Changer d'édition

La justice aux trousses des masques Avrox
International 3 min. 04.05.2021

La justice aux trousses des masques Avrox

L'été dernier, Laurent Hericord et Brice Erniquin tenaient une conférence de presse pour justifier la bonne foi. Pas gagné...

La justice aux trousses des masques Avrox

L'été dernier, Laurent Hericord et Brice Erniquin tenaient une conférence de presse pour justifier la bonne foi. Pas gagné...
Photo Archives : Guy Jallay
International 3 min. 04.05.2021

La justice aux trousses des masques Avrox

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le parquet de Bruxelles a ordonné une perquisition au siège social de l'entreprise au Grand-Duché, mardi. En cause : des suspicions de faux et usage de faux, escroquerie et entrave à la liberté des enchères dans le cadre de la livraison de 15 millions de masques en tissu au gouvernement belge l'an dernier.

Un an tout juste que le nom d'Avrox est entré dans l'actualité. Entre la rubrique santé et faits divers. En effet, la société basée rue de Bastogne à Luxembourg n'a cessé depuis le printemps dernier de faire parler d'elle. En mal le plus souvent pour avoir décroché, dans des conditions douteuses, un marché pour la fourniture de masques de protection à la population belge. Un marché signé par le ministre de la Défense d'alors, Philippe Goffin. Des livraisons qui n'ont jamais pu avoir lieu à temps, en nombre suffisant et des accessoires reçus dont la nocivité a été soulignée... 


Apotheken dürfen die Masken nicht mehr verteilen.
Les masques Avrox retirés du marché en Belgique
Le ministre belge de la Santé, Frank Vandenbroucke, recommande que les protections fournies par la firme "luxembourgeoise" Avrox ne soient plus distribuées, ni portées.

Aujourd'hui, changement de rubrique. Avrox passe dans l'actualité judiciaire. En effet, ce mardi, une perquisition a été organisée au siège social de la société. Notamment. Car, au journal Le Soir, la porte-parole du parquet de Bruxelles a assuré que d'autres perquisitions avaient été menées, ce 4 mai, «dans plusieurs pays, sous la coordination d’Eurojust (Agence de l'Union européenne pour la coopération en matière de justice pénale)».

Ce n'est donc plus quelques parlementaires ou des chercheurs mettant en cause la qualité de leurs produits que les trois associés dans cette affaire doivent maintenant convaincre mais des magistrats. Le temps se gâte à nouveau pour les deux Français Brice Erniquin, Laurent Hericord et le Jordanien Hamzeh Talhouni. Trois hommes d'affaires, trois amis, trois jet-setteurs qui auront tout de même réussi à s'attirer les bonnes grâces du gouvernement pour un contrat qui, initialement, se montait à 32 millions d'euros...

Direction l'île Maurice

L'instruction ouverte par le parquet de Bruxelles porte sur des préventions de faux et usage de faux, blanchiment, escroquerie et entrave à la liberté des enchères et soumissions. Des charges graves portées contre Avrox qui, jusqu'à cet impressionnant marché, n'avait jamais fait parler d'elle dans la distribution de matériels paramédicaux. Mais la société avait réussi à prouver qu'elle avait une expérience dans le domaine des masques, et des grandes quantités, en apportant les preuves d'avoir livré déjà 250.000 pièces en étoffe réutilisable à un autre client. Ce que peu de leurs concurrents avaient à leur actif alors, et qui a dupé les autorités belges.

Qui? Le duo Erniquin-Hericord n'a jamais voulu révéler l'identité de ce mystérieux acheteur. Mais les doutes se portent désormais sur un ''homme d'affaires'', ami, jet-setteur du trio Avrox : un certain Flavio D à la tête de la firme Bright Periods Consulting à l'île Maurice. C'est par ce biais qu'Avrox a reçu une première commande pour un million de masques; sans lien avec l'activité de ladite société offshore. 

