Changer d'édition

La Pologne prête à prendre la porte de l'UE
International 08.10.2021
Vers un Polexit

La Pologne prête à prendre la porte de l'UE

Pro et anti-UE ne cessent de s'opposer aussi en Pologne même.
Vers un Polexit

La Pologne prête à prendre la porte de l'UE

Pro et anti-UE ne cessent de s'opposer aussi en Pologne même.
Photo : AFP
International 08.10.2021
Vers un Polexit

La Pologne prête à prendre la porte de l'UE

La Commission européenne a averti qu'elle utiliserait «tous les outils» à sa disposition pour faire respecter la primauté du droit européen en Pologne. Cela alors que la plus haute juridiction polonaise a jugé des articles des traités de l'Union incompatibles avec la Constitution du pays.

(AFP) - Après le Brexit, l'Europe va-t-elle vivre un... Polexit. La menace n'est pas à prendre à la légère tant les tensions entre Varsovie et Bruxelles vont crescendo. Pour preuve, le ton ferme de ce communiqué de l'exécutif européen, «gardien des traités» de l'UE, exprimant sa «grave préoccupation» après une décision polonaise de repousser certains textes validés par les 27.


IPO , Luxtimes , Visite de Travail Charles Michel , President Conseil Europeen ,PK mit Xavier Bettel , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
«Notre modèle de développement devra évoluer»
Présent jeudi au Luxembourg, le président du Conseil européen a dressé un état des lieux «des défis à relever» pour l'UE. Un éventail de thèmes qui vont de la crise afghane au changement climatique en passant par la digitalisation.

Ce choix politique «met en cause plusieurs principes fondamentaux de l'organisation de l'Union», a dénoncé le commissaire européen à la Justice Didier Reynders, citant les principes de la primauté du droit européen sur le droit national et du caractère contraignant des décisions de la justice européenne. «Nous allons utiliser tous les outils à notre disposition pour faire en sorte que les principes fondateurs de l'Union soient respectés», a-t-il ajouté.

Sur les pas de la Hongrie

La Pologne est en conflit depuis plusieurs années avec Bruxelles à propos des réformes judiciaires engagées par le parti conservateur nationaliste au pouvoir Droit et Justice (PiS). Des réformes accusées de saper l'indépendance des juges en place dans le pays et qui ont déjà valu à Varsovie plusieurs condamnations de la Cour de justice de l'UE.


Hungary's Prime Minister Victor Orban addresses a press conference at the end of a European People's Party (EPP) meeting at the European Parliament in Brussels on March 20, 2019. - The Fidesz party of firebrand Hungarian Prime Minister Viktor Orban was hit with a temporary suspension from the European People's Party. Fidesz had faced expulsion after running a controversial billboard campaign that accused European Commission head Jean-Claude Juncker and liberal US billionaire George Soros, a bete-noir of Orban, of plotting to flood Europe with migrants. (Photo by EMMANUEL DUNAND / AFP)        (Photo credit should read EMMANUEL DUNAND/AFP via Getty Images)
La Commission pose un ultimatum à Viktor Orbán
Le Premier ministre hongrois a essuyé de virulentes critiques lors du Conseil européen jeudi après-midi, certains de ses homologues le menaçant de sanctions, d'autres l'enjoignant à quitter l'UE. De son côté, l'organe exécutif de l'Union lui a donné six jours pour s'expliquer.

La Pologne n'est pour l'instant pas parvenue à faire valider son plan de relance par la Commission européenne en raison de ces mêmes questions liées à l'Etat de droit. La Commission s'est par ailleurs engagée à utiliser dans les semaines qui viennent un nouveau mécanisme susceptible de suspendre les versements de fonds européens à un pays membre qui enfreint l'Etat de droit.

La Pologne, également en conflit avec Bruxelles à propos des zones anti-idéologie LGBT décrétées par certaines collectivités, s'est aussi distinguée jeudi en mettant son veto à une stratégie de l'UE sur les droits de l'enfant, tout comme la Hongrie. Le gouvernement polonais a estimé que ce texte «menacerait d'introduire dans le système légal polonais les mariages entre personnes de même sexe et les adoptions par les couples de même sexe».


Sur le même sujet

En conflit ouvert avec Bruxelles, la Hongrie et la Pologne contestent lundi devant la justice de l'UE un nouveau mécanisme qui risque de les priver de financements européens, dans un climat exacerbé par la décision controversée de la Cour constitutionnelle polonaise.
IPO,Einweihung des dritten Turmes des europäischen Gerichthofes,Cours de justice,CJUE. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Pour la première fois depuis l'arrivée du Premier ministre hongrois au pouvoir, plusieurs Etats membres de l'UE affichent officiellement leur opposition. En cause, le vote d'une loi opposée aux droits de la communauté LGBTI.
C'est à un sommet marathon auquel se livrent les chefs d'Etat de l'Union européenne à Bruxelles. Et au quatrième jour de négociation sur le plan de relance, les divergences restent vives entre pays membres. D'où le coup de sang du Premier ministre Xavier Bettel face à ses homologues jouant la carte du blocage.
Luxembourg's Prime Minister Xavier Bettel leaves the European Council building in the early morning during an EU summit in Brussels, on July 20, 2020. - Leaders from 27 European Union nations met throughout the night of July 19 to assess an overall budget and recovery package spread over seven years estimated at some 1.75 trillion to 1.85 trillion euros. The summit will continue into it's fourth day on Monday. (Photo by Olivier Matthys / POOL / AFP)
Après des mois de mises en garde, la Commission européenne pourrait déclencher mercredi une procédure sans précédent contre le gouvernement polonais, resté sourd aux demandes d'infléchir ses réformes judiciaires controversées.
Protestations devant le palais présidentiel à Varsovie.
Commission européenne
Bruxelles lance une enquête préliminaire inédite sur la situation de l'Etat de droit en Pologne.
Le président polonais Andrzej Duda à Kiev, le 5 décembre 2015.