Changer d'édition

La police veille pour éviter de nouvelles manifestations
International 3 min. 29.11.2022
A Pékin et à Shanghai

La police veille pour éviter de nouvelles manifestations

Après un week-end agité dans de nombreuses villes du pays, plusieurs manifestations étaient prévues lundi soir mais n'ont pas eu lieu, des journalistes de l'AFP à Pékin et Shanghai observant une forte présence policière.
A Pékin et à Shanghai

La police veille pour éviter de nouvelles manifestations

Après un week-end agité dans de nombreuses villes du pays, plusieurs manifestations étaient prévues lundi soir mais n'ont pas eu lieu, des journalistes de l'AFP à Pékin et Shanghai observant une forte présence policière.
Photo: AFP
International 3 min. 29.11.2022
A Pékin et à Shanghai

La police veille pour éviter de nouvelles manifestations

Les autorités communistes chinoises sont confrontées au mouvement de contestation le plus étendu depuis les mobilisations pro-démocratie de 1989.

(AFP) - Les villes de Pékin et Shanghai restaient mardi sous forte présence policière pour empêcher de nouveaux rassemblements, après les manifestations historiques du week-end contre les restrictions liées au Covid et pour plus de libertés politiques.


This frame grab from eyewitness video footage made available via AFPTV on November 27, 2022 shows demonstrators shouting slogans as police hold their positions, in Shanghai. - Angry crowds took to the streets in Shanghai in the early hours of November 27 and videos on social media showed protests in other cities across China, as public opposition to the government's hardline zero-Covid policy mounts. (Photo by AFPTV / AFP)
Les protestations se multiplient en Chine
La lassitude de la population est grande après presque trois ans de restrictions drastiques.

Les autorités communistes chinoises sont confrontées au mouvement de contestation le plus étendu depuis les mobilisations pro-démocratie de 1989. En toile de fond, le ras-le-bol populaire après près de trois ans de stricte politique zéro Covid - avec confinements à répétition et tests PCR désormais quasi quotidiens des habitants - mais aussi de profondes frustrations vis-à-vis du système politique chinois.

L'élément déclencheur: un incendie mortel la semaine dernière à Urumqi, capitale de la région du Xinjiang (nord-ouest). Les restrictions sanitaires sont accusées d'avoir empêché le travail des secours, des arguments balayés lundi par le gouvernement.

Forte présence policière

Après un week-end agité dans de nombreuses villes du pays, plusieurs manifestations étaient prévues lundi soir mais n'ont pas eu lieu, des journalistes de l'AFP à Pékin et Shanghai observant une forte présence policière. Des manifestants ont dit avoir reçu des appels de la police qui les a interrogés sur leur présence aux rassemblements des jours précédents.

A Shanghai, près de l'endroit où la foule avait exigé dimanche la démission du président Xi Jinping, les employés de bars du quartier ont confié à l'AFP avoir reçu l'ordre de fermer à 22H00 en raison d'un «contrôle de l'épidémie».


(FILES) This file picture taken on February 22, 2013 shows a young man walking past a Foxconn recruitment point in Shenzhen, south China's Guangdong province. - Violent protests have broken out around Foxconn's vast iPhone factory in central China on November 23, 2022, as workers clashed with security personnel over Covid restrictions at the plant. (Photo by AFP) / China OUT
Manifestation dans la plus grande usine d'iPhone du monde
«Défendons nos droits!»: des manifestations d'employés ont éclaté mercredi en Chine dans la plus grande usine d'iPhone au monde, propriété du sous-traitant taïwanais Foxconn, selon des images diffusées sur les réseaux sociaux Twitter et Weibo.

Des groupes d'agents se tenaient aux abords de chaque sortie de métro. Lundi, pendant la journée, les journalistes de l'AFP ont vu l'arrestation de quatre personnes, dont une a été relâchée ensuite. Un reporter a compté 12 voitures de police stationnées dans un rayon de 100 mètres autour de la rue Urumqi, épicentre des manifestations de Shanghai dimanche. «Il y a de la nervosité dans l'air ce soir, il y a tellement de policiers tout autour», a déclaré à l'AFP un trentenaire présent sur place lundi soir.

«N'oubliez pas!» 

Lundi à Pékin, le déploiement de policiers en voiture et à pied, avec l'aide d'un réseau de caméras de surveillance mais aussi du froid ambiant, a également découragé tout nouveau rassemblement.

Certains ont toutefois réussi à se réunir, notamment à Hong Kong - secoué en 2019 par des manifestations pro-démocratie - où des dizaines de personnes ont rendu hommage, à l'université chinoise, aux victimes de l'incendie d'Urumqi, a constaté l'AFP. «Ne détournez pas le regard, n'oubliez pas!», ont-elles scandé.

Et à Hangzhou, ville située à environ 170 kilomètres au sud-ouest de Shanghai, les forces de sécurité étaient également visibles, tandis que de petites manifestations ont éclaté, selon des images circulant sur les réseaux sociaux et dont certaines ont été géolocalisées par l'AFP.


Comment Nico a fait sortir un village chinois de la pauvreté
Ce Luxembourgeois, originaire de Dudelange, vit désormais en Chine après être tombé sous le charme de l'Empire du milieu et avoir apporté sa précieuse aide afin de lutter contre la pauvreté dans un village reclus au fin fond des montagnes.

Le contrôle strict des autorités chinoises sur l'information et les restrictions sanitaires sur les voyages à l'intérieur du pays compliquent la vérification du nombre total de manifestants durant le week-end. Mais un soulèvement aussi étendu est rarissime en Chine, compte tenu de la répression contre toute forme d'opposition au gouvernement.

Il a immédiatement suscité l'attention de la communauté internationale. Le président américain Joe Biden a dit se tenir «informé de ce qui se passe» de «près».

Un porte-parole du haut-commissariat des Nations unies aux droits de l'homme, Jeremy Laurence, a appelé «les autorités à répondre aux manifestations conformément aux lois et normes internationales relatives aux droits humains».


Sur le même sujet

Le président de la Chine et le grand-duc Henri se sont adressé plusieurs échanges afin d'évoquer le lien qui unit les deux pays. Plusieurs projets de développement des relations bilatérales sont d'ailleurs en cours.
Congrès du Parti communiste chinois
Le président chinois Xi Jinping a été reconduit dimanche à la tête du Parti communiste, désormais composée de proches alliés, devenant le dirigeant le plus puissant depuis Mao Tsé-toung, fondateur du régime.
People watch a live broadcast of China's President Xi Jinping speaking during the introduction of the Communist Party of China's Politburo Standing Committee, on a screen at a shopping mall in Qingzhou in China's eastern Shandong province on October 23, 2022. (Photo by AFP) / China OUT