Changer d'édition

La mort du lanceur d'alerte du coronavirus provoque la colère
International 15 3 min. 07.02.2020

La mort du lanceur d'alerte du coronavirus provoque la colère

Agé de seulement 34 ans, le docteur Li, est mort à l'hôpital central de la ville coupée du monde depuis le 23 janvier 2020.

La mort du lanceur d'alerte du coronavirus provoque la colère

Agé de seulement 34 ans, le docteur Li, est mort à l'hôpital central de la ville coupée du monde depuis le 23 janvier 2020.
Photo: AFP
International 15 3 min. 07.02.2020

La mort du lanceur d'alerte du coronavirus provoque la colère

Li Wenliang, le médecin chinois sanctionné pour avoir tiré l'alarme à l'apparition du nouveau coronavirus a succombé vendredi à l'épidémie. Libérant un flot de colère en Chine où le bilan continue de s'alourdir avec 636 morts déjà enregistrés.

L'épidémie prend surtout un tour politique avec le décès dans la nuit du docteur Li Wenliang, un médecin de Wuhan qui avait donné l'alerte fin décembre après l'apparition du virus dans la capitale du Hubei.   

Deux semaines après la mise de facto en quarantaine du Hubei, province où est apparue la pneumonie virale, l'épidémie a contaminé 31.161 personnes en Chine continentale, parmi elles 636 en sont mortes, selon un dernier bilan officiel. Dans le reste du monde, 240 cas de contaminations ont été confirmés dans une trentaine de pays et territoires, dont deux mortels, à Hong Kong et aux Philippines. 

 Convoqué par la police 

Comme d'autres personnes, il avait été convoqué après ses révélations par la police, qui l'avait accusé de propager des rumeurs. Il fait désormais figure de héros national face à des responsables locaux accusés d'avoir caché les débuts de l'épidémie. 

«C'est un héros qui a donné l'alerte au prix de sa vie», écrit un de ses confrères wuhanais sur le réseau en ligne Weibo. «Que tous ces fonctionnaires qui s'engraissent avec l'argent public périssent sous la neige», s'emportait un internaute, dans un commentaire promptement effacé par la censure. 

Le docteur Li, âgé de seulement 34 ans, est mort à l'hôpital central de la ville coupée du monde depuis le 23 janvier avec ses 11 millions d'habitants. Ophtalmologue, le docteur Li a contracté la maladie en soignant un patient.

Le docteur Li Wenliang
Le docteur Li Wenliang
Photo: AFP

 Réagissant promptement à la colère populaire, le pouvoir central a annoncé l'ouverture d'une enquête sur «les circonstances entourant le docteur Li Wenliang, telles qu'elles ont été rapportées par les masses» et l'envoi sur place d'une équipe d'enquêteurs anticorruption. Fait rare, la Cour suprême avait déjà réhabilité fin janvier dans un article huit lanceurs d'alerte, qui avaient tenté d'avertir la population au début de l'épidémie. 

Paquebots en rade 

De nombreux pays du monde ont multiplié les restrictions à l'entrée des personnes en provenance de Chine et déconseillé les voyages dans ce pays. D'autres poursuivaient l'évacuation de leurs citoyens de Wuhan. Le Canada devait ainsi accueillir dans la journée un avion rapatriant près de 180 de ses ressortissants. 

 Situation angoissante: des milliers de voyageurs et de membres d'équipage sont consignés sur deux navires de croisière en Asie. Au large du Japon, le Diamond Princess est maintenu depuis mardi en quarantaine après la confirmation de 61 cas à bord. Quelque 3.700 personnes y sont cloîtrées dans leur cabine. A Hong Kong, quelque 3.600 personnes subissent un sort similaire sur le World Dream, dont trois anciens passagers ont été testés positifs. 

 Et selon un communiqué des autorités japonaises, un autre paquebot, le Westerdam, est en route vers le Japon avec au moins un cas confirmé à bord. 

Paralysie prolongée 

Au cours des dernières 24 heures, le bilan de l'épidémie s'est alourdi de 73 décès en Chine continentale, dont 69 au Hubei. Les autorités ont dénombré 3.143 nouveaux cas de contamination. Le taux de mortalité du nouveau coronavirus, autour de 2%, reste pour l'heure très inférieur à celui du Sras (Syndrome respiratoire aigu sévère), qui avait provoqué la mort de 774 personnes dans le monde en 2002-2003. 

 L'économie chinoise pourrait être durablement plombée, car, dans de nombreuses provinces, la plupart des entreprises et des usines ne reprendront pas leurs activités avant le 10 février au mieux. Le géant automobile nippon Toyota a annoncé vendredi un nouveau report d'une semaine de la reprise de la production de ses usines en Chine, désormais suspendue jusqu'au 16 février inclus. 


Sur le même sujet

L'OMS redoute une propagation accrue hors de Chine
Le bilan de l'épidémie du nouveau coronavirus a franchi mardi la barre des 1.000 morts, et pour l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui a dépêché une mission d'experts en Chine, le nombre croissant de cas de transmission hors de ce pays pourrait augurer d'une plus grande propagation de l'épidémie à travers le monde.
Medical personnels wearing protective suits stay near a block's entrance in the ground of a residential estate, in Hong Kong, early on February 11, 2020, after two people in the block were confirmed to have contracted the coronavirus according to local newspaper reports. (Photo by Anthony WALLACE / AFP)
Le coronavirus se propage
Signalé pour la première fois par l'OMS le 31 décembre 2019, le virus 2019-nCoV s'est propagé sur quatre continents en quelques semaines. La Chine, centre de l'épidémie, est particulièrement touchée.
04.02.2020, China, Hongkong: Passanten tragen Atemschutzmasken, während sie an einem Werbeplakat vorbeigehen. Die Weltgesundheitsorganisation (WHO) erklärte die Ausbreitung des Coronavirus zu einer «gesundheitlichen Notlage von internationaler Tragweite». Foto: Miguel Candela/SOPA Images via ZUMA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Un Luxembourgeois bientôt rapatrié de Wuhan
Le ministère des Affaires étrangères a annoncé qu'un premier citoyen du Grand-Duché, ayant séjourné dans la province source de l'épidémie de coronavirus, allait revenir au pays ce dimanche 9 février. Il sera aussitôt placé en quarantaine.
Pour l'heure, nul remède n'a encore été trouvé pour enrayer les ravages de l'infection respiratoire.ity building in Hong Kong on February 7, 2020, calling for the government to close its border with mainland China to contain the new coronavirus epidemic. - Hong Kong on February 7 said it will deploy an army of volunteers to bolster plans to forcibly quarantine all arrivals from mainland China, warning that anyone caught breaching the new rules faces up to six months prison. (Photo by Philip FONG / AFP)
La microphobie
Le président Xi Jinping a qualifié le coronavirus de «démon». Une boîte de Pandore dès lors est ouverte, et le diable est lâché.
TOPSHOT - A passenger aboard the Diamond Princess cruise ship waves to the media upon arriving at Yokohama port on February 6, 2020. - Ten more people on a cruise ship off Japan have tested positive for the new coronavirus, local media said, raising the number of infections detected on the boat to 20. (Photo by Kazuhiro NOGI / AFP)
«Un vaccin contre le coronavirus dans les six mois»
Alors que l’épidémie de pneumonie virale se répand à travers le monde, le spécialiste du département infection et immunologie du Luxembourg Institute of Health conserve un optimisme mesuré. Le professeur Claude P. Muller répond aux questions que tout le monde se pose.