Changer d'édition

La COP25 n'a pas répondu à l'urgence climatique
International 5 min. 16.12.2019

La COP25 n'a pas répondu à l'urgence climatique

La pression de la rue ne devrait pas faiblir au cours des prochains mois.

La COP25 n'a pas répondu à l'urgence climatique

La pression de la rue ne devrait pas faiblir au cours des prochains mois.
Photo: AFP
International 5 min. 16.12.2019

La COP25 n'a pas répondu à l'urgence climatique

La conférence climat de l'ONU qui s'est terminée dimanche à Madrid n'a pas été à la hauteur de l'urgence climatique regrette notamment la ministre de l'Environnement Carole Dieschbourg (Déi Gréng). Les participants ont finalement adopté un accord a minima sans s'entendre sur des points essentiels en raison des réticences de certains Etats.

(ER/AFP) -  «Je suis déçu du résultat de la COP25», a déclaré le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres dans un communiqué. «La communauté internationale a raté une occasion importante de faire preuve d'une ambition plus grande en matière d'atténuation (réduction des émissions de gaz à effet de serre), d'adaptation et de financement de la crise climatique. Nous ne devons pas abandonner, et je n'abandonnerai pas.»

Après une année marquée par des catastrophes climatiques tous azimuts, les appels vibrants de millions de jeunes descendus dans la rue derrière la jeune Suédoise Greta Thunberg, et des rapports scientifiques toujours plus glaçants, les quelque 200 signataires de l'Accord de Paris étaient sous une pression sans précédent pour cette COP25 présidée par le Chili mais délocalisée à Madrid en raison de la crise qui frappe le pays d'Amérique du sud. 


Le roi d'Espagne, Felipe VI est lui aussi monté à la tribune de la COP25 à Madrid
Colère, espoir et plaidoyers pour l'action à la COP25
Vite et fort ! Les exhortations à agir pour sauver l'humanité qui subit les assauts du dérèglement climatique se sont multipliées lundi à Madrid à l'ouverture de la COP25, qui risque toutefois de décevoir les attentes.

Mais au terme de cette conférence qui a débordé de plus de 40 heures son programme initial, tout le monde n'a pas vu dans les textes adoptés dimanche le reflet de cette demande d'actions radicales et immédiates. 

L'exemple de l'UE

Cette COP «me laisse un goût doux-amer et je suis déçue», a commenté Carole Dieschbourg (Déi Gréng). Invitée ce matin chez nos confrères de RTL Radio, la ministre de l'Environnement regrette «que la décision  visant les règles applicables sur les marchés de carbone n'a pas pu être adoptée».  

Par contre, l'élue des Verts s'est félicitée que l'Union européenne soit «perçue comme le leader mondial ambitieux de l'action climat». Nombre d'observateurs ont en effet souligné le rôle positif de l'Europe qui a endossé cette semaine à Bruxelles l'objectif de neutralité climatique d'ici 2050, malgré les réserves de la Pologne. «La coalition de la haute ambition fondée à Paris lors de la COP21, dont le Luxembourg est membre fondateur, a de nouveau joué un rôle clé dans les corridors de la COP25», relève encore la ministre.  

L'UE doit maintenant s'atteler à la tâche de présenter en 2020 un rehaussement de ses engagements pour 2030, ce qui pourrait donner le signal à ses partenaires internationaux de suivre l'exemple. Greta Thunberg a d'ores et déjà prévenu que cette année de préparation se ferait sous la pression de la rue. «La science est claire, mais ignorée. Quoi qu'il arrive, nous n'abandonnerons pas. Nous ne faisons que commencer», a-t-elle lancé sur Twitter.      


Le texte final appelle effectivement à des «actions urgentes» pour réduire l'écart entre les engagements et les objectifs de l'accord de Paris de limiter le réchauffement à +2°C, voire +1,5°C. Mais le langage est «tortueux» et le résultat «médiocre», estime Catherine Abreu, du Climate Action Network.     

