Changer d'édition

La dauphine désignée de Merkel jette l'éponge
International 2 min. 10.02.2020

La dauphine désignée de Merkel jette l'éponge

Annegret Kramp-Karrenbauer annonce ce lundi qu'elle «n'a pas pour objectif d'être candidate à la chancellerie allemande».

La dauphine désignée de Merkel jette l'éponge

Annegret Kramp-Karrenbauer annonce ce lundi qu'elle «n'a pas pour objectif d'être candidate à la chancellerie allemande».
Photo: AFP
International 2 min. 10.02.2020

La dauphine désignée de Merkel jette l'éponge

Annegret Kramp-Karrenbauer a annoncé lundi renoncer à succéder à la chancelière allemande et vouloir abandonner la présidence du parti conservateur, tirant les leçons de la crise politique ouverte par une alliance avec l'extrême droite en Thuringe.

(AFP) - Lors d'une réunion dans la matinée de la direction du parti démocrate-chrétien CDU de la chancelière, Mme Kramp-Karrenbauer a notamment justifié sa décision par les événements de Thuringe et la tentation d'une frange du parti de s'allier avec le mouvement d'extrême droite Alternative pour l'Allemagne (AfD). 

Elle a expliqué qu'«une partie de la CDU a une relation non clarifiée avec l'AfD» mais aussi avec le parti de gauche radicale Die Linke, alors qu'elle-même rejette clairement toute alliance avec l'une ou l'autre de ces formations, a indiqué une source proche du mouvement. La présidente de l'Union chrétienne-démocrate CDU, surnommée par ses initiales AKK, a ajouté qu'elle «n'a pas pour objectif d'être candidate à la chancellerie allemande». 

Difficultés à la présidence de la CDU

Dans la mesure où la candidature à la chancellerie doit aller de pair avec la présidence du parti à ses yeux, AKK a en conséquence décidé de renoncer dans les mois qui viennent à cette présidence. «AKK va organiser cet été le processus de sélection de la candidature à la chancellerie» pour succéder à Angela Merkel au plus tard fin 2021, a indiqué cette source. «Elle va continuer à préparer le parti pour affronter l'avenir et ensuite abandonner la présidence», a-t-elle dit. Elle doit en revanche conserver son poste de ministre de la Défense. 

AKK avait été élue en décembre 2018 à la présidence de la CDU, en remplacement d'Angela Merkel qui avait à l'époque renoncé en raison de son impopularité croissante après une série de revers électoraux et la poussée dans les urnes de l'extrême droite. AKK n'a toutefois jamais réussi à s'imposer à la présidence de la CDU. Elle a été en particulier très critiquée après l'alliance surprise nouée la semaine dernière entre des élus CDU de Thuringe et l'extrême droite pour élire un nouveau dirigeant pour cet État régional. AKK s'est vu reprocher de ne pas tenir son parti, tiraillé entre adversaires et partisans d'une coopération avec l'AfD, surtout dans les États de l'ex-RDA, où l'extrême droite est très puissante et complique la formation des majorités régionales.


Sur le même sujet

Forte poussée de l'extrême droite en ex-RDA
L'Afd a enregistré des scores inédits, dimanche, à l'occasion de deux élections régionales en ex-RDA. Une progression en forme d'avertissement pour la fragile coalition d'Angela Merkel.
Andreas Kalbitz (C), top candidate of the far-right AfD (Alternative for Germany) party for state elections in Brandenburg, waves on stage after the first exit polls during the AfD's election party on September 1, 2019 in Werder an der Havel near Potsdam, eastern Germany. - Voters went to the polls for state elections in Brandenburg and Saxony, two states in the ex-communist east. The election results could reverberate across German politics. For Chancellor Angela Merkel, an election debacle for either her conservative Christian Democratic Union (CDU) or junior coalition partner the social democratic SPD would spell another threat to their uneasy coalition. (Photo by Odd ANDERSEN / AFP)
L'AfD favorite pour deux élections à enjeux
Trente ans après la chute du Mur de Berlin, l'extrême droite pourrait arriver pour la première fois en tête d'une élection importante en Allemagne, dimanche lors de scrutins régionaux dans l'ex-RDA.
An election campaign poster from the far-right Alernative fuer Deutschland (AfD) reads: "We are the people!" in Zehdenick in the federal state of Brandenburg, eastern Germany, on August 28, 2019, ahead of state elections. - Germany is bracing on September 1, 2019 for potentially the first outright election victories of the far-right AfD party, in two states in the ex-communist east. Even strong vote results, coming 30 years after the fall of the Berlin Wall, would badly rattle Chancellor Angela Merkel's fragile coalition government. The anti-immigration Alternative for Germany has polled strongly in both Brandenburg and Saxony states, part of its eastern electoral heartland. (Photo by John MACDOUGALL / AFP)
Une Sarroise va devenir n°2 de la CDU
Angela Merkel commence à préparer sa succession. Elle a décidé lundi de désigner la ministre-présidente de Sarre, Annegret Kramp-Karrenbauer, au poste de n°2 de son parti conservateur, la CDU.
Annegret Kramp-Karrenbauer, 55 ans, ministre-présidente de Sarre depuis 2011, qu'elle dirige avec les sociaux-démocrates pour un deuxième mandat consécutif.