Changer d'édition

La délation en hausse en Belgique
International 3 min. 28.12.2020

La délation en hausse en Belgique

Si les policiers patrouillent, le commissariat de Charleroi évoque également des «dizaines de dénonciations par jour».

La délation en hausse en Belgique

Si les policiers patrouillent, le commissariat de Charleroi évoque également des «dizaines de dénonciations par jour».
Photo: AFP
International 3 min. 28.12.2020

La délation en hausse en Belgique

Les dénonciations pour non-respect des normes sanitaires abondent dans les commissariats, signes évidents d’une détérioration du vivre-ensemble.

De notre correspondant, Max Helleff (Bruxelles) - A l’origine, on trouve un fait divers. Une bagarre a opposé une famille de Waterloo à la police lors d’un contrôle covid. L’affaire a été portée devant le juge.

Depuis, on a appris que la famille incriminée avait été dénoncée par un voisin qui la suspectait d’accueillir sous son toit un nombre de personnes supérieur à ce que prévoient les normes sanitaires, ce qui était bien le cas. Cette «trahison» s’est ajoutée à l’impression de violence inutile engendrée par l’intervention musclée de la police. Et les commentaires peu flatteurs pour les «corbeaux au service des flics» se sont multipliés sur les réseaux sociaux.


A Cremona Hospital health worker holds a vial of the Pfizer-BioNTech Covid-19 vaccine at the Cremona hospital in Cremona, Lombardy, on December 27, 2020, as Italy begins Covid-19 (novel coronavirus) vaccination. - EU countries on December 27 embarked on a vaccination campaign to defeat the "nightmare" of Covid-19, with the first to be immunised expressing emotion after their jab and leaders hailing a milestone in the fight against the pandemic. (Photo by PIERO CRUCIATTI / POOL / AFP)
La Belgique vaccine en toute égalité
Les trois Régions du pays lancent simultanément une phase-test ce lundi. La vaccination à grande échelle commencera le 5 janvier.

Plusieurs médias s’émeuvent de ce que BX1 perçoit comme une «hausse de la délation». La chaîne bruxelloise explique qu’une habitante d’Ixelles était en train de se faire tresser les cheveux par sa fille lorsqu’une dizaine d’agents de police sont venus frapper à sa porte. Un voisin l’avait vue par la fenêtre, avait pris une photo et appelé le commissariat.

En Belgique, les coiffeurs et les métiers de contact ont dû fermer leurs portes dans le cadre des mesures anti-covid. Ni les plaintes du secteur, ni les études scientifiques disculpant les salons de la propagation du virus n’ont réussi à les faire rouvrir. Les cheveux et les barbes poussent donc en pagaille, ce manque supposé d’hygiène contribuant à saper le moral de la population. Toutefois, la «résistance» s’organise : certains coiffeurs se déplacent à domicile pour servir clandestinement une clientèle impatiente. Tout se passe sans problème, tant que des policiers prévenus anonymement ne débarquent pas.

Ce cas est loin d’être isolé selon la police, qui confirme la hausse de la délation. Le commissariat de Charleroi évoque des «dizaines de dénonciations par jour». Outre les coiffeurs, ce sont les lockdown parties, les réunions de famille, les locations de gîte et les verres autour du brasero qui font l’objet de plaintes de voisins peu conciliants ou pétrifiés par la peur de contracter le virus. A chaque fois, la raison est la même : le nombre de personnes relevé lors du flagrant délit est supérieur aux normes. A titre d’exemple, un ménage ne peut accueillir qu’une personne en ses murs : ce sera peu pour fêter l’an neuf.


Une bataille peu glorieuse à Waterloo
Un contrôle de confinement tourne mal, mettant en cause le rôle de la police dans la gestion de la crise sanitaire.

«Le gouvernement voulait une seule équipe forte - l'union de tous les Belges -  soudée pour lutter contre le covid» écrit Het Laatste Nieuws qui évoque une «pente dangereuse» vers la délation générale. Certains régimes antérieurs ont instauré cela, poursuit le quotidien flamand, ajoutant que personne ne veut revivre une telle époque.

Difficile de quantifier pour l’heure ces dénonciations qui compensent bien souvent la disparition de l’agent de quartier. En nombre réduit, les policiers – mais aussi tout une gamme de contrôleurs qui vont des impôts aux lois sociales en passant par les sanctions administratives – sont trop heureux de se rendre là où un délit supposé est signalé.  

Comme dans la plupart des pays qui ont subi les deux guerres mondiales, la Belgique reste marquée par la délation et la collaboration avec l’occupant. Sans aller jusqu'à puiser la raison de tels comportements dans l’Histoire, plusieurs études récentes ont mis en évidence la difficulté pour la population de vivre ce second confinement, en comparaison du premier. Avec pour conséquence que les angoissés et les malveillants n’auraient aucune tolérance pour ceux qui ont envie de se payer un peu de bon temps en dépit des règles sanitaires.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Bart De Wever prépare la reconquête
En prenant ses distances avec l’extrême droite belge, le président de la N-VA se repositionne dans la course au pouvoir. Lissant son image et soignant ses alliances.
Bart De Wever, mayor of Antwerp and President of Flemish right-wing party N-VA delivers a speech during an event held by Flanders' Chamber of Commerce and Industry at the Stadsschouwburg in Antwerp, Belgium, January 6, 2016.    REUTERS/Francois Lenoir