Changer d'édition

La Wallonie en croisade pour le climat
International 3 min. 12.02.2019

La Wallonie en croisade pour le climat

La Wallonie en croisade pour le climat

AFP
International 3 min. 12.02.2019

La Wallonie en croisade pour le climat

Une loi régionale imposera à toutes les communes et à toutes les villes de la région un Plan local d’action climatique.

Par Max Helleff

Fini l'attentisme, au diable le laxisme. En Belgique, le climat ou plutôt la lutte contre le réchauffement climatique sont désormais partout. Dans les manifestations, dans les journaux et bien sûr dans les programmes des partis politiques qui s'avancent vers les élections générales du 26 mai.


A person holds up a sign during a 'Climate' protest organised by 'Rise for the Climate', in Brussels, to raise awareness for climate change on January 27, 2019. P (Photo by NICOLAS MAETERLINCK / various sources / AFP) / Belgium OUT
70.000 personnes marchent pour le climat à Bruxelles
Environ 70.000 personnes ont défilé dimanche à Bruxelles pour la Marche européenne pour le Climat, deux jours après le succès d'un rassemblement similaire à l'initiative de la jeunesse belge.

Dernière proposition en date: celle du parti humaniste CDH (Centre démocrate humaniste) qui a déposé une proposition de décret rendant obligatoire un Plan local d'action climatique dans chaque ville et commune de Wallonie. L'objectif ici est d'inviter les autres partis à s'associer à un projet qui fait la part belle à la participation citoyenne.

Aujourd'hui, les communes wallonnes ne manquent pas d'initiatives en tout genre pour lutter contre le réchauffement climatique et encourager à la protection de l'environnement. 

Récemment, Crisnée, près de Liège, s'est dotée d'une éolienne qui produit de l'électricité pour ses habitants. Namur a un Plan énergie climat depuis 2014. Ailleurs, on trouve des jardins collectifs, des tris sélectifs plus pointilleux, des plans de mobilité pour «décarbonner» l'environnement ou des mesures d'économie énergétique plus ou moins bien inspirées.

Beaucoup d'autres projets sont pris en charge par les citoyens eux-mêmes. Bien souvent, ceux-ci attendent longuement, désespérément, l'aide des pouvoirs publics. D'où l'efficacité plus qu'aléatoire des initiatives ainsi lancées.

L'idée du CDH est de rendre obligatoire à partir de la prochaine législature un Plan local d'action climatique partout en Wallonie. La commune qui ne remplirait pas ses devoirs serait sanctionnée par une diminution des subsides régionaux. Il faut savoir toutefois qu'en Wallonie, un certain nombre de bourgmestres sont déjà associés à la Convention des maires pour le climat et l'énergie qui rassemble 6.000 mandataires européens.

Ici aussi, l'objectif est d'aller de l'avant en matière environnementale. Mais cette collaboration reste soumise à l'appréciation de chaque commune, elle n'est pas obligatoire, d'où des niveaux d'implication très différents.

Dimitri Fourny, le chef de groupe humaniste au Parlement wallon, estime qu'«il est possible de mieux aiguiller les actions locales vers une politique ambitieuse en matière climatique: rénovation des bâtiments, modernisation des systèmes de chauffage… Sans oublier les efforts sur la mobilité, sur les circuits courts dans le domaine agricole. Les communes peuvent agir à leur niveau.» Mais les pouvoirs publics ne peuvent pas tout assumer: les habitants doivent être associés à la démarche.

Au passage, les initiateurs du décret régional wallon demandent de soutenir la proposition de loi sur le Climat soumise au débat au Parlement fédéral. Déposée par les écologistes francophones et flamands (Ecolo-Groen) et le Parti socialiste, celle-ci fait écho à l'appel de manifestants et d'universitaires pour coordonner la politique climatique des différentes entités du pays et fixer des objectifs généraux à long terme.

Tous les partis démocratiques ont souhaité qu'elle soit examinée dans l'urgence, à l'exception des nationalistes flamands de Bart De Wever et des libéraux flamands.

La lutte en faveur du climat marque en effet une fracture supplémentaire dans le paysage politique belge: une partie de la Flandre se demande ainsi comment régler la facture climatique alors que le pays ne serait déjà pas capable de régler celle des retraites.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet