien. En 2013, lorsque le démocrate était le vice-président de Barack Obama, ils avaient oeuvré à l'adoption in extremis d'un accord budgétaire. 

Mitch McConnell, chef de la majorité républicaine au Sénat américain.
Mitch McConnell, chef de la majorité républicaine au Sénat américain.
Photo: AFP

«McConnell va agir dans l'intérêt de McConnell», souligne John Pitney. «Il ne va pas donner à Biden de passe-droit juste à cause d'une amitié. McConnell ne fonctionne pas comme cela.» Le sénateur républicain Lindsey Graham, autre grand allié de Donald Trump, a indiqué cette semaine qu'il chercherait des sphères de «compromis» avec le 46e président des Etats-Unis. Joe Biden «mérite d'avoir son cabinet. Je lui ferai savoir qui je pourrais approuver comme secrétaire d'Etat, ministre de la Justice», a-t-il expliqué à des journalistes. «Il y aura peut-être des gens pour qui je ne peux vraiment pas voter si je pense qu'ils ne sont pas qualifiés, ou trop extrêmes», a-t-il ajouté, posant des limites aux nominations que Joe Biden pourrait effectuer.


Sur le même sujet

Le parti démocrate a remporté samedi le siège qui lui manquait pour conserver le contrôle du Sénat des Etats-Unis, une victoire décisive pour la suite de la présidence de Joe Biden et un échec cuisant pour son prédécesseur Donald Trump.
(FILES) In this file photo taken on November 09, 2022 US President Joe Biden speaks during a press conference a day after the US midterm elections, from the State Dining Room of the White House in Washington, DC. - President Joe Biden's Democrats retained control of the US Senate on November 12, 2022, a remarkable midterms election result that defied predictions of a Republican "red wave" over both houses of Congress. (Photo by Mandel NGAN / AFP)
La diffusion dimanche d'un enregistrement du président sortant, dans lequel le président sortant tente de rallier à sa cause le républicain en charge des élections dans l'Etat de Géorgie, a suscité une onde de choc à Washington, donnant le ton d'une semaine qui s'annonce explosive.
(FILES) In this file photo taken on December 8, 2020 US President Donald Trump arrives for the Operation Warp Speed Vaccine Summit in the Eisenhower Executive Office Building adjacent to the White House in Washington, DC. - The US Congress on January 1, 2021 dealt Donald Trump a humiliating blow, voting in his final weeks in office to override his veto of a sweeping defense bill -- the first time lawmakers have done so during his presidency. 
With more than 80 of the 100 senators voting to override, well more than the two-thirds required, the Republican-controlled Senate approved the $740.5 billion National Defense Authorization Act to fund the military for fiscal 2021. (Photo by SAUL LOEB / AFP)
Après avoir célébré samedi son élection, le futur locataire de la Maison Blanche se plonge dimanche dans les préparatifs de son accession à la Maison Blanche avec deux priorités affichées: la lutte contre la pandémie et la réconciliation d'une Amérique divisée.
TOPSHOT - US President-elect Joe Biden with his wife Jill Biden, alongside family members, salute the crowd on stage after delivering remarks in Wilmington, Delaware, on November 7, 2020, and being declared the winner of the US presidential election. (Photo by Roberto SCHMIDT / AFP)