Changer d'édition

La côte belge ne sort pas du brouillard
International 4 min. 14.05.2020

La côte belge ne sort pas du brouillard

La colère gronde parmi les propriétaires de biens en bord de mer qui ne peuvent les louer ou y accéder.

La côte belge ne sort pas du brouillard

La colère gronde parmi les propriétaires de biens en bord de mer qui ne peuvent les louer ou y accéder.
Photo : DR
International 4 min. 14.05.2020

La côte belge ne sort pas du brouillard

Max HELLEFF
Max HELLEFF
La Belgique ouvre un peu plus les vannes du déconfinement. Mais aucune décision sur l’accès aux résidences secondaires ne sera prise avant le 8 juin, au plus tôt.

De notre correspondant Max HELLEFF (Bruxelles) - Reprise sous conditions des entraînements sportifs, réouverture des coiffeurs et des salons d’esthétique, accès autorisé à certains musées… Voici quelques-unes des mesures de déconfinement annoncées par la Première ministre Sophie Wilmès.

Mercredi après-midi, après avoir entendu les experts, le Conseil national de sécurité s’est à nouveau réuni pour énoncer au compte-gouttes les décisions qui doivent progressivement ramener la Belgique à une vie normale. Cet organe, qui réunit les dirigeants régionaux et communautaires sous la conduite de la Première ministre, a constaté à nouveau le recul de l’épidémie tout en mettant en garde contre une nouvelle flambée du virus.

Pour l’heure, les chiffres sont encourageants, montrant une baisse graduelle des hospitalisations et de l’occupation des lits de soins intensifs. Le Covid-19 a toutefois fait près de 9.000 morts. Une statistique écrasante même si l’on sait que la Belgique y a inclus au cours des deux derniers mois tous les décès en maison de repos, qu’ils soient ou non liés au coronavirus.

Cette nouvelle phase de déconfinement fait des heureux, mais aussi de nombreux déçus. En matières culturelles et sportives, notamment. Mais il est vrai que cette énième réunion du Conseil national de sécurité devait surtout confirmer la reprise des cours de l’enseignement obligatoire le 18 mai. Lundi, seule une partie des classes du primaire et du secondaire reprendront toutefois, moyennant une foule de précautions destinées à garantir aux élèves et aux enseignants un certain seuil d’hygiène et de distanciation sociale.

Et les vacances ?

Comme un peu partout en Europe, les Belges se demandent s’ils pourront partir en  vacances cet été. Ils devront pourtant encore patienter. Le Conseil national de sécurité n’analysera pas la question de l'accès libre aux résidences secondaires et des excursions touristiques d'un jour avant le 8 juin. «Nous allons prendre le temps d’organiser cela et de présenter un plan. Certaines personnes aimeraient se rendre à la mer pour une journée, il faut en tenir compte et cela fera l’objet de nos discussions à l’avenir», a expliqué Sophie Wilmès, laissant entendre qu’elle avait bien noté les objections venues des bourgmestres de la Côte.


Vent de fronde à la côte belge
Dans les stations balnéaires, plusieurs bourgmestres veulent autoriser l’occupation des résidences secondaires par leurs propriétaires dès le 18 mai.

La douche est froide. Car, à la fin du mois d’avril, le Conseil national de sécurité avait évoqué le 18 mai comme date à laquelle les propriétaires de seconde résidence pourraient occuper à nouveau leur bien. Le 6 mai cependant, il renvoyait cette décision à plus tard, préférant laisser à toutes les familles l’opportunité de se retrouver (en nombre limité) à l’occasion de la Fête des mères du week-end dernier.

Depuis, c’est la foire d’empoigne. Plusieurs bourgmestres de la Côte, dont le tonitruant Jean-Marie Dedecker à Middelkerke, ont menacé de ne pas faire intervenir à partir du 18 mai les policiers locaux en cas de réoccupation des résidences secondaires par leurs propriétaires, belges et étrangers.

Mardi, l’un de ces derniers a envoyé un huissier au cabinet du ministre de l’Intérieur, Pieter De Crem, pour une citation à comparaître. Il réclame 50 euros par jour à l’État, au motif que les mesures de confinement l’empêchent de se rendre dans sa résidence. Il estime son droit à la propriété violé et exige des indemnités.

« La junte de Bruxelles »

Pour Jean-Marie Dedecker, la coupe est pleine : « Il s'agit d'un comportement d'intimidation pour éloigner les gens de la Côte (…) 80% du chiffre d'affaires de nos commerçants proviennent du tourisme. Eh bien, si cela tombe, un carnage pur et simple viendra à nous. (…)  La Côte risque de devenir un cimetière. C'est la junte de Bruxelles qui décide de ce qui se passe sur la Côte. Nous vivons exactement sous la loi martiale», avait déclaré en début de semaine le bourgmestre de Middelkerke. Ambiance…


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La Belgique accuse le Grand-Duché de «désinformation»
L'appel à la mobilisation de Carole Dieschbourg (Déi Gréng) mardi contre le projet de l'État belge d'enfouir des éléments radioactifs non loin de la frontière n'est pas passé inaperçu dans le royaume. Marie-Christine Marghem (MR), la ministre fédérale de l'Énergie est sortie de ses gonds.
10.11.2015 Luxembourg, intégtation des marchés gaziers, CREOS,  Marie Christine Marghem  photo Anouk Antony
Vent de fronde à la côte belge
Dans les stations balnéaires, plusieurs bourgmestres veulent autoriser l’occupation des résidences secondaires par leurs propriétaires dès le 18 mai.
Ce mystérieux fournisseur de masques basé au Luxembourg
Le gouvernement fédéral belge vient de passer commande pour 40 millions d'euros de masques à une société établie au Grand-Duché depuis trois ans. Mais Avrox, basée à Luxembourg-Ville, livrera-t-elle bien les protections attendues?
People wearing protective face masks walk in Rue Neuve, a shopping street in Brussels centre on May 9, 2020, amid the country's lockdown to stem the spread of the COVID-19 outbreak caused by novel coronavirus. - Shops in Belgium will reopen on May 11, 2020. (Photo by JOHN THYS / AFP)