Changer d'édition

Le classement du glyphosate ne devrait pas changer
International 2 min. 01.06.2022
Avis de l'Agence européenne des produits chimiques

Le classement du glyphosate ne devrait pas changer

Le Luxembourg s'était montré à l'avant-garde européenne en interdisant l'utilisation du glyphosate du secteur agricole, public ainsi que du domaine privé.
Avis de l'Agence européenne des produits chimiques

Le classement du glyphosate ne devrait pas changer

Le Luxembourg s'était montré à l'avant-garde européenne en interdisant l'utilisation du glyphosate du secteur agricole, public ainsi que du domaine privé.
Photo: Shutterstock
International 2 min. 01.06.2022
Avis de l'Agence européenne des produits chimiques

Le classement du glyphosate ne devrait pas changer

Les preuves scientifiques disponibles ne permettent pas de classer le glyphosate, un herbicide controversé utilisé massivement à travers le monde, comme cancérogène, a estimé mardi l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA).

(AFP) - «Le Comité d'évaluation des risques de l'ECHA a formé son opinion scientifique indépendante: le classement actuel du glyphosate ne change pas», a déclaré à l'AFP le directeur de l'évaluation des risques de l'ECHA, Mark Rasenberg.


(FILES) In this file photo taken on September 16, 2019, a French farmer sprays glyphosate herbicide "Roundup 720" made by agrochemical giant Monsanto, at the rate of 720 grams per hectare, in Saint Germain-Sur- Sarthe, northwestern France, in a field of rye, peas, faba beans, triticals and Bird's-foot trefoil, sown in no-till vegetal cover, at sunrise. (Photo by JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)
Report d’une étude-clé pour l’UE sur le glyphosate
Le rapport sur les effets du glyphosate est reporté à juillet 2023. Cette évaluation est indispensable à la Commission européenne pour décider de la prolongation ou non de l'autorisation délivrée à l'herbicide dans l'UE.

Le glyphosate, l'un des herbicides les plus utilisés au monde, est classé actuellement comme pouvant provoquer des «lésions aux yeux» et étant «toxique pour les milieux aquatiques».

«Après un examen approfondi des preuves scientifiques, le Comité conclut une nouvelle fois qu'un classement du glyphosate comme cancérogène n'est pas justifié», a souligné l'ECHA dans un communiqué.

Une évaluation indispensable à la Commission européenne

Cette évaluation est indispensable à la Commission européenne pour décider de la prolongation ou non de l'autorisation délivrée à l'herbicide dans l'UE.

L'autorisation actuelle, étendue en 2017 pour cinq ans, expire le 15 décembre 2022, mais elle sera automatiquement prolongée jusqu'à la fin du processus d'évaluation, à moins qu'un risque particulier ne soit identifié entretemps.

L'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) avaient reporté à juillet 2023 les conclusions de l'EFSA sur «tous les risques possibles de l'exposition au glyphosate pour les animaux, les humains et l'environnement», un rapport initialement attendu au «second semestre 2022», afin de pouvoir «prendre en considération» des centaines de contributions.

La commissaire européenne à la Santé Stella Kyriakides s'était déclarée «profondément préoccupée» par ce report.  

Classé comme «cancérogène probable» par l'OMS

Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait classé le glyphosate en mars 2015 comme étant «cancérogène probable» pour les humains.

Le Groupe d'évaluation du glyphosate, composé de quatre États membres rapporteurs (France, Hongrie, Pays-Bas et Suède), doit rendre d'ici «fin septembre» à l'EFSA un avis actualisé, avant une série de consultations et les conclusions finales du régulateur.

La France s'est donnée pour objectif de sortir de l'essentiel des utilisations de ce désherbant classé comme «cancérogène probable» par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) en 2021, avant une interdiction totale en 2023. Des organisations agricoles s'y opposent, pointant l'absence de produit alternatif.


Sur le même sujet

Le rapport sur les effets du glyphosate est reporté à juillet 2023. Cette évaluation est indispensable à la Commission européenne pour décider de la prolongation ou non de l'autorisation délivrée à l'herbicide dans l'UE.
(FILES) In this file photo taken on September 16, 2019, a French farmer sprays glyphosate herbicide "Roundup 720" made by agrochemical giant Monsanto, at the rate of 720 grams per hectare, in Saint Germain-Sur- Sarthe, northwestern France, in a field of rye, peas, faba beans, triticals and Bird's-foot trefoil, sown in no-till vegetal cover, at sunrise. (Photo by JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)
Alors que le ministre fédéral belge de l'Agriculture a jugé, en début de semaine, que le Grand-Duché avait utilisé «une procédure inappropriée» pour mettre en place la mesure en vigueur depuis le 1er janvier, son homologue luxembourgeois persiste et signe.
A soybean field is fumigated near Urdinarrain, Entre Rios province, Argentina, on February 8, 2018. - Soybean fields in Argentina are often fumigated with glyphosate, a herbicide which is probably carcinogenic according to the World Health Organization (WHO), but which is needed to maintain crops of transgenic seeds. The first trial for the possible effects of Round Up -Monsanto's polemic herbicide containing gliphosate- starts on July 9 in the US. (Photo by IVAN PISARENKO / AFP)        (Photo credit should read IVAN PISARENKO/AFP/Getty Images)
En interdisant, sans exception, le controversé désherbant au 31 décembre 2020, le Grand-Duché fait office de pionnier en Europe. Mais sans attendre la date limite émise par le gouvernement, plus de la moitié des exploitants agricoles s’en passent déjà.
Les adversaires des pesticides de synthèse ont lancé une Initiative citoyenne européenne, lundi, pour obtenir l'éradication de ces produits dans les 15 prochaines années. Sur tout le continent, un million de signatures devront être récoltées.
L'Initiative citoyenne européenne vise l'interdiction des pesticides sur le continent d'ici 15 ans.