Changer d'édition

La pédagogie au chevet de la capitale belge
International 3 min. 23.08.2021
Vaccination

La pédagogie au chevet de la capitale belge

En Wallonie, les taux de vaccination sont respectivement de 47 et 66%, Bruxelles étant en retard avec 17 et 30%.
Vaccination

La pédagogie au chevet de la capitale belge

En Wallonie, les taux de vaccination sont respectivement de 47 et 66%, Bruxelles étant en retard avec 17 et 30%.
Photo: AFP
International 3 min. 23.08.2021
Vaccination

La pédagogie au chevet de la capitale belge

La «pause» sanitaire imposée à Bruxelles et sa région soulève à la fois la question de sa gouvernance et celle de sa précarité.

De notre correspondant Max Helleff (Bruxelles) - Sans attendre, le non-assouplissement des mesures anti-covid à Bruxelles a entraîné son lot de réactions et de polémiques. Vendredi, le Comité de concertation (Codeco) qui réunit les différents niveaux de pouvoir (fédéral, régions, communautés) a décidé d’amorcer dès le 1er septembre la phase 4 du retour à la vie normale dans le pays. Mais pas dans la capitale ni dans sa région, contraintes à une «pause» pour ne pas avoir atteint un niveau de vaccination suffisant.


Bruxelles privée de mesures d’assouplissement
Toute la Belgique retourne à une vie (presque) normale, à l’exception de sa capitale qui paie le prix fort du rejet vaccinal.

Concrètement, les restrictions antérieures imposées par la lutte contre la pandémie y restent de mise, alors qu’elles tomberont à la rentrée en Wallonie et en Flandre, ces deux régions étant «récompensées» pour leur adhésion au vaccin. «Cela signifie que dans l’Horeca, les lieux de culte... là où le virus risque de circuler, nous maintenons l’arrêté ministériel en vigueur», avait précisé vendredi le ministre-président bruxellois, le socialiste Rudi Vervoort.

Ce week-end, de nouveaux chiffres livrés par la task force vaccination ont mis un peu plus en évidence le fossé vaccinal existant entre le pays et sa capitale, cette fois dans les catégories d’âge inférieures. En Flandre, plus de 70% des jeunes de 12 à 15 ans et plus de 80% des 16-17 ans ont reçu leur première dose de vaccin. En Wallonie, ces taux de vaccination sont respectivement de 47 et 66%, Bruxelles étant en retard avec 17 et 30%. «Il est important de protéger la jeunesse, notamment en ce qui concerne la protection intergénérationnelle», a commenté le patron de la task force, le professeur Dirk Ramaekers.

La décision du Codeco est diversement commentée. Le libéral Georges-Louis Bouchez, dont le Mouvement réformateur est dans l’opposition à Bruxelles, tacle le gouvernement régional pour sa gestion de la crise sanitaire. «Les échecs s'accumulent... jusqu'à quand? On ne peut laisser cette majorité tuer notre belle région capitale, moteur et vitrine de la Belgique», estime -t-il.

L’appréciation de la situation est forcément différente dans le camp d'en face. Dans La Libre Belgique, Emil Kir, le bourgmestre de la commune bruxelloise de Saint-Josse, détaille par le menu la difficulté de vacciner sur un territoire où vivent 160 nationalités et où se parlent 80 langues. «Il y a des communautés qui ont parfois d’autres préoccupations que la vaccination. Il y a des réticences, mais ça rentre dans l’ordre», indique le bourgmestre. 

Emil Kir parie sur la pédagogie. «On s’acharne sur le vaccin alors que c’est l’infection qui tue… C’est le virus le problème, il faut le répéter.» Pour lui, la décision de Rudi Vervoort devrait «faire réfléchir beaucoup de monde». Il souligne notamment que «dans certaines maisons de repos il n’y a plus de décès» et que «dans les communes aisées, les gens sont vaccinés». Le journal Le Soir estime lui aussi que la «précarité est l’obstacle majeur à la vaccination». D’autres voix encore s'élèvent, notamment pour estimer que la mesure conservatoire qui frappe Bruxelles n’empêchera nullement ses habitants de circuler dans les autres régions du pays.

La situation dans la capitale sera réévaluée « fin septembre, début octobre ». La question étant de savoir si d’ici là, la hausse des infections et des hospitalisations n’aura pas contraint les autorités à reconfiner en tout ou en partie le pays.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les données actuelles publiées par les autorités de santé belges ne permettent toutefois pas de dire quel est le nombre de vaccinés parmi les nouveaux décès en lien avec le covid-19.
CENTREVILLE, VA - OCTOBER 19: Kaitlin North, 2nd grade teacher at Colin L. Powell Elementary School, helps a student read aloud a letter they wrote to the family of Colin Powell with their condolences after news of his passing due to COVID-19 complications was announced, on October 19, 2021 in Centreville, Virginia. Students and faculty at the school, which is named after the former Secretary of State, honored his legacy by lowering the school's flag to half-staff, watching a video of Powell and holding a moment of silence.   Kenny Holston/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
Une troisième dose de vaccin à ARN messager sera bien administrée aux plus de 65 ans volontaires pour cette troisième injection anti-covid.
23.09.2021, Niedersachsen, Hannover: Eine Helferin legt in einer Impfkabine des Impfzentrums auf dem Messegelände eine Spritze mit Corona-Impfstoff in eine Schale. Das gemeinsame Impfzentrum von Stadt und Region Hannover auf dem Messegelände wird am 27.09.2021 nach rund acht Monaten seinen Betrieb einstellen. Foto: Moritz Frankenberg/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Rien ne sera effectif avant le mois prochain mais le Comité de concertation présidé par le Premier ministre Alexander De Croo a décidé, vendredi, qu'infirmiers, médecins et autres soignants se devaient d'être vaccinés.
Corona Altenheim