Changer d'édition

La grosse fatigue des démocrates-chrétiens belges
International 3 min. 12.05.2022
Politique en Belgique

La grosse fatigue des démocrates-chrétiens belges

Le Vlaams Belang (extrême droite) est toujours le premier parti de Flandre, selon le sondage VRT. Un parti castré puisqu’il ne gouverne pas, suivi de peu par la N-VA.
Politique en Belgique

La grosse fatigue des démocrates-chrétiens belges

Le Vlaams Belang (extrême droite) est toujours le premier parti de Flandre, selon le sondage VRT. Un parti castré puisqu’il ne gouverne pas, suivi de peu par la N-VA.
Crédit: D.R.
International 3 min. 12.05.2022
Politique en Belgique

La grosse fatigue des démocrates-chrétiens belges

Max HELLEFF
Max HELLEFF
Le CD&V, incontournable depuis la fin de la Seconde Guerre, s’écroule à moins de 10% des intentions de vote.

De notre correspondant Max HELLEFF (Bruxelles) - Les partis «chrétiens» belges ne brillent pas par leur forme. L’ex-Parti social-chrétien (PSC), qui avait tourné le dos à la croix en devenant au début du millénaire le cdH (Centre démocrate humaniste), vient à nouveau de changer de nom pour devenir «Les Engagés». Il voit dans cette refondation, couplée à une cure d’opposition aux différents niveaux de pouvoir, la possibilité d’un rebond.


Le Premier ministre belge Alexander De Croo a annoncé la poursuite des activités des réacteurs Doel 4 (Anvers) et Tihange 3 (Huy) pendant dix ans.
La Belgique fourbit ses armes énergétiques
La hausse des prix met en lumière les tractations entre Engie et le gouvernement De Croo.

Mais c’est surtout au nord que les choses prennent une tournure dramatique. Le parti chrétien-démocrate flamand (CD&V) boit carrément le bouillon. Un sondage de la chaîne publique VRT le donne à 8,7 % des intentions de vote, contre 15,4 % des suffrages aux élections régionales de 2019. Ce score en fait la lanterne rouge des formations politiques flamandes, derrière les communistes du PVDA. Du jamais-vu.

Un homme a décidé de tirer les conclusions de ce naufrage : Joachim Coens, le président du CD&V, va démissionner. Il évoque un «sondage trop dramatique» - qui en confirme d’autres.

Un parti à la ramasse

En Flandre comme souvent ailleurs, la démocratie-chrétienne est à la ramasse. Mais le CD&V paie aussi le fait de s’être allié il y a une quinzaine d’années à un petit parti qui allait devenir très vite un incontournable de la politique belge: la N-VA de Bart De Wever. Plus flamande, plus rageuse contre la Belgique francophone, plus anti-immigration, servie de surcroît par un homme habile et manœuvrier. Pour bien des analystes, De Wever, qui n’a jamais pris de responsabilités au fédéral, fut le véritable Premier ministre du gouvernement Michel (2014-2018). Le CD&V en fit partie lui aussi, mais en demi-teinte, aux côtés des libéraux francophones et flamands.


Theo Francken, Belgian minster for asylum and migration attends a session of the Chamber Commissions for Interior Affairs at the federal parliament in Brussels on September 19, 2018. (Photo by THIERRY ROGE / Belga / AFP) / Belgium OUT
Les liaisons dangereuses d'un nationaliste flamand
Theo Francken invite l'extrême droite à se retirer des prochaines élections afin de renforcer le poids des nationalistes de la N-VA en Belgique.

La N-VA a rejoint à la fin 2018 l’opposition, mais le CD&V n’a pas pour autant tiré parti de cette mise en retrait du pouvoir. Il est de surcroît l’objet de querelles internes. La dernière a opposé le président Coens à «son» ministre régional Wouter Beke. Ce dernier avait eu la malencontreuse idée de suggérer de limiter le congé parental non plus au douzième anniversaire de l’enfant, mais au troisième seulement. Pour un parti qui met la famille et ses valeurs au centre de son programme, une telle suggestion faisait assurément tache.

Un jeune atout en remplacement

Le successeur de Joachim Coens pourrait être Sammy Mahdi, l’actuel secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration. Un homme jeune encore, issu de l’immigration, mais qui n’hésite pas à prendre des décisions difficiles contre ces nouveaux arrivants qui font tellement peur à une certaine Flandre. Le tout en se mettant en poche les partis progressistes de la coalition Vivaldi du Premier ministre Alexander De Croo.


Leader of Reformist Movement Georges-Louis Bouchez delivers a speech during a meeting of the liberal Reformist Movement (MR) in Herstal, near Liege, on May 1, 2022. (Photo by BRUNO FAHY / BELGA / AFP) / Belgium OUT
Le cordon sanitaire belge resserré
Une «charte de la démocratie» reliftée doit prémunir les partis francophones de toute entente avec l'extrême droite.

Mahdi est doté d’un sens évident de la communication. Il a déjà été candidat à la présidence du parti, mais les membres lui avaient préféré de peu Joachim Coens. Ils avaient ainsi choisi le profil le plus conventionnel, technocratique et quelque peu raide, qui aujourd’hui ne séduit plus les jeunes électeurs. Mahdi, lui, veut un CD&V plus social - le socioéconomique revient en force - mais aussi plus conservateur sur le plan culturel et sociétal.

Et pour le reste, le Vlaams Belang (extrême droite) est toujours le premier parti de Flandre, selon le sondage VRT. Un parti castré puisqu’il ne gouverne pas, suivi de peu par la N-VA. Les socialistes de Vooruit – servis par le très christique ministre de la Santé Frank Vandenbroucke – sont troisièmes. L’Open VLD du Premier ministre De Croo stagne aux alentours de 10 % des intentions de vote. A peine mieux que le CD&V. Alexander De Croo est pourtant l’un des hommes politiques les plus populaires du pays. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Au moins 75 morts suspectes passent chaque année sous les radars belges en raison du manque d’autopsies.