Changer d'édition

La guerre plombe les prévisions de croissance et d'inflation
International 3 min. 16.05.2022 Cet article est archivé
En Europe

La guerre plombe les prévisions de croissance et d'inflation

Ces prévisions sont soumises à «une forte incertitude» liée à l'évolution du conflit, a prévenu le commissaire à l'Economie Paolo Gentiloni.
En Europe

La guerre plombe les prévisions de croissance et d'inflation

Ces prévisions sont soumises à «une forte incertitude» liée à l'évolution du conflit, a prévenu le commissaire à l'Economie Paolo Gentiloni.
Photo: AFP
International 3 min. 16.05.2022 Cet article est archivé
En Europe

La guerre plombe les prévisions de croissance et d'inflation

La Commission européenne a annoncé lundi avoir abaissé de 1,3 point sa prévision de croissance économique pour la zone euro en 2022 à 2,7%, et augmenté de 3,5 points sa prévision d'inflation à 6,1%, à cause de la guerre en Ukraine.

(BaL avec AFP) - «Il ne fait aucun doute que l'économie de l'UE traverse une période difficile en raison de la guerre de la Russie contre l'Ukraine, et nous avons revu nos prévisions à la baisse en conséquence. Le facteur négatif le plus important est la flambée des prix de l'énergie, qui porte l'inflation à des niveaux record et pèse sur les entreprises et les ménages européens», a déclaré le vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis, dans un communiqué.


Covid oblige, Christine Lagarde n'a pas pu recevoir les cinq lauréates au siège de la BCE comme le veut la tradition.
La BCE pourrait revoir ses taux à la hausse dès juillet
La Banque centrale européenne pourrait commencer à relever ses taux d'intérêt dès le mois de juillet, a averti mercredi sa présidente Christine Lagarde, alors que la zone euro est confrontée à une flambée de l'inflation.

Ces prévisions sont soumises à «une forte incertitude» liée à l'évolution du conflit et le tableau pourrait se noircir encore, a prévenu le commissaire à l'Economie Paolo Gentiloni. «D'autres scénarios sont possibles, dans lesquels la croissance pourrait être plus faible et l'inflation plus élevée que ce que nous prévoyons aujourd'hui», a-t-il expliqué.

Pour l'ensemble de l'Union européenne, la prévision de croissance de cette année est abaissée à 2,7% et l'inflation est attendue encore plus haut que dans les 19 pays partageant la monnaie unique, à 6,8%.

Une flambée des matières premières

Bruxelles table sur une croissance du Produit intérieur brut (PIB) de 2,3% en 2023 dans la zone euro comme dans l'UE et estime que l'inflation retombera l'an prochain à respectivement 2,7% et 3,2%.


poor Asian man hand open empty purse looking for money having problem bankrupt broke after credit card payday
Le conflit en Ukraine fait souffler un vent d'inquiétude
Alors qu'une accalmie semblait se dessiner sur le front de la pandémie, l'Europe voit se dérouler une guerre à ses portes. Les conséquences de ce conflit viennent renforcer les inquiétudes liées à l'inflation et aux difficultés d'approvisionnement.

La guerre en Ukraine a renforcé les vents contraires qui existaient avant le début du conflit, mais qui auraient dû se dissiper au cours de l'année. Il s'agit en particulier des hausses de tarifs sur les matières premières qui, au-delà de l'énergie, se propagent aux prix de l'alimentation et de certains produits industriels et services.

Le conflit a également accru les problèmes des chaînes d'approvisionnement et augmenté l'incertitude tant pour les entreprises que pour les ménages, a expliqué Paolo Gentiloni.

L'économie connaît une évolution en dents de scie depuis deux ans. Après avoir été frappée en 2020 par les effets de la pandémie de Covid, l'activité a fortement rebondi à partir du printemps 2021. Résultat, une croissance record de 5,4% enregistrée l'an dernier dans la zone euro, après une récession historique (PIB en repli de 6,4%) l'année précédente.

6,8% d'inflation au Luxembourg

L'acquis de croissance de 2021 sauve les chiffres de 2022. Sans cet impact, la croissance ne dépasserait pas 0,8% cette année, a souligné Paolo Gentiloni.


Des finances publiques jugées «solides»
Le premier trimestre 2022 s'est positivement déroulé du point de vue de la situation financière de l'Etat. Yuriko Backes, la ministre des Finances, a fait le point ce lundi.

La Commission européenne prévoit par ailleurs une croissance ralentie au Luxembourg. Ainsi, l'économie nationale devrait continuer à croître à un rythme de 2,2% en 2022 et de 2,7% en 2023, par rapport à 2021. L'inflation, de son côté, devrait s'établir à 6,8% en 2022 et 2,3% en 2023 au Grand-Duché. 

Les prévisions sont par ailleurs réjouissantes du point de vue du chômage. Alors que le nombre de demandeurs d'emploi n'a cessé de chuter ces derniers mois, la Commission européenne prévoit un taux de chômage de 5,1% en 2023, contre 5,2% en 2022.

Enfin, le solde des administrations publiques devrait pour sa part enregistrer un léger déficit de 0,1% du PIB en 2022, et un léger excédent de 0,1 % en 2023. Le niveau de la dette, lui, devrait rester faible.


Sur le même sujet

La guerre en Ukraine a fait s'accélérer la flambée des prix de l'énergie, entraînant une inflation inédite doublée d'une croissance à plat en Europe. La combinaison de ces deux phénomènes réveille le spectre de la stagflation.
(FILES) This file photo taken on April 29, 2020 shows a customer pushing a shopping cart past the shelves during  purchases at a supermarket in Duesseldorf, western Germany, on April 29, 2020. - A surge in eurozone consumer prices, propelled even higher by Russia's invasion of Ukraine, is "very close" to reaching its peak, European Central Bank vice-president Luis de Guindos said on April 28, 2022. (Photo by Ina FASSBENDER / AFP)
Pour le directeur de la Fedil, l'industrie luxembourgeoise a du mal à suivre la demande. Le secteur subit depuis deux ans les crises à répétition et peine à trouver une certaine stabilité.
Les supermarchés, tout comme Xavier Bettel, appellent les consommateurs à acheter leurs produits en quantité raisonnable.
Le variant Omicron cause de nouvelles turbulences dans les chaînes d'approvisionnement mondiales, ce qui va se répercuter dans les prochaines semaines sur les prix à la consommation.
Surprised African-American man in denim jacket looks at receipt total in sales check holding paper bag with products in mall
La hausse généralisée des prix, et en particulier de ceux de l'énergie, rend la vie des familles à faibles revenus encore plus difficile. Une situation qui inquiète Caritas Luxembourg et la Chambre des salariés.