Changer d'édition

La France, cible privilégiée des terroristes
International 4 min. 15.07.2016 Cet article est archivé
De nombreuses attaques depuis janvier 2015

La France, cible privilégiée des terroristes

De nombreuses attaques depuis janvier 2015

La France, cible privilégiée des terroristes

AFP
International 4 min. 15.07.2016 Cet article est archivé
De nombreuses attaques depuis janvier 2015

La France, cible privilégiée des terroristes

L'attentat qui a fait au moins 70 morts jeudi soir à Nice survient après plusieurs attaques commises ou déjouées en France depuis les attentats islamistes de janvier 2015 contre Charlie Hebdo et le supermarché Hyper Cacher (17 morts).

L'attentat qui a fait au moins 70 morts jeudi soir à Nice survient après plusieurs attaques commises ou déjouées en France depuis les attentats islamistes de janvier 2015 contre Charlie Hebdo et le supermarché Hyper Cacher (17 morts).

- 7-9 jan 2015: Les frères Chérif et Saïd Kouachi tuent 12 personnes le 7 janvier au siège de l'hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo à Paris. Parmi les victimes figurent le directeur du journal, plusieurs de ses caricaturistes vedettes et deux policiers.

Après deux jours de cavale, les deux assaillants sont abattus par les forces de sécurité, après s'être retranchés dans une entreprise de la banlieue est de la capitale.

Le 8 janvier, Amedy Coulibaly tue une policière et blesse un agent municipal à Montrouge, au sud de Paris. Le 9 janvier, il prend en otages les clients et employés d'un supermarché casher de Paris et tue quatre d'entre eux, tous juifs. Il est abattu dans l'assaut donné par la police peu après la mort des frères Kouachi.

Ceux-ci se revendiquaient d'Al Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa), Amedy Coulibaly du groupe Etat islamique (EI).

- 13 jan 2015: Un jihadiste présumé de 23 ans, converti à l'islam, appréhendé en novembre 2014 lors d'un coup de filet à Saint-Pierre-lès-Elbeuf (Seine-Maritime) et suspecté d'appartenir à une filière vers la Syrie, menace de mort un policier à Elbeuf.

- 3 fév 2015: A Nice, trois militaires en faction devant un centre communautaire juif sont agressés au couteau. L'assaillant, Moussa Coulibaly, 30 ans, demeurant à Mantes-la-Jolie (Yvelines), est aussitôt arrêté. Il exprime en garde à vue sa haine de la France, de la police, des militaires et des juifs.

- 19 avr 2015: Sid Ahmed Ghlam, étudiant algérien en informatique, est arrêté à Paris, soupçonné d'avoir tué une femme et préparé un attentat imminent contre une église de Villejuif dans la banlieue sud de Paris. En possession d'armes de guerre, il était connu des services de renseignement pour avoir basculé dans l'islam radical. Il admettra avoir projeté d'autres actions.

- 26 juin 2015: Yassin Salhi tue et décapite son patron Hervé Cornara à Chassieu (Rhône) puis, brandissant des drapeaux islamistes, tente de faire exploser l'usine Air Products de Saint-Quentin-Fallavier (Isère), en précipitant son fourgon contre des bouteilles de gaz avant d'être arrêté.

- 13 juil 2015: Quatre jeunes de 16 à 23 ans, dont un ancien militaire, soupçonnés de projeter l'attaque du camp militaire de Fort Béar, à Port-Vendres (Pyrénées-Orientales) et la décapitation filmée d'un officier au nom du jihad, sont arrêtés. Ils revendiquent leur engagement aux côtés de l'EI.

- 21 août 2015: Un carnage est évité dans un train Thalys reliant Amsterdam à Paris lorsque des militaires américains maîtrisent un homme lourdement armé qui ouvre le feu à hauteur de Oignies (Haute-Picardie). Deux personnes sont blessées, l'une par balle, l'autre par arme blanche. L'assaillant, un jeune Marocain, est interpellé.

