Changer d'édition

Le Brexit a coûté plus de quatre milliards au Royaume-Uni
International 06.03.2020 Cet article est archivé

Le Brexit a coûté plus de quatre milliards au Royaume-Uni

Le premier cycle des négociations post-Brexit a débuté à Bruxelles

Le Brexit a coûté plus de quatre milliards au Royaume-Uni

Le premier cycle des négociations post-Brexit a débuté à Bruxelles
Photo: AFP
International 06.03.2020 Cet article est archivé

Le Brexit a coûté plus de quatre milliards au Royaume-Uni

La sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne a coûté plus de 4,6 milliards d'euros aux contribuables britanniques, indiqué ce vendredi le National Audit Office (NAO).

(AFP) - Selon le contrôleur des comptes publics britanniques, les ministères ont dépensé 4,6 milliards d'euros entre le référendum sur le Brexit en juin 2016 et le 31 mars de cette année. Selon le NAO, les dépenses incluent 2,2 milliards d'euros de frais de personnel, 1,75 milliard pour la mise en place de nouveaux systèmes et infrastructures et 332 millions pour avoir recours à des consultants externes. Au pic en octobre dernier, quelque 22.000 personnes travaillaient sur les préparatifs du Brexit, voire d'une éventuelle absence d'accord avec l'UE («no deal»).

Le Royaume-Uni est devenu le 31 janvier le premier pays à quitter l'Union européenne, après 47 ans d'appartenance souvent marqués par de la réticence vis-à-vis du projet européen. Une période de transition est prévue jusqu'à la fin de l'année, où les règles communautaires continuent de s'appliquer, pour permettre à Londres et Bruxelles de tenter de trouver un accord sur leur relation post-Brexit.


Le ton s'est durci entre le négociateur européen, Michel Barnier, et le Premier ministre britannique, ce lundi
Londres et Bruxelles s'opposent sur l'après-Brexit
Trois jours ont passé depuis la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, et la bataille de l'après a commencé ce lundi. Boris Johnson rejette l'alignement réclamé par Bruxelles sur les règles de l'UE comme «prix» à payer pour un accord de libre-échange.

La tâche s'annonce difficile, les deux parties ayant évoqué jeudi d'importantes «divergences» à l'issue d'une première phase de négociations, laissant ouverte la possibilité d'un «no deal». «Dans leurs préparatifs de la sortie de l'UE, les départements gouvernementaux ont planifié de multiples issues potentielles, avec un calendrier changeant et de l'incertitude», a commenté le patron du NAO, Gareth Davies.

Toutefois, selon le contrôleur des comptes, le montant des dépenses ne représente qu'une «estimation minimum», compte tenu de «limitations» dans les données transmises par les ministères. Meg Hillier, une députée de l'opposition travailliste qui dirige la Commission parlementaire des comptes publics, a reproché au gouvernement de tenir le public «dans l'ignorance»: «les données sont limitées, et le Trésor semble indifférent au manque de transparence».     


Sur le même sujet

Des dissensions dans la négociation post-Brexit
Le négociateur de l'UE sur le Brexit, Michel Barnier, s'est inquiété jeudi de «sérieuses divergences» avec les Britanniques sur la future relation avec le Royaume-Uni, à l'issue d'un premier round de négociations à Bruxelles.
European Union chief Brexit negotiator Michel Barnier (R) and the British Prime Minister's Europe adviser David Frost speak at start of the first round of post-Brexit trade deal talks between the EU and the United Kingdom, in Brussels on March 2, 2020. (Photo by Olivier HOSLET / POOL / AFP)
Les divergences entre l'UE et Londres restent profondes
Des discussions sur le futur accord post-Brexit entre Londres et l'UE s'ouvrent ce lundi à Bruxelles dans un climat tendu et sous la pression du calendrier. D'autant que plusieurs points de friction sont susceptibles de bloquer les négociations.
ARCHIV - 29.01.2016, Belgien, Brüssel: Eine Flagge Großbritanniens weht vor dem Gebäuder der Europäischen Kommission. (zu dpa: «Politik und Wirtschaft wollen Klarheit für Zeit nach Brexit») Foto: Laurent Dubrule/EPA/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Les douanes prêtes à passer en mode Brexit
Le 1er janvier 2021, le Royaume-Uni aura quitté l'UE. Mais bien malin celui qui sait déjà quels contrôles, formalités douanières et taxes devront appliquer les douaniers du Findel.
Wort.FR, Les Douanes s’adaptent au Brexit, Administration des Douanes et Accises, Customs and Excise , Zoll, Luxair, Cargocenter, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Londres refuse les règles imposées par l'UE
Le Royaume-Uni entend négocier avec Bruxelles un accord de libre-échange «d'égal à égal» et n'acceptera pas que l'Union européenne contrevienne à sa liberté de fixer ses propres règles, prévient le négociateur britannique sur le Brexit, David Frost.
Boris Johnson espère conclure un accord de libre-échange du même type que ceux récemment négociés par l'UE avec le Canada ou le Japon
Londres et Bruxelles s'opposent sur l'après-Brexit
Trois jours ont passé depuis la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, et la bataille de l'après a commencé ce lundi. Boris Johnson rejette l'alignement réclamé par Bruxelles sur les règles de l'UE comme «prix» à payer pour un accord de libre-échange.
Le ton s'est durci entre le négociateur européen, Michel Barnier, et le Premier ministre britannique, ce lundi