«Les principaux acteurs dont on espérait des avancées n'ont pas répondu aux attentes», a déclaré Laurence Tubiana, architecte de l'Accord de Paris, notant toutefois que l'alliance des Etats insulaires, européens, africains et latino-américains, avait permis d' arracher le moins mauvais résultat possible, contre la volonté des grands pollueurs.

Décalage  entre le politique et les citoyens 

Un projet de texte sur les ambitions présenté samedi par la présidence chilienne avait provoqué une levée de bouclier de ces Etats, forçant à un nouveau round de consultations. Mais malgré les améliorations, certains pays particulièrement touchés par les dérèglements climatiques ont exprimé leur colère. Le résultat «n'est pas proche du tout de ce que nous voulions. C'est le strict minimum», a dénoncé la représentante climat des îles Marshall, Tina Stege.        

«Ces discussions reflètent le décalage entre les dirigeants d'un côté et l'urgence montrée par la science et les demandes des citoyens dans les rues», résume Helen Mountford, du think tank World Resources Institute, estimant que l'esprit de l'Accord de Paris n'était plus qu'un «lointain souvenir».  Au rythme actuel des émissions de CO2, le mercure pourrait gagner jusqu'à 4 ou 5°C d'ici la fin du siècle. Et même si les quelque 200 signataires de l'Accord de Paris respectent leurs engagements, le réchauffement pourrait dépasser les 3°C. 


Les Luxembourgeois se mobilisent régulièrement pour le climat dans les rues du pays.
L'ONU remet la pression avant la COP25
Alors que la ministre de l'Environnement Carole Dieschbourg (Déi Gréng) doit présenter les objectifs du pays en matière de climat, mercredi, l'organisation internationale a de nouveau lancé l'alerte. Un report des objectifs de l'accord de Paris serait funeste.

Alors pour tenter de réduire cet écart, tous les Etats doivent soumettre d'ici la COP26 à Glasgow l'année prochaine une version révisée de leurs plans de réductions d'émissions. Mais les deux semaines de discussions ont mis en pleine lumière une division flagrante au sein de la communauté internationale en matière d'ambition.     

Sans surprise, quasiment aucun des grands pays émetteurs n'a fait d'annonce significative pour rehausser ses ambitions, ni donné de signe clair d'une telle intention pour 2020. Evidemment pas les Etats-Unis qui quitteront l'accord de Paris en novembre prochain, mais pas non plus la Chine ou l'Inde. Ces deux grandes économies insistent, avant d'évoquer leurs propres engagements révisés, sur la responsabilité des pays développés d'en faire plus et de respecter leur promesse d'aides financières aux pays en développement.                

Egalement dans le collimateur des défenseurs de l'environnement, l'Arabie saoudite, ainsi que le Brésil et l'Australie tous deux accusés de vouloir introduire des dispositions décriées dans les règles sur les marchés carbone. Malgré un an de discussions et des tractations intenses ces derniers jours, l'adoption de ce dernier reliquat du manuel d'utilisation de l'Accord de Paris a de nouveau été reportée.   


Sur le même sujet

Von der Leyen lance son «Pacte vert»
La présidente de la Commission européenne a présenté mercredi une feuille de route vers la neutralité climatique destinée à devenir la «nouvelle stratégie de croissance» de l'Union européenne.
(FILES) This file photo taken on June 30, 2019 shows vines badly burnt by the sun and heat in a vineyard in Restinclieres, near Montpellier, southern France. - A "historic" heatwave in 2019 hit the south of France, causing a "climate emergency" for humans and animals. (Photo by SYLVAIN THOMAS / AFP)
L'ONU remet la pression avant la COP25
Alors que la ministre de l'Environnement Carole Dieschbourg (Déi Gréng) doit présenter les objectifs du pays en matière de climat, mercredi, l'organisation internationale a de nouveau lancé l'alerte. Un report des objectifs de l'accord de Paris serait funeste.
Les Luxembourgeois se mobilisent régulièrement pour le climat dans les rues du pays.