Changer d'édition

La fronde s'amplifie, la grève continue
International 3 min. 11.12.2019 Cet article est archivé

La fronde s'amplifie, la grève continue

Edouard Philippe et le gouvernement français sont restés sur leurs positions. Les syndicats ont appelé à durcir la grève.

La fronde s'amplifie, la grève continue

Edouard Philippe et le gouvernement français sont restés sur leurs positions. Les syndicats ont appelé à durcir la grève.
Photo: AFP
International 3 min. 11.12.2019 Cet article est archivé

La fronde s'amplifie, la grève continue

Au septième jour de la grève, le Premier ministre a dévoilé mercredi en détails le projet de réforme des retraites du gouvernement français. L'opposition s'est encore amplifiée et la mobilisation est amenée à se renforcer.

(AFP) - Fin des régimes spéciaux, système universel à points indexés sur les salaires, âge d'équilibre à 64 ans, basculement à partir de la génération née en 1975: le Premier ministre a dévoilé mercredi en détails le projet de réforme des retraites du gouvernement, faisant immédiatement basculer la CFDT parmi ses opposants au septième jour d'une grève amenée à se renforcer.

«Il n'y aura ni vainqueur ni vaincu» avec la réforme, a affirmé Edouard Philippe dans un discours d'une heure devant le Conseil économique, social et environnemental (Cese), assurant qu'il ne s'agissait pas là d'une «bataille».

Mais sitôt le plan dévoilé, la fronde syndicale a gagné une recrue de poids: la «ligne rouge est franchie», a tonné, visiblement courroucé, Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, pourtant seul syndicat soutenant un système universel à points. Ses instances devaient se réunir mercredi après-midi pour décider d'actions «dans les jours à venir».

«Un âge d'équilibre»  

L'âge légal restera à 62 ans, avec «un âge d'équilibre» progressivement amené à 64 ans et «un système de bonus-malus», a précisé le Premier ministre. C'est cette mesure qui a fait bondir la CFDT, opposée à ce que soient mélangées «la nécessité d'une réforme systémique (...) et la réforme paramétrique qui demanderait aux travailleurs de travailler plus longtemps». Laurent Escure, le dirigeant de l'Unsa, autre syndicat réformiste, a lui aussi parlé de «ligne rouge» avec cette «mesure d'âge», une «désagréable surprise», selon lui.


CGT union rail workers gather to take part in a demonstration in Rennes on December 10, 2019 as part of a a sixth day of massive strike action over government's plans to overhaul the pension system. - Unions have vowed to keep up the fight over the reforms, which are set to be finalised and published on December 11. Another mass demonstration is planned in Paris and other cities today, with teachers and other workers once again expected to walk out alongside transport workers. (Photo by Damien MEYER / AFP)
Transports perturbés et nouvelles manifestations en vue
Seulement un quart des trains habituellement en service sont assurés ce mardi en Lorraine. Cela ne risque pas de s'arranger puisqu'une nouvelle mobilisation générale est annoncée jeudi.

«Le temps est venu de construire un système universel de retraites», avait lancé le Premier ministre en introduction de son discours, disant avoir «écouté» et «entendu» les partenaires sociaux et l'ensemble des Français, tout en se déclarant «totalement déterminé».

Retraite minimum garantie à 1.000 euros et «85% du SMIC dans la durée», possibilité de partir deux ans plus tôt pour les personnes exerçant des métiers usants, niveau de pension des enseignants «sanctuarisé», majoration de 5% dès le premier enfant figurent aussi parmi les mesures présentées. Avec le fait que les Français nés avant 1975 ne seront pas concernés par la réforme et que la génération qui aura 18 ans en 2022 sera la première à intégrer le système universel.

Les partenaires sociaux fixeront la valeur du point «sous le contrôle du Parlement», a assuré le Premier ministre. La loi prévoira une règle d'or pour que la valeur du point acquis ne puisse pas baisser avec une indexation non pas sur les prix mais sur les salaires qui, dans notre pays augmentent plus vite, a précisé le Premier ministre.

 «Renforcer la grève»

La disparition des régimes spéciaux, notamment ceux de la SNCF et de la RATP, cause de la grève qui paralyse depuis le 5 décembre les transports publics, est confirmée, mais les modalités sont renvoyées à la négociation interne: 

«Je souhaite que les présidents d'entreprises publiques engagent le dialogue avec les organisations syndicales», a dit le Premier ministre, pour qui les garanties données «justifient que la grève s'arrête».

C'est au contraire à «renforcer la grève» qu'a appelé Laurent Brun, le secrétaire général de la CGT-Cheminots, premier syndicat de la SNCF. Quant au secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, il ne croit pas que les cheminots seront satisfaits des annonces du gouvernement qui, selon lui, «s'est moqué du monde».

Le Medef satisfait

Alliés de la CGT dans le mouvement social contre la réforme, FO a appelé à renforcer la mobilisation et la FSU (premier syndicat chez les enseignants) a assuré que «le mécontentement et la détermination restent entiers».

Le patron du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, a au contraire salué «un bon équilibre entre une réforme qui est redistributive» et le fait qu'«il faut, quand c'est possible, qu'on travaille plus longtemps».

Le projet de loi gouvernemental sera prêt «à la fin de l'année», soumis au conseil des ministres le 22 janvier et discuté au Parlement fin février.    


Sur le même sujet

La grève française sur de bons rails
Pour le sixième jour consécutif, ce mardi, très peu de trains circuleront entre la France et le Luxembourg. Maigre consolation : les usagers du rail possédant un abonnement peuvent se reporter -gratuitement- vers les bus RGTR.
Commuters board a train at Saint-Lazare railway station in Paris,  during a strike of state railway company SNCF employees over French government's plan to overhaul the country's retirement system, as part of a national strike. (Photo by JACQUES DEMARTHON / AFP)
La grève en France passe la cinquième
La circulation des trains entre Lorraine et Luxembourg reste toujours fortement perturbée ce lundi. Comme depuis jeudi dernier, le mouvement de protestation national pénalise tous les déplacements. Mais en début de matinée, c'est surtout la région parisienne qui a été engorgée.
Vehicles run on the Paris' ring road, the "Peripherique", on December 9, 2019 in Porte de Vincennes in Paris,  during a strike of Paris public transports  over French government's plan to overhaul the country's retirement system, as part of a national strike. (Photo by JACQUES DEMARTHON / AFP)
La France dans les rues pour exprimer son ras-le-bol
Plus de 450.000 manifestants en régions, 250.000 à Paris, des secteurs entiers d'activité ont tourné au ralenti à la suite de la mobilisation contre la réforme des retraites, promesse phare du quinquennat d'Emmanuel Macron.
People take part in a demonstration against the pension overhauls, in Paris, on December 5, 2019 as part of a nationwide strike. - Trains cancelled, schools closed: France scrambled to make contingency plans on for a huge strike against pension overhauls that poses one of the biggest challenges yet to French President's sweeping reform drive. (Photo by Zakaria ABDELKAFI / AFP)
Une mobilisation massive contre la réforme des retraites
TGV, métros ou bus bloqués, écoles fermées et près de 250 cortèges organisés: syndicats, partis d'opposition et «gilets jaunes» ont engagé ce jeudi avec l'exécutif un bras de fer autour de la future réforme des retraites, promesse phare du quinquennat d'Emmanuel Macron.
Près de 250 cortèges sont organisés ce jeudi à travers la France