Changer d'édition

La difficile reconstruction des zones sinistrées
International 3 min. 19.08.2021
Wallonie

La difficile reconstruction des zones sinistrées

L'Europe a octroyé une enveloppe de 770 millions d'euros pour que la Belgique panse ses plaies.
Wallonie

La difficile reconstruction des zones sinistrées

L'Europe a octroyé une enveloppe de 770 millions d'euros pour que la Belgique panse ses plaies.
Photo : dpa
International 3 min. 19.08.2021
Wallonie

La difficile reconstruction des zones sinistrées

Max HELLEFF
Max HELLEFF
Le coût, la menace climatique et l’absence de main-d’œuvre compliquent sérieusement le chantier post-inondations en Wallonie.

De notre correspondant MAX HELLEFF (Bruxelles) - C’est la valse des chiffres. Un montant global qui dépasse de loin le milliard d’euros. Des dizaines de milliers d’habitations à abattre, reconstruire ou rénover. Et des milliers de bras nécessaires pour mener l’énorme chantier post-inondations auquel doit faire face la région wallonne. Les écueils se multiplient.


A picture taken on July 26, 2021 shows a car covered with rubble in the Belgian town of Trooz, a week after heavy rains and floods lashed western Europe. - In mid-July western Europe was hit by devastating floods after torrential rains that ravaged entire villages and left at least 209 people dead in Germany and Belgium, as well as dozens missing. Up to two months' worth of rainfall came down in two days in some parts of the region, waterlogging soil that was already near saturation. (Photo by Fran�ois WALSCHAERTS / AFP)
La Wallonie se dirige vers une commission d'enquête
La majorité gouvernementale se montre à son tour favorable à faire toute la clarté sur le drame qui a frappé la région à la mi-juillet.

Les 14 et 15 juillet derniers, les inondations qui ont ravagé plusieurs communes de la province de Liège non pas seulement ruiné cette partie de la Belgique, elles l’ont aussi renvoyée face à des problèmes jusque-là latents, devenus énormes depuis.

Selon une première estimation réalisée par les assureurs, le coût des inondations en Wallonie devrait atteindre un montant compris entre 1,3 et 1,7 milliard d’euros.

L’essentiel sera à charge des pouvoirs publics régionaux. Ceux-ci ont noué un pacte avec le secteur de l’assurance pour relever le plafond d’indemnisation. L’Europe a libéré 770 millions d’euros (soit une part des fonds du plan de relance post-covid qui reviennent à la Belgique) qui serviront partiellement à reconstruire. Mais cela ne suffira pas à payer toute la facture. Or la dette de la région est pour l’instant pointée à 31 milliards d’euros.


A resident walks among the destroyed buildings in Pepinster, near Liege, on July 19, 2021, following heavy rains and flooding across areas of France, Belgium, Germany and The Netherlands. - Rescue workers scrambled to find survivors and victims of the devastation wreaked by the worst floods to hit western Europe in living memory, which have already left more than 150 people dead and dozens more missing. (Photo by JOHN THYS / AFP)
Tensions belgo-belges autour des inondations
La Wallonie serait incapable de gérer la catastrophe et ses conséquences, affirme la droite nationaliste flamande. Bonne ambiance alors que les sinistrés ne sont toujours pas sortis d'affaire.

L’autre écueil de taille concerne l’aménagement des zones touchées. Les urbanistes tirent la sonnette d’alarme : il serait insensé de rebâtir à l’identique les quartiers détruits, particulièrement sur la vallée de la Vesdre (Chaudfontaine, Pepinster, Trooz) où la rivière fut littéralement emprisonnée autrefois au bénéfice de l’industrie lainière. Éteinte, cette dernière a laissé derrière elle le bâti de piètre qualité qui a été broyé à la mi-juillet par la Vesdre.

Les événements météorologiques extrêmes menaçant de se répéter, il faut reconstruire autrement, exigent les bourgmestres des communes sinistrées. Le ministre régional de l’Aménagement du territoire, le libéral Willy Borsus, leur donne raison : «Reproduire à l'identique n'est ni raisonnable ni souhaitable non plus, il faut désormais travailler sur la perméabilisation des surfaces, sur la capacité des sols à absorber plus de volumes d'eau de manière considérable». Mais comment faire si l’on sait qu’il faut reloger au plus vite des milliers de gens…? Le casse-tête est annoncé.

Un manque de bras

Dernier obstacle : la main-d’œuvre. «Nous évaluons à une grosse dizaine de milliers le nombre de logements détruits », commente Francis Carnoy, le directeur général de la Confédération construction wallonne, dans Le Soir . «Nous en appelons donc aux pouvoirs publics pour qu’ils boostent les formations dans ce domaine, pour que des campagnes soient menées afin de renforcer l’attractivité du secteur et afin qu’une dose de flexibilité puisse être apportée dans le mécanisme des heures supplémentaires.»

Cette pénurie renvoie la Wallonie et la Belgique à un vieux problème structurel : le manque de main-d’œuvre qualifiée. A la manière du capitaine Haddock implorant Monsieur Boullu, le réparateur d’escaliers, d’enfin venir travailler à Moulinsart, les Belges peinent à trouver un électricien, un plombier ou un carreleur. Les prix, bien sûr, sont le plus souvent à la hauteur de l’urgence.

Les métiers manuels ont été ici longtemps dépréciés et désertés. L’immigration économique n’a jamais réussi à combler ce vide. Quant à l’enseignement en alternance inspiré de l’exemple allemand, censé permettre à la région de disposer enfin des compétences manquantes, il doit encore produire ses effets.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La Wallonie serait incapable de gérer la catastrophe et ses conséquences, affirme la droite nationaliste flamande. Bonne ambiance alors que les sinistrés ne sont toujours pas sortis d'affaire.
A resident walks among the destroyed buildings in Pepinster, near Liege, on July 19, 2021, following heavy rains and flooding across areas of France, Belgium, Germany and The Netherlands. - Rescue workers scrambled to find survivors and victims of the devastation wreaked by the worst floods to hit western Europe in living memory, which have already left more than 150 people dead and dozens more missing. (Photo by JOHN THYS / AFP)
Dix jours après les inondations qui ont fait 36 morts dans le pays, la province de Namur a subi, samedi, des averses torrentielles. Une nouvelle calamité qui a causé bien des dégâts au sud du royaume.
A picture taken on July 15, 2021 shows a view of a flooded street  in the Belgian city of Verviers, near Liege, after heavy rains and floods lashed western Europe. - The provincial disaster plan has been declared in Liege, Luxembourg and Namur provinces after large amounts of rainfall. Water in several rivers has reached alarming levels. (Photo by ANTHONY DEHEZ / BELGA / AFP) / Belgium OUT