Changer d'édition

La vaccination anti-covid s'impose aux soignants belges
International 2 min. 20.08.2021
Immunité collective

La vaccination anti-covid s'impose aux soignants belges

Certains syndicats belges, comme la CSC, indiquent déjà que «le personnel de santé ne doit pas être présenté comme une sorte d’épouvantail».
Immunité collective

La vaccination anti-covid s'impose aux soignants belges

Certains syndicats belges, comme la CSC, indiquent déjà que «le personnel de santé ne doit pas être présenté comme une sorte d’épouvantail».
Photo : dpa
International 2 min. 20.08.2021
Immunité collective

La vaccination anti-covid s'impose aux soignants belges

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Rien ne sera effectif avant le mois prochain mais le Comité de concertation présidé par le Premier ministre Alexander De Croo a décidé, vendredi, qu'infirmiers, médecins et autres soignants se devaient d'être vaccinés.

Voilà plusieurs jours que le ministre de la Santé belge tâtait le terrain. A coup de petites déclarations, Frank Vandenbroucke avait plaidé pour contraindre tout personnel soignant d'être vacciné contre le covid-19. Vendredi après-midi, le comité de concertation a décidé de suivre cette voie; le Codeco demandant à employeurs et syndicats de s'entendre sur cette contrainte sanitaire imposée désormais aux professionnels de santé pour l'exercice de leur métier.


(FILES) In this file photo Christopher Edwards of Chesapeake Beach, Maryland, holds up a memorial to those who died of Covid-19, including his grandmother Brenda Meadows, as demonstrators hold a rally to call on US President Joe Biden to commit to a global coronavirus vaccination plan that includes  sharing vaccine formulas with the world to help ensure that every nation has access to a vaccine, on the National Mall in Washington, DC, May 5, 2021. - America's latest coronavirus wave, driven by the hyper-contagious Delta variant, has left vaccinated people seething at the unvaccinated for prolonging the pandemic and ensuring the return of restrictions rather than the carefree summer they were promised. "It's almost like they don't care about the rest of the world. They're being selfish and self-centered," Alethea Reed, a 58-year-old health care administrator in the capital Washington told AFP.On July 29, 2021, President Joe Biden announced the country's millions of federal workers would need to either get vaccinated or submit to regular tests and wear masks, following similar steps taken by California and New York. (Photo by SAUL LOEB / AFP)
Uber, Google, Facebook imposent le vaccin à leurs employés
Les trois géants emboîtent le pas à Joe Biden. Le président américain a notifié aux quatre millions d'agents fédéraux l'obligation de venir travailler soit vaccinés, soit testés et masqués.

Avant cet accord de principe, voilà des mois que la question était dans l'air. En juillet encore, l’Académie royale de médecine de Belgique et la Koninklijke Academie voor Geneeskunde van België (KAGB) avaient recommandé ensemble cette vaccination obligatoire. 

Selon les deux autorités, celle-ci devait s'imposer à tous les soignants et non-soignants des hôpitaux, des cliniques et des institutions de soins, ainsi qu’aux médecins, aux autres professionnels de la santé et aux bénévoles, impliqués dans les soins.

Le ministre de la Santé belge avait signalé qu'à ses yeux, il s'agissait là d'«un devoir» pour les soignants. Et de pointer du doigt, au passage, des situations fort variables d'un établissement à l'autre, d'une région à l'autre. Aussi, le responsable a-t-il invité les différentes unités de soins à rendre public, sur base volontaire d’abord, le taux de vaccination de leur personnel. «Cette publicité peut créer un incitant pour faire mieux», estime ainsi Frank Vandenbroucke.

Les partenaires sociaux belges vont maintenant devoir s'entendre sur la mise en place de cette obligation vaccinale. Comment en finir avec le seul volontariat? Quelle sanction en cas de refus? Voilà qui, comme en France, n'a pas fini de faire débat. Paris a d'ailleurs franchi un pas supplémentaire, cette semaine. Ainsi, les gendarmes français auront, eux aussi, le devoir de disposer d'un schéma vaccinal complet dans les semaines à venir, s'ils veulent être maintenus sur le terrain.


(FILES) In this file photograph taken on April 4, 2019, a French Gendarme looks through a pair of binoculars during a patrol of the beaches at Tardinghen near the northern port city of Calais. - For a year, these "land" gendarmes have been carrying out surveillance, intelligence and rescue missions in the 300-metre strip along the Opal coast. (Photo by Denis Charlet / AFP)
Paris vaccine ses gendarmes et incite ses policiers
Les gendarmes français affectés sur le terrain ou au contact du public devront être complètement vaccinés contre le covid-19 d'ici au 15 septembre. Côté police, aucun ordre n'a été donné.

Pour rappel, au Luxembourg, rien de la sorte n'a pour l'heure été envisagé par le gouvernement. De façon inattendue et isolée, seul le CHL a fait savoir qu'il ne recruterait plus de personnels non vaccinés contre le coronavirus dans les temps à venir. Aucun des autres centres hospitaliers du pays ne suivant cette décision, pour le moment. 

A la Chambre, une pétition publique réclamant la vaccination obligatoire «pour l'exercice de toute activité professionnelle comportant un contact régulier et inévitable avec le public» n'a recueilli que 430 soutiens.

Pour mémoire, une obligation vaccinale est déjà en vigueur dans les établissements de santé du Grand-Duché. Elle concerne notamment la protection contre les hépatites.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le virologue Claude Muller salue l'offre d'une troisième dose pour les plus de 18 ans. Il encourage le gouvernement à davantage cibler les personnes vulnérables dans cette nouvelle étape de la campagne de vaccination.
Deux mois après l'annonce officielle, l'obligation vaccinale entre en vigueur ce mercredi pour 2,7 millions de professionnels de santé de l'Hexagone. Ceux qui ne peuvent justifier une première dose seront suspendus sans rémunération ou devront utiliser leurs jours de congés.
A member of the medical staff vaccinates a colleague with a dose of the AstraZeneca-Oxford Covid-19 vaccine at the South Ile-de-France Hospital Group (Groupe Hospitalier Sud Ile-de-France), in Melun, on the outskirts of Paris, on February 8, 2021 during a visit of French Health Minister for an AstraZeneca vaccine injections campaign for people under the age of 65. - The top French medical authority (Haute autorite de Sante) has approved the vaccine AstraZeneca-Oxford for use in France, but only for people under 65, echoing decisions made in Sweden, Germany, Belgium and Switzerland over concerns about a lack of data on the effectiveness of the vaccine for over 65s. (Photo by Thomas SAMSON / POOL / AFP)
Persuader plutôt que forcer : voilà la ligne de conduite que la ministre de la Santé luxembourgeoise compte suivre pour faire progresser la vaccination auprès des salariés du domaine de la santé ou des professionnels en contact avec des personnels vulnérables.