Réunion d'affaires sans doute entre fournisseurs et client. Flavio D. et un représentant d'Avrox (Laurent Hericord) se connaissaient donc au-delà de la seule relation commerciale d'après ce cliché capté sur Instagram.
Réunion d'affaires sans doute entre fournisseurs et client. Flavio D. et un représentant d'Avrox (Laurent Hericord) se connaissaient donc au-delà de la seule relation commerciale d'après ce cliché capté sur Instagram.
Photo : DR

Les journaux belges Le Soir et Het Laatste Nieuws ont réussi à démontrer que Flavio D. et Laurent Hericord se connaissaient de longue date. Et bien plus pour des virées en mer et des soirées branchées sur la Côte d'Azur que pour des transactions commerciales, cela depuis plusieurs années. Sans doute, la justice belge soupçonne le Brésilien d'avoir trafiqué quelques documents pour permettre à ses amis de réaliser une belle affaire. Sur le dos du contribuable belge et au mépris des risques pour la santé... 

En effet, début 2020, des nanoparticules d’argent et de dioxyde de titane, nocives, avaient été repérées à l'analyse des masques fournis par Avrox. Masques aussitôt retirés des pharmacies qui en assuraient la distribution. Une découverte qui faisait suite, quelques mois plus tôt, à l'emploi abusif d'un logo Oeko-Tex, attestant faussement de la qualité des protections buccales fabriquées au Vietnam.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Un dirigeant d'Avrox sous les verrous
C'est à Cannes que vient de rebondir l'affaire mettant en cause une société abritée au Luxembourg. Un des administrateurs d'Avrox (soupçonné d'escroquerie à l'encontre du ministère de la Défense belge) est maintenant entre les mains de la police.
Les masques Avrox refont tousser en Belgique
Les protections fournies par la société luxembourgeoise à l'Etat belge contiendraient des particules nocives à la santé. Un chapitre de plus pour ce contrat décidément rocambolesque.
14.02.2021, Niedersachsen, Steinhude: Ein Schild weist auf die Maskenpflicht zur Eindämmung der Corona-Pandemie hin, während Menschen bei Sonnenschein auf dem zugefrorenen Steinhuder Meer unterwegs sind. Foto: Moritz Frankenberg/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Avrox à nouveau sur le gril
Après avoir été la cible d'une information judiciaire en fin de semaine dernière, la société luxembourgeoise est accusée à présent d'avoir fourni un mauvais guide d'utilisation du matériel et d'afficher le mauvais logo sur les masques fournis à la Belgique. «Une erreur technique», se défend l'entreprise.
Avrox met bas les masques
La société luxembourgeoise a bien livré les 15 millions de masques attendus par l'Etat belge, mais à quel prix? Polémique sur la nature de la société, retards dans la remise des échantillons comme dans la livraison globale, doutes sur la qualité. Les dirigeants d'Avrox s'expliquent. Enfin.
Daniel Lev, Owner and CEO of the Sion Medical factory, the country's first production line of N95 masks, displays a mask made at his factory in the southern Israeli city of Sderot on, June 15 2020. - Israel said it had opened a factory to make millions of high-spec masks as it prepares for a possible "second wave" of coronavirus cases. "We are preparing for a second wave of the virus," said Defence Minister Benny Gantz, announcing the country's first production line of N95 masks. Gantz said the local production "removes our dependence on foreign factors and contributes to the Israeli economy during a difficult period." (Photo by MENAHEM KAHANA / AFP)
Beaucoup de masques, énormément de doutes
Qui se cache derrière Avrox, firme établie à Luxembourg et à qui l'Etat belge a passé commande pour 15 millions de masques? Le flou persiste et, chez nos voisins, le doute grandit de voir un jour la commande se concrétiser.
Christian worshippers attend a mass while wearing protective masks due to the COVID-19 pandemic at the Mart Shmoni church in Arbil, the capital of the autonomous Kurdish region of northern Iraq, on May 17, 2020. (Photo by SAFIN HAMED / AFP)