Changer d'édition

La surpopulation à géométrie variable des prisons belges
International 3 min. 06.11.2020 Cet article est archivé

La surpopulation à géométrie variable des prisons belges

La surpopulation à géométrie variable des prisons belges

Photo: AFP / archives
International 3 min. 06.11.2020 Cet article est archivé

La surpopulation à géométrie variable des prisons belges

Max HELLEFF
Max HELLEFF
L’Etat a été condamné pour ne pas avoir amélioré les conditions des détenus. Le covid n’y a rien changé.

De notre correspondant, Max Helleff (Bruxelles) - L’Etat belge est régulièrement pointé du doigt pour sa surpopulation carcérale. On ne compte plus le nombre d’admonestations et de rapports défavorables venus du Conseil de l’Europe et de l’Observatoire international des prisons. Saint-Gilles et Forest évoquent parmi d’autres des lieux d’incarcération d’un autre temps. Et l’on passe sur l’enfer de certaines ailes psychiatriques…

Le covid ajoute à cette situation dramatique. Dans l’ensemble des prisons belges, 174 détenus ont été testés positifs au coronavirus depuis le 13 mars et 86 d’entre eux sont infectés actuellement, indiquait mercredi la direction générale des Établissements pénitentiaires.


(L-R) Belgium's Vice-Prime Minister and Public Health and Social Affairs minister Frank Vandenbroucke, German Community Minister President Oliver Paasch, Brussels Region Minister-President Rudi Vervoort, Walloon Minister President Elio Di Rupo, Prime Minister Alexander De Croo, Flemish Minister President Jan Jambon and Federation Wallonia - Brussels Minister President Pierre-Yves Jeholet give a press conference following a meeting of the consultative committee with ministers of the Federal government, the regional governments and the community governments, focused on the Covid-19 (novel coronavirus) outbreak, in Brussels, on October 30, 2020. - Belgium, the country with by some measures the world's worst coronavirus outbreak, will impose tighter lockdown rules from November 2, closing non-essential businesses and restricting household visits. (Photo by Philip REYNAERS / BELGA / AFP) / Belgium OUT
La Belgique opte pour un «confinement plus sévère»
La vie sociale des Belges sera fortement cadenassée durant «au moins un mois» pour faire front au coronavirus, suite à la décision prise vendredi soir par les autorités belges.

C’est un changement majeur par rapport à la première vague. Paradoxalement, les prisons étaient peu infectées au printemps dernier. 11% des 10.825 prisonniers belges, parmi les moins dangereux, avaient alors rejoint leur foyer au motif qu’il fallait vider les cellules pour diminuer le risque de contagion. Une fois la pandémie en recul, ils étaient retournés derrière les barreaux. 

Pour l’administration pénitentiaire, le covid est sous contrôle : «Grâce aux mesures de prévention et de protection dans les prisons belges, seuls un peu plus de 1% des plus de 8000 détenus testés ont eu un résultat positif», a-t-elle affirmé à l’agence Belga. «Les mesures de protection ont été adaptées dans la société, elles le sont également dans les prisons, afin de limiter un maximum la propagation du virus».

Condamnation de l'Etat

Les détenus, leurs familles et leurs avocats, sont d’un tout autre avis. A les entendre, les principaux pourvoyeurs du covid seraient les gardiens qui, parce qu’ils font l’aller-retour entre l’extérieur et la prison, propagent fatalement le virus. En face, les syndicats dénoncent des contrôles sanitaires insuffisants chez les condamnés qui reviennent infectés de libération conditionnelle et les « visites hors surveillance » qui permettent les contacts physiques.

Deux détenus de Lantin (Liège) sont allés en justice pour demander d’en finir avec la surpopulation des prisons. Ils ont gagné en première instance. L’Etat a été condamné à les indemniser. Mais il a aussitôt interjeté appel en faisant valoir qu’il n’a de cesse de donner davantage d’espace aux prisonniers. Ce qui est vrai si l’on juge de la construction de nouvelles prisons. Mais ce qui reste insuffisant au regard du nombre d’entrants.

Cadre légal manquant

La justice n’a pas suivi l’État belge. La cour d’appel de Liège n’a surtout pas apprécié qu’il mette en avant le renvoi de quelques centaines de prisonniers dans leur foyer lors de la première vague de la  pandémie pour se prévaloir de prétendus efforts : «La nette amélioration constatée en 2020 dont l’État se prévaut ne peut être prise en compte, la réduction du nombre de détenus étant liée à des mesures ponctuelles dont les effets ne peuvent qu’être à court terme.»

Tout le monde en a pris pour son grade. Le législatif, parce qu’il se montre incapable de mettre en place un cadre légal pour faire respecter l’article 23 de la Constitution, lequel stipule que «chacun a le droit de mener une vie conforme à la dignité humaine».  Et l’exécutif, parce qu’il traîne la patte chaque fois qu’il lui est demandé d’être vigilant au bien-être des prisonniers. «Un État normalement diligent et prudent n’aurait pas laissé se créer et perdurer une telle situation», a estimé  la cour en  condamnant la Belgique à mettre fin aux traitements inhumains et dégradants qui frappent les détenus au quotidien.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Depuis ce lundi, le centre pénitentiaire de Luxembourg est officiellement dirigé par une femme. Une première dans l'histoire de la prison de Schrassig qui va connaître, dans les prochaines années, de profonds changements. Joke Van der Stricht explique lesquels.
Gefängnis - Prison - gefangenschaft - strafvollzug - Schrassig - Gefangener  - prisonnier-Détenu - Uhaft - u-haft -  Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Lors d'une visite dans un centre de détention, si une personne refuse de se soumettre au contrôle de ses vêtements et de ses poches après un signal du portique détecteur métaux, l'accès au détenu lui est refusé.
Gefängnis Schrassig - strafvollzug - En Dag mat engem Giichtchen - Prison - gefängniswärter - Gardien de Prison - Gefangener - prisonnier - untersuchungshaft - détention provisoire - U-Haft -    Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Après les attentats de Bruxelles, la petite amie d’ Ali El Haddad Asufi (un des terroristes présumés) a continué à travailler pendant quatre ans chez Swissport. Sans jamais être inquiétée.
A girl lights a candle as people pay tribute to the victims of Tuesday's bomb attacks at the Place de la Bourse in Brussels, Belgium, March 26, 2016.  REUTERS/Francois Lenoir
En 2019, agents et enquêteurs luxembourgeois ont réussi à résoudre 53,9% des faits de délinquance dont ils ont eu connaissance. Dans le même temps, le pays voit le nombre d'infractions commises progresser aussi (+4%)
Razzia Perigord Verhaftung Festnahme Drogen Srec Police Polizei