Changer d'édition

La qualité des masques Avrox en question
International 2 min. 11.06.2020 Cet article est archivé

La qualité des masques Avrox en question

D'après la notice, les masques en tissu Avrox doivent être nettoyés à la main dans une eau à 30ºC

La qualité des masques Avrox en question

D'après la notice, les masques en tissu Avrox doivent être nettoyés à la main dans une eau à 30ºC
Photo: Shutterstock
International 2 min. 11.06.2020 Cet article est archivé

La qualité des masques Avrox en question

Jean-François COLIN
Jean-François COLIN
Après leur coût et le retard de livraison, c'est cette fois la qualité des protections importées d'Asie par la société luxembourgeoise qui pose problème. Les 15 millions de masques livrés à l'État fédéral belge ne respecteraient pas les recommandations officielles de lavage.

Décidément, la saga des masques n'a pas fini de rebondir chez le voisin belge. Alors que le journal Le Soir révélait mercredi que les 15 millions de pièces fournies par la société luxembourgeoise Avrox ne respectent pas les recommandations officielles de lavage, le ministère de la Défense réaffirme la conformité de ces masques en tissu aux recommandations de l'Organisation mondiale de la santé.

Concrètement, la notice indique qu'ils doivent être nettoyés à la main dans une eau à 30ºC, alors que les recommandations officielles de lavage font état «d'une température d'au moins 60°C pendant 30 minutes». «Le lavage à 60°C n'est qu'une recommandation, il ne modifiera pas les performances du masque, mais il en limitera la durée de vie», justifie la Défense dans un communiqué relayé par La Meuse ce jeudi. Et d'en conclure que «ces instructions d'entretiens ne sont donc pas du tout une menace pour la santé de l'utilisateur» et que ces protections affichent une qualité «irréprochable».


Les pharmacies belges tombent le masque
Alors qu'au Luxembourg, l'État a tablé sur l'armée, la police, puis le CGDIS et les communes pour la distribution gratuite de protections buccales à la population, le ministère belge de la Défense a confié cette mission aux officines. Une action repoussée au 15 juin.

Pour rappel, chargé de commander un stock de 18 millions de masques auprès des firmes luxembourgeoise Avrox (15 millions) et flamande Tweeds & Cottons (3 millions) à la fin avril, le gouvernement fédéral avait passé commande le 6 mai. Mais les retards de livraison se sont accumulés, si bien que les ultimes caisses n'ont été réceptionnées que... le week-end dernier. Sommée de s'acquitter d'une amende de 5,5 millions d'euros en raison de ces retards, Avrox n'en a pas moins dégagé un bénéfice eu égard au coût de 2,5 euros proposé à l'unité, soit une commande totale de 37,5 millions d'euros.

Un prix de vente qui a fait bondir le fournisseur de masques belge «I'll be bag»: déboutée lors de l'appel d'offres, la société n'a pas hésité à saisir le Conseil d'État. Son patron, Patrick Van der Vliet conteste en effet «la validité des motifs pour rejeter (mon) offre». Rappelons enfin qu'à partir du 15 juin, ce sont les 4.800 pharmacies du pays qui distribueront gratuitement ces masques à la population, en fournissant en priorité les seniors.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La société luxembourgeoise a bien livré les 15 millions de masques attendus par l'Etat belge, mais à quel prix? Polémique sur la nature de la société, retards dans la remise des échantillons comme dans la livraison globale, doutes sur la qualité. Les dirigeants d'Avrox s'expliquent. Enfin.
Daniel Lev, Owner and CEO of the Sion Medical factory, the country's first production line of N95 masks, displays a mask made at his factory in the southern Israeli city of Sderot on, June 15 2020. - Israel said it had opened a factory to make millions of high-spec masks as it prepares for a possible "second wave" of coronavirus cases. "We are preparing for a second wave of the virus," said Defence Minister Benny Gantz, announcing the country's first production line of N95 masks. Gantz said the local production "removes our dependence on foreign factors and contributes to the Israeli economy during a difficult period." (Photo by MENAHEM KAHANA / AFP)
Alors qu'au Luxembourg, l'État a tablé sur l'armée, la police, puis le CGDIS et les communes pour la distribution gratuite de protections buccales à la population, le ministère belge de la Défense a confié cette mission aux officines. Une action repoussée au 15 juin.
Samedi soir, la Belgique n'avait toujours pas vu débarquer le moindre masque commandé auprès de la société basée au Luxembourg. A défaut de perdre de l'argent, le pays perd du temps.
An employee works in the production of N95 face masks at a factory that produces 40,000 N95 masks per day, in Mexico City on May 21, 2020. - The company operates with the support of the city government and the National Autonomous University of Mexico (UNAM) and it will deliver 250,000 masks to the city hospitals. (Photo by ALFREDO ESTRELLA / AFP)
Qui se cache derrière Avrox, firme établie à Luxembourg et à qui l'Etat belge a passé commande pour 15 millions de masques? Le flou persiste et, chez nos voisins, le doute grandit de voir un jour la commande se concrétiser.
Christian worshippers attend a mass while wearing protective masks due to the COVID-19 pandemic at the Mart Shmoni church in Arbil, the capital of the autonomous Kurdish region of northern Iraq, on May 17, 2020. (Photo by SAFIN HAMED / AFP)
Le gouvernement fédéral belge vient de passer commande pour 40 millions d'euros de masques à une société établie au Grand-Duché depuis trois ans. Mais Avrox, basée à Luxembourg-Ville, livrera-t-elle bien les protections attendues?
People wearing protective face masks walk in Rue Neuve, a shopping street in Brussels centre on May 9, 2020, amid the country's lockdown to stem the spread of the COVID-19 outbreak caused by novel coronavirus. - Shops in Belgium will reopen on May 11, 2020. (Photo by JOHN THYS / AFP)