Changer d'édition

La liaison Luxembourg-Bruxelles restera à la peine
International 2 min. 03.03.2021

La liaison Luxembourg-Bruxelles restera à la peine

La liaison Luxembourg-Bruxelles restera à la peine

Photo: Guy Jallay
International 2 min. 03.03.2021

La liaison Luxembourg-Bruxelles restera à la peine

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
S'il avait été acté, côté luxembourgeois, que l'accélération du temps de trajet entre les deux capitales européennes ne pourrait se faire avant 2030, la Belgique officialise que les retards du projet proviennent bel et bien de difficultés financières du royaume.

Douché fin janvier par le Grand-Duché, l'espoir de relier Luxembourg à Bruxelles en un peu plus de deux heures d'ici 2027 est désormais enterré par la Belgique. Confirmant les propos tenus par son homologue François Bausch (Déi Gréng), le ministre fédéral de la Mobilité indique que la fin des travaux de modernisation de la liaison entre les deux capitales européennes prendront de nouveau du retard, par «manque de financement».


Bruxelles à 2h05 de Luxembourg pas avant 2030
Un temps évoqué pour devenir réalité en 2023, l'amélioration du temps de parcours entre les deux capitales européennes se heurte à des difficultés côté belge. Malgré l'appel aux fonds de la Commission, la concrétisation du projet prendra encore du temps, indique mardi François Bausch.

Dans une réponse parlementaire publiée mardi, Georges Gilkinet (Ecolo) indique qu'«il manque effectivement des centaines de millions d’euros» pour pouvoir mener à bien un chantier pourtant débuté en 2007. S'il ne confirme pas explicitement le chiffre de 400 millions d'euros avancé par le député Josy Arens (CdH), le ministre assure toutefois de sa volonté «totale de finir les travaux en temps et en heure», sans toutefois avancer de nouveau calendrier.

Pour tenter de débloquer la situation, Belgique et Luxembourg avaient lancé, courant janvier, un appel de détresse à la Commission. Les deux ministres de la Mobilité demandant à l'exécutif européen d'utiliser les capacités budgétaires du plan de relance de 750 milliards d'euros destiné à financer des projets voués à réduire les émissions de CO2 au sein de l'UE. Car si la rénovation de la voie et la refonte de son tracé bénéficiera aux passagers, elle doit aussi permettre de développer le ferroutage sur l'axe mer du Nord-Méditerranée. 


SNCB - Belgische Eisenbahn
L'Europe sollicitée pour la ligne Bruxelles-Luxembourg
Les ministres de la Mobilité belge et luxembourgeois viennent de cosigner une demande pour que la Commission européenne mobilise des fonds pour la réfection de cette voie ferrée.

Ce n'est donc pas un hasard si Georges Gilkinet assure vouloir «faire du rail la colonne vertébrale de la mobilité en Belgique» et qualifie «d'axe crucial du transport ferroviaire (...) tant pour le transport de voyageurs que de marchandises», les 226 kilomètres de voies qui relient Luxembourg-Ville à Bruxelles. Interrogé mercredi sur un éventuel retour de la part de la Commission, le ministère luxembourgeois de la Mobilité indique une nouvelle fois «ne pas encore avoir eu de retour».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Bruxelles à 2h05 de Luxembourg pas avant 2030
Un temps évoqué pour devenir réalité en 2023, l'amélioration du temps de parcours entre les deux capitales européennes se heurte à des difficultés côté belge. Malgré l'appel aux fonds de la Commission, la concrétisation du projet prendra encore du temps, indique mardi François Bausch.