Changer d'édition

«La confiance entre les partenaires sociaux est revenue»
International 3 min. 21.10.2020

«La confiance entre les partenaires sociaux est revenue»

«La confiance entre les partenaires sociaux est revenue»

Photo: Chris Karaba
International 3 min. 21.10.2020

«La confiance entre les partenaires sociaux est revenue»

Nicolas Buck, le patron des patrons, qui va passer le relais à la fin de l'année, se félicite du retour du dialogue social et de la concorde entre gouvernement, patronat et syndicats lors de la crise sanitaire.

(DH) - Nicolas Buck va délaisser son costume de patron des patrons pour se retrouver, en 2021, à plein temps dans son rôle de chef d'entreprise. Invité de RTL ce mercredi matin, celui qui cédera le relais à Michel Reckinger après huit ans de présidence à l'Union des entreprises luxembourgeoises (UEL), se félicite d'un dialogue social retrouvé.

Il est vrai qu'à l'automne dernier les crispations succédaient aux tensions entre des partenaires sociaux qui en étaient même venus à couper tous contacts. L'UEