Changer d'édition

«La fin de la pandémie n'est pas en vue»
International 5 min. 12.05.2022
Interview de la découvreuse du variant Omicron

«La fin de la pandémie n'est pas en vue»

Le virus covid SARS-CoV-2 vu au microscope électronique.
Interview de la découvreuse du variant Omicron

«La fin de la pandémie n'est pas en vue»

Le virus covid SARS-CoV-2 vu au microscope électronique.
Photo: Niaid-Rml/National Institute of
International 5 min. 12.05.2022
Interview de la découvreuse du variant Omicron

«La fin de la pandémie n'est pas en vue»

Le médecin Angelique Coetzee parle des sous-variantes BA.4 et BA.5. Il y a six mois, elle avait découvert le variant Omicron.

Il y a six mois, le Dr Angelique Coetzee, médecin généraliste à Pretoria, la capitale sud-africaine, a découvert le variant Omicron. Si au Luxembourg, le variant BA.2 est majoritaire, l'Afrique du Sud se dirige actuellement vers sa cinquième vague de covid. Celle-ci est alimentée par les sous-variants Omicron BA.4 et BA.5, qui préoccupent également l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Angelique Coetzee ne croit pas à une évolution plus mortelle de la maladie, mais il est encore trop tôt pour lever l'alerte.


ARCHIV - 26.01.2022, Bonn: Eine Mitarbeiterin des Labors CBT füllt mit einer Pipette zur Vorbereitung von Corona PCR Tests eine Testflüssigkeit in einer Trägerplatte. Die leichtere Übertragbarkeit des Omikron-Subtyps BA.2 und die Rücknahme kontaktreduzierender Maßnahmen sind nach Ansicht des Robert Koch-Instituts (RKI) vermutlich für den erneuten Anstieg der Covid-19-Fälle verantwortlich. (zu dpa «SRKI: Omikron-Subtyp BA.2 lässt Fallzahlen steigen») Foto: Henning Kaiser/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Les indicateurs liés au covid continuent de baisser
Dans son dernier rapport hebdomadaire, la Santé note une baisse de 11% de nouvelles infections au covid pour la semaine du 2 au 8 mai.

Que sait-on jusqu'à présent sur les mutations Omicron?

Angelique Coetzee: «Qu'elles ne respectent pas les règles du jeu. Avec la souche originelle de l'agent pathogène, nous avons vu le même tableau clinique chez presque tous les patients, une maladie bénigne. En revanche, avec BA.4, c'est différent, la toux est plus fréquente, les symptômes ressemblent à ceux d'une bronchite, et des infections de l'oreille sont également présentes. 

La toux semble plus difficile à traiter que dans le cas de la mutation initiale. Nous voyons maintenant des patients qui avaient déjà été infectés par Omicron en décembre et qui sont maintenant traités pour BA.4. Nous traitons également des patients BA.4 qui ont déjà été vaccinés trois fois avec le vaccin Pfizer. Le BA.4 est trompeur, ce qui pose le problème de la contamination de nombreuses autres personnes si l'infection passe inaperçue. Des études ont montré que la majorité des Sud-Africains ont déjà des défenses en eux grâce à la vaccination ou à l'infection préalable.

Craignez-vous que les sous-variants soient plus mortels qu'Omicron? 

«Jusqu'à présent, nous n'avons rien constaté de tel. L'évolution de type bronchite est un peu plus difficile à traiter. Mais les chiffres dans les unités de soins intensifs restent limités, ce qui indique que nous sommes du côté de la sécurité en ce qui concerne les évolutions graves de la maladie.

Je n'ai pas reçu de menaces de mort, mais quelques vilains emails : à quel point j'étais stupide, que je devais aller en enfer et brûler pour l'éternité, etc

L'Europe peut-elle apprendre quelque chose de l'Afrique du Sud, comme elle l'a fait pour la mutation initiale d'Omicron?

«On devrait au moins nous écouter. Comme la dernière fois, nous sommes en avance sur les autres pays. 

La semaine dernière, Aspen, le seul fabricant de vaccins Covid en Afrique, a annoncé qu'il pourrait bientôt arrêter la production en raison de la faible demande. Pourquoi seuls 45 % des Sud-Africains sont-ils vaccinés à ce jour?

«L'un des problèmes est que les Sud-Africains ne peuvent se faire vacciner que dans des pharmacies sélectionnées, et non chez leur médecin de famille. Ils doivent payer pour s'y rendre (Ndlr : plus de la moitié des 60 millions de Sud-Africains vivent en dessous du seuil de pauvreté). Cela nous pose un problème: nous nous retrouvons avec de nombreux vaccins qui vont bientôt expirer.

Il (le variant) ne ressemble à rien de ce que nous avons connu lors des vagues précédentes

L'Afrique du Sud n'est pas seule dans ce cas. Au début de la pandémie, les pays africains n'avaient guère accès aux vaccins, car les pays riches les stockaient. Aujourd'hui, certains pays du continent doivent détruire les doses données, car elles sont trop nombreuses à arriver en même temps. Le monde a-t-il réagi de manière chaotique à l'apparition de la maladie ?

«Chaotique ne serait pas le bon mot. Le SRAS-CoV-2 était nouveau. Et je pense que nous perdons parfois la vue d'ensemble et oublions complètement le tableau de la maladie. Nous avons tendance à nous focaliser uniquement sur la science et à oublier qu'en fin de compte, nous avons affaire à des patients et à des personnes.

Vous avez été la première femme médecin à traiter une personne diagnostiquée comme étant atteinte d'Omicron. Qu'avez-vous ressenti en tant que professionnelle quand on vous a informée que vous veniez de découvrir ce nouveau variant?

«Je me suis simplement demandé pourquoi personne d'autre n'avait rien remarqué jusque-là. Ma deuxième pensée, une fois le diagnostic posé, a été : ''Oh non, c'est Noël dans quelques jours, nous venons juste de sortir de la vague Delta et nous ne pouvons pas revivre une telle chose''.

Les conséquences ne se sont pas fait attendre : les scientifiques sud-africains qui étudiaient Omicron sont devenus les boucs émissaires des interdictions de voyage, du manque de touristes et de la chute de l'économie...

«Contrairement à d'autres, je n'ai pas reçu de menaces de mort, mais quelques vilains emails : à quel point j'étais stupide, que je devais aller en enfer et brûler pour l'éternité, etc. Mais à un moment, on arrive à un point où l'on supporte tout simplement. On appuie simplement sur le bouton spam.


A woman receiving a Covid-19 vaccine at a centre in Luxembourg last year
Les doses de vaccins trouvent difficilement preneurs
Alors que le rythme de la vaccination diminue à mesure que la campagne avance, des doses de vaccins commandées par le Grand-Duché arrivent à leur date de péremption. Ces dernières ne peuvent pas toutes faire l'objet de dons envers des pays tiers.

Verrons-nous la fin de la pandémie ou devrons-nous nous préparer à un avenir avec le virus ?

«Pour l'instant, nous devrons vivre avec le virus. La fin ne semble pas prévisible, surtout si l'on considère le caractère indéfinissable de BA.4. Il ne ressemble à rien de ce que nous avons connu lors des vagues précédentes. Dans le cas d'un patient présentant des symptômes similaires et ayant eu une infection au covid ou son vaccin de rappel au cours des six derniers mois, nous avons auparavant supposé qu'il souffrait simplement d'une infection respiratoire, et nous ne l'avons pas testé. Au cours de la dernière semaine et demie, nous avons dû constater que nous nous trompions. Maintenant, nous devrions en théorie tester tout le monde.

Des pays comme l'Afrique du Sud ont-ils la capacité de procéder à des tests de masse ? 

«Non, c'est justement là que réside le problème. Et même l'immunité de groupe dont on parle tant ne pourra pas nous aider face à un virus qui contourne le système immunitaire.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Epidémiologiste au sein de la direction de la Santé, Joël Mossong est spécialiste de la propagation des virus. Il explique pourquoi cette année l'épidémie a été aussi tardive au Grand-Duché et sur l'importance générale de la vaccination.
Suite au recensement de cas d'hépatite infantile d'origine inconnue d'abord identifiée au Royaume-Uni, puis dans quatre autres pays d'Europe, le ministre CSV Max Hengel a sollicité un point de la situation à la Chambre ce jeudi.
Depuis le 1er mars, le nouveau vaccin Novavax est disponible dans les trois centres de vaccination du pays. Selon des chiffres du ministère de la Santé, un peu plus de 100 personnes ont jusqu'à présent fait la demande pour recevoir ce vaccin.
Le Conseil de gouvernement du 25 février a validé l’arrivée du vaccin Novavax à partir du 1er mars au Luxembourg suite aux recommandations émises par le Conseil supérieur des maladies infectieuses (CSMI) le 23 février.