Changer d'édition

Sortie de scène pour le béluga
International 2 min. 10.08.2022
Sauvetage

Sortie de scène pour le béluga

Délicate, l'opération avait suscité l'intervention de secouristes pour le moins médusés.
Sauvetage

Sortie de scène pour le béluga

Délicate, l'opération avait suscité l'intervention de secouristes pour le moins médusés.
Photo: AFP
International 2 min. 10.08.2022
Sauvetage

Sortie de scène pour le béluga

Après une opération périlleuse qui a duré toute la nuit, et placé dans un camion réfrigéré en direction de Ouistreham (Calvados), le cétacé est finalement décédé à son arrivée.

(AFP) Le béluga, qui avait été découvert il y a plus d'une semaine dans la Seine, a dû être euthanasié à son arrivée à Ouistreham (Calvados) après son transfert par camion d'une écluse de l'Eure vers le port normand, a annoncé la préfecture.


Lokales, online.fr, Tierheim Gasperich, Hunde, Katzen, Déierenasil Gaasperech,  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Les refuges croulent sous les demandes... d'abandons
Au malheureusement traditionnel afflux de pensionnaires de la période estivale s'ajoutent les abandons d'animaux post-covid, qui poussent les refuges à mettre en place de longues listes d'attente.

 «Le béluga est arrivé le mercredi 10 août à 10h30 au Service d’inspection vétérinaire et phytosanitaire aux frontières (SIVEP), situé à Ouistreham, pour réaliser une expertise vétérinaire et sanitaire avant d’envisager son potentiel transfert dans l’écluse de Ouistreham», a indiqué la préfecture du Calvados dans un communiqué. 

«Malgré les moyens techniques et logistiques mis en œuvre, l'état du cétacé s’est malheureusement dégradé lors du voyage. L'expertise vétérinaire a révélé la situation de grande faiblesse, et d’activité respiratoire défaillante du béluga. La décision a donc été prise collégialement, avec les vétérinaires, de l'euthanasier», a ajouté la préfecture.

«La mort dans l'âme»

Sur twitter, la vétérinaire du Sdis Florence Ollivet-Courtois, a expliqué que le cétacé avait subi une dégradation de son état lors du transport en camion mercredi matin. «En cours du voyage, les vétérinaires ont constaté une dégradation de son état, notamment de ses activités respiratoires. Et on a pu constater à l'instant que l'animal était en anoxie (Ndlr: une diminution de la quantité d'oxygène), donc ventilé insuffisamment, et donc la souffrance était évidente pour cet animal», a déclaré Mme Ollivet-Courtois.

 «Nous avons décidé qu'il n’était pas pertinent de le relâcher et donc qu'il fallait procéder à son euthanasie», a-t-elle ajouté.

L'ONG Sea Shepherd a également confirmé le décès du cétacé. «C'est la mort dans l'âme que nous annonçons que le béluga n'a pas survécu à la translocation qui était risquée, mais indispensable pour donner une chance à un animal autrement condamné. Suite à la dégradation de son état, les vétérinaires ont pris la décision de l'euthanasier», peut-on lire sur twitter.

La présence de l'animal marin repéré il y a plus d'une semaine dans la Seine, alors qu'il évolue habituellement dans des eaux froides, avait suscité un vif émoi, au-delà même des frontières françaises. 

Un bassin d'eau de mer, dans une écluse du port de Ouistreham, avait été mis à disposition pour réceptionner l'animal, qui devait y rester trois jours, le temps d'organiser son rapatriement en pleine mer. 


ARCHIV - 03.03.2019, Bayern, Neuschönau: Ein Wildschwein steht auf einem Plateau im Wald im Tier-Freigelände im Nationalparkzentrum Luse. Mehr als 57 000 Wildschweine haben Jägerinnen und Jäger in Niedersachsen in der zurückliegenden Jagdsaison erlegt. (zu dpa «Jäger erlegen weniger Wildschweine in Niedersachsen») Foto: Lino Mirgeler/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
«Les sangliers se reproduisent de manière explosive»
S'il y en a bien un qui ne semble pas se plaindre du réchauffement climatique, c'est bien le sanglier. Sa prolifération connaît une dynamique spectaculaire au point que l'administration de la nature cherche des solutions pour freiner sa croissance.

Selon l'observatoire Pelagis, spécialiste des mammifères marins, le béluga a une distribution arctique et subarctique. Il s'agissait, selon ces experts, du second béluga connu en France après qu'un pêcheur de l'estuaire de la Loire en avait remonté un dans ses filets en 1948.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet