Changer d'édition

La victoire en sourdine de Joe Biden
International 3 min. 11.04.2020

La victoire en sourdine de Joe Biden

Face à un Donald Trump qui s'enfonce dans la mauvaise gestion du covid-19, Biden gagne en crédibilité.

La victoire en sourdine de Joe Biden

Face à un Donald Trump qui s'enfonce dans la mauvaise gestion du covid-19, Biden gagne en crédibilité.
Photo : AFP
International 3 min. 11.04.2020

La victoire en sourdine de Joe Biden

Alors que toute l'actualité se focalise sur les dégâts du coronavirus aux USA, celui qui mènera la bataille présidentielle pour les démocrates face à Trump peine à se faire entendre. Quoique...

(AFP) - Devant des milliers de personnes survoltées, Barack Obama avait célébré, ému, le début d'une aventure «historique». Sous un tonnerre d'applaudissements, Hillary Clinton avait salué un «tournant» qui la voyait devenir la première femme candidate pour un grand parti américain. Joe Biden, lui, a marqué sa victoire dans les primaires démocrates par un communiqué et quelques remarques retransmises en ligne depuis le sous-sol de sa maison, où il est confiné à cause du coronavirus

Pour Joe Biden donc, pas de discours conquérant, pas de mise en scène victorieuse. L'époque, anxiogène, ne s'y prête pas. L'ancien vice-président vient pourtant, à 77 ans, de remporter dans les primaires démocrates une victoire plus nette et plus rapide contre le sénateur Bernie Sanders que celles de Barack Obama et Hillary Clinton. Le regard fixé vers la caméra, avec sa bibliothèque en fond, le septuagénaire a eu quelques mots mercredi soir pour son «ami» Bernie Sanders, avant de se tourner rapidement vers les questions d'électeurs sur la pandémie, lors d'une conférence diffusée sur internet. 

Depuis, il a commenté sur Twitter la crise et appelé à battre, le 3 novembre, Donald Trump à qui il adresse, chaque jour, une liste de questions sur la pandémie juste avant la conférence de presse du président républicain. Mais il peine à se faire une place dans les médias. 

«Nous traversons une époque hautement inhabituelle et cela a mis la campagne en sourdine», souligne David Lublin, professeur de sciences politiques à l'American University. Car non seulement tous les meetings ont été annulés depuis la mi-mars, mais Joe Biden doit, pour se faire entendre, faire «concurrence au président mais aussi à la crise internationale du covid-19» qui occupe les Une des journaux. 

Ne pourrait-il pas en faire plus, se déplacer, rencontrer du personnel soignant? «Je suis sûr que lui et son équipe continuent de réfléchir à ce qu'il pourrait faire» en ces temps inédits, confie David Lublin. Joe Biden s'attend à recevoir le soutien officiel de Barack Obama, encore très populaire chez les démocrates et dont la rare parole publique ne manquera pas d'avoir un grand écho. 

En attendant, il donne des interviews depuis le studio de télévision installé dans son sous-sol. Il affirmait début avril que ses discours en ligne, avant tout centrés sur l'épidémie, avaient été vus par «20 ou 30 millions de personnes». En face, Donald Trump s'assure, tous les jours, de longues plages de direct sur les grandes chaînes d'information en continu, avec des conférences de presse sur la crise du coronavirus qui assaille les Etats-Unis.

Intérêt de faire profil bas

 Ses longues interventions pourraient toutefois finir par lui nuire. Ne figurant pas parmi ses détracteurs habituels, le Wall Street Journal vient de déplorer ses «briefings gâchés» par le «spectacle ennuyeux» de ses joutes colériques avec des journalistes. La crise du coronavirus permet, au contraire, au vétéran de la politique Joe Biden, dont la vie a été secouée par des tragédies personnelles, «de mettre en avant deux de ses forces: sa compétence, avec sa connaissance du fonctionnement du gouvernement, et son empathie», selon David Lublin. 

 Déjà très connu des Américains, bénéficiant d'une légère avance sur Donald Trump dans les sondages nationaux, Joe Biden pourrait, ironiquement, avoir tout intérêt «à faire profil bas», ajoute Miles Coleman, analyste politique à l'université de Virginie. «Biden n'est bien évidemment pas un candidat parfait, il a ses défauts», déclare-t-il. «Il semble que les démocrates s'en tireraient mieux s'ils faisaient de cette élection un référendum sur Trump plutôt qu'un choix entre deux candidats».


Sur le même sujet

Cinq millions de nouveaux chômeurs aux USA
Semaine après semaine, les Etats-Unis voit leur taux de chômage grimper en flèche. Alors que Trump avait remis le pays au travail, le président peine à contenir ce flux record réclamant une allocation.
NEW YORK, NY - APRIL 7: A person is transported from an ambulance to the emergency room at Wyckoff Heights Medical Center on April 7, 2020 in New York, United States. Gov. Andrew M. Cuomo said on Tuesday in his daily briefing that 731 people had died since the prior day of the virus, the states highest one-day total   David Dee Delgado/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
Apple prêt à produire un million de masques
La firme informatique débutera sa production dès cette semaine. L'entreprise rejoint toute une série de sociétés mobilisées dans la lutte contre l'épidémie de covid-19 à travers le monde.
A man wearing a mask walks through the Bushwick section of Brooklyn April 5, 2020 in New York. - The coronavirus death toll in New York state spiked to 4,159, the governor said, up from 3,565 a day prior. The toll increase of 594 showed a slight decrease in the day-to-day number of lives lost compared to the previous day.  Governor Andrew Cuomo told journalists it was too soon to tell whether the decrease from the previous record of 630 deaths in one day was statisically significant. (Photo by Bryan R. Smith / AFP)
Biden toujours plus près de défier Trump
Après trois nouvelles victoires contre son rival Bernie Sanders dans les primaires démocrates, l'ancien vice-président apparaissait mardi pratiquement assuré de se retrouver devant le président sortant en novembre. Pour autant, la Maison Blanche reste bouleversée par la pandémie de coronavirus.
(FILES) In this file photo taken on February 29, 2020 Democratic presidential candidate Joe Biden delivers remarks at his primary night election event in Columbia, South Carolina. - Joe Biden won the Arizona Democratic primary over Bernie Sanders, giving him a sweep of the three US states which voted on March 17, 2020, TV networks said. With 56 percent of precincts reporting in Arizona, Biden led Sanders by 42.6 percent to 30.3 percent, according to New York Times figures.
Biden also won primaries in Florida and Illinois on Tuesday to open up a commanding lead over Sanders in the race for the Democratic presidential nomination. (Photo by JIM WATSON / AFP)
Les primaires perturbées par le coronavirus
Quelques heures à peine avant l'ouverture des bureaux de vote, le gouverneur de l'Ohio a annoncé le report de ses primaires présidentielles en citant l'«urgence sanitaire», une première dans la longue course à l'investiture démocrate dominée par Joe Biden face à Bernie Sanders.
Unis contre Trump, Biden et Sanders s'écharpent
Les deux candidats démocrates se sont vivement reproché certains de leurs choix politiques passés lors de leur premier duel télévisé des primaires du parti. Ils se sont tout de même mis d'accord pour dénoncer la gestion par Donald Trump de la pandémie de coronavirus.
TOPSHOT - Democratic presidential hopefuls former US vice president Joe Biden (L) and Senator Bernie Sanders greet each other with a safe elbow bump before the start of the 11th Democratic Party 2020 presidential debate in a CNN Washington Bureau studio in Washington, DC on March 15, 2020. (Photo by Mandel NGAN / AFP)