Changer d'édition

La question migratoire fait tomber le gouvernement belge
International 3 min. 19.12.2018 Cet article est archivé

La question migratoire fait tomber le gouvernement belge

Le Premier ministre Charles Michel arrive au château de Laeken à Bruxelles.

La question migratoire fait tomber le gouvernement belge

Le Premier ministre Charles Michel arrive au château de Laeken à Bruxelles.
Photo: AFP
International 3 min. 19.12.2018 Cet article est archivé

La question migratoire fait tomber le gouvernement belge

Le pacte mondial de l'ONU sur les migrations, dénoncé par les nationalistes flamands, a eu raison du gouvernement belge: le Premier ministre libéral Charles Michel a jeté l'éponge mardi soir. Il fait le constat de l'absence de soutien pour son gouvernement en place depuis 2014.

(AFP) – A cinq mois des législatives prévues pour le 26 mai, la démission présentée mardi soir au roi Philippe ne va pas déboucher forcément sur son départ ni sur des élections anticipées. L'option «la plus probable», selon une source proche du pouvoir, est que le roi demande au gouvernement démissionnaire d'expédier les affaires courantes jusqu'à l'échéance électorale.

Charles Michel a annoncé sa démission après un débat au Parlement au cours duquel il avait appelé l'opposition à le soutenir au coup par coup, sur plusieurs thèmes-clés (pouvoir d'achat, sécurité, environnement), pour permettre au gouvernement de continuer à travailler.

L'appel à cette «coalition de bonne volonté» n'a «pas été entendu», a déploré le Premier ministre devant les députés. «Je prends donc la décision de présenter ma démission et mon intention est de me rendre chez le roi immédiatement», a-t-il affirmé.

Charles Michel, qui aura 43 ans vendredi, était à l'époque de son arrivée à la tête du gouvernement le plus jeune Premier ministre du royaume depuis 1840.
Charles Michel, qui aura 43 ans vendredi, était à l'époque de son arrivée à la tête du gouvernement le plus jeune Premier ministre du royaume depuis 1840.
Photo: AFP

Au cours d'une suspension de séance, socialistes et écologistes venaient de convenir du dépôt d'une motion pour renverser le gouvernement, traduisant le refus de cette «main tendue». Depuis le 9 décembre, date du départ des ministres nationalistes flamands de la N-VA, Charles Michel était à la tête d'un gouvernement privé de majorité. Son refus d'organiser un vote de confiance qui paraissait risqué l'exposait à des «motions de méfiance» de la part de l'opposition.

Record mondial de crises

Mardi soir, après avoir reçu M. Michel, le roi a annoncé qu'il mettait sa décision «en suspens». Il devrait mener des consultations avec les chefs de partis avant de trancher.

La Belgique détient un record mondial en matière de crises gouvernementales. Entre mi-2010 et décembre 2011, le royaume de 11 millions d'habitants avait tenu 541 jours sans gouvernement de plein exercice.

Cela n'avait toutefois pas empêché la prise de décisions importantes comme celle de l'intervention militaire en Libye. «Les affaires courantes n'empêchent pas le gouvernement de fonctionner, il doit simplement le faire de manière prudente», a commenté le député écologiste Georges Gilkinet sur la chaîne francophone RTBF.

La coalition au pouvoir associant depuis octobre 2014 libéraux et démocrates-chrétiens aux nationalistes flamands de la N-VA s'est effondrée sur le dossier de la migration. L'Alliance néoflamande (Nieuw Vlaamse Alliantie, N-VA) avait retiré son soutien à Charles Michel à la veille de son déplacement pour approuver le pacte de l'ONU au nom de la Belgique, le 10 décembre à Marrakech.

«Le trait est tiré»

Une attitude dénoncée par le chef du gouvernement comme «une volte-face» de la N-VA, alors qu'un consensus s'était dégagé sur ce texte au cours de l'été. Malgré son caractère non contraignant, ce texte était refusé par les nationalistes flamands au motif qu'il ouvrirait la voie à des pertes de souveraineté des Etats signataires pour arrêter leur politique migratoire.

Dans le sillage des Etats-Unis et d'Israël notamment, une dizaine de pays européens ont annoncé leur retrait ou le gel de leur décision après avoir approuvé le texte le 13 juillet à New York.

Depuis son départ du gouvernement, la N-VA continuait de monnayer son soutien au gouvernement belge devenu minoritaire. Pour voter le budget 2019 cette semaine à la Chambre, il avait notamment exigé de pouvoir rouvrir des discussions constitutionnelles sur le pouvoir des communautés, ce que le Premier ministre a jugé «inacceptable».

«J'ai constaté qu'il y avait des conditions nouvelles qui menaçaient de lancer le pays dans une fuite en avant confédérale et des élections anticipées. Nous n'avons pas accepté ces conditions. Le trait est tiré», a-t-il dit mardi après-midi devant les députés.


Sur le même sujet

La N-VA mène la fronde contre les dispositions particulières confiées au gouvernement Wilmès dans la lutte contre le coronavirus. Les pouvoirs spéciaux pourraient ne pas être renouvelés en juin.
Belgian Prime Minister Sophie Wilmes (R) speaks during a press conference following a meeting of the National Safety Council, gathering politicians and intelligence services, to discuss how to tackle the spread of the COVID-19, the novel coronavirus, in Brussels on April 15, 2020. (Photo by Benoit DOPPAGNE / BELGA / AFP) / Belgium OUT
Après un mois de discussions avec les partis politiques, les deux informateurs royaux n'ont pu aboutir à une solution. Le roi Philippe leur demande de poursuivre le travail jusqu'au 28 janvier.
Georges-Louis Bouchez et Joachim Coens sont toujours à la recherche de la bonne formule.
Le roi Philippe consulte. Intervenue mardi soir, la démission du gouvernement Michel l'a en quelque sorte placé au cœur de la crise. Tout au long de la journée, il a reçu les présidents de parti.
King Philippe - Filip of Belgium (R) and party president of the French centrist Christian democratic party Humanist Democratic Centre (Centre democrate humaniste - cdH) Benoit Lutgen (L) speak together after a meeting at the Royal Palace, in Brussels on December 19, 2018 a day after Belgian Prime Minister Charles Michel resigned from its position. - Nationalist anger over migration brought down the Belgian government on December 18, 2018, forcing Belgian Prime Minister Charles Michel to offer the king his resignation. (Photo by DIRK WAEM / BELGA / AFP) / Belgium OUT
Le gouvernement Michel bis survivra-t-il à cette semaine? La question est posée à la veille d'un possible vote de confiance à la Chambre. S'il est négatif, la Belgique pourrait aller aux élections anticipées.
N-VA's Bart De Wever looks on during a press conference of N-VA after they left a Minister's council meeting of the Federal Government regarding the global compact for migration, in Brussels, on December 8, 2018. (Photo by THIERRY ROGE / POOL / AFP) / Belgium OUT