- 10 nov 2015: Annonce de l'arrestation le 29 octobre d'un homme de 25 ans, mis en examen pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste. Surveillé depuis un an, il avait cherché à se procurer du matériel pour un projet d'attaque contre des militaires de la marine nationale à Toulon.

- 13 nov 2015: La France est frappée par les pires attaques terroristes de son histoire, avec pour la première fois dans ce pays des actions kamikazes. Les attentats sont perpétrés à Paris dans la salle de concerts du Bataclan, contre plusieurs bars et restaurants du coeur de la capitale, et près du Stade de France, à Saint-Denis. 130 personnes, notamment des jeunes, sont tuées et plus de 350 sont blessées. L'EI revendique les attaques.

- 7 jan 2016: Un homme armé d'un hachoir et d'une fausse ceinture d'explosifs est abattu après avoir crié "Allah Akbar" en s'approchant du commissariat du XVIIIe arrondissement de Paris. Il porte une revendication manuscrite en arabe dans laquelle il fait allégeance au chef de l'EI.

- 13 juin 2016: Un policier de Magnanville (Yvelines) et sa compagne employée au commissariat de Mantes-la-Jolie, sont assassinés chez eux. Jean-Baptiste Salvaing, 42 ans, est poignardé devant son domicile, sa compagne Jessica Schneider, 36 ans, égorgée à l'intérieur du pavillon par un jihadiste de 25 ans. Larossi Abballa, qui avait revendiqué son action sur Twitter et Facebook au nom de l'EI, est tué par le Raid.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Un homme a tué par balles trois personnes dont deux policières mardi matin à Liège, dans l'est de la Belgique, avant de prendre un otage dans un établissement scolaire et d'être finalement abattu par les forces de l'ordre, une tuerie qui a les apparences d'un acte terroriste selon la justice belge.
L'enquête concernant l'attaque perpétrée mardi sur un policier devant Notre-Dame de Paris, se concentre mercredi sur le profil de l'assaillant, blessé par des tirs de riposte. Agé de 40 ans, Farid I. est doctorant en sciences de l'information de l'université de Lorraine à Metz.
Des policiers pointent leurs armes tout près du site de l'attaque à l'entrée de la cathédrale de Notre-Dame de Paris.
Au moins mille personnes étaient confinées à l'intérieur de la cathédrale Notre-Dame de Paris mardi peu après 17 heures à la suite de l'agression au marteau d'un policier sur le parvis de l'édifice, a indiqué un porte-parole du monument.
Des policiers devant la cathédrale Notre-Dame de Paris, là où l'un de leurs collègues a été agressé à coups de marteau.
Un homme armé, criant "Allah Akbar" et portant une revendication au nom du groupe Etat islamique, a été tué jeudi par les policiers devant un commissariat parisien et les enquêteurs vont désormais chercher à retracer son parcours et d'éventuels liens jihadistes.
French Interior minister Bernard Cazeneuve (3rd L) arrives to the Rue de la Goutte d'Or in northern Paris on January 7, 2016, after police shot dead a man who attempted to attack a police station. 
French police shot dead a knife-wielding man on January 7 as he attacked a police station in Paris, a year to the day since jihadist gunmen killed 12 people at Charlie Hebdo newspaper. / AFP / FLORIAN DAVID
Un homme a tenté jeudi matin d'entrer avec un couteau dans un commissariat parisien et aurait crié "Allah akbar", avant d'être tué par les policiers, un an jour pour jour après l'attentat contre «Charlie Hebdo», alors que le pays redoute de nouveaux attentats jihadistes.
Abattu devant le commissariat de la rue de la Goutte d'or, dans le 18e arrondissement, l'homme était armé d'un couteau et portait un gilet explosif factice.
La police pense avoir abattu dimanche matin à Copenhague l'auteur de deux fusillades, contre un débat sur la liberté d'expression et la principale synagogue de la capitale danoise, qui ont fait deux morts et cinq blessés.
Le pays est en alerte maximum: une femme policier veille sur le quartier général de la police, le 15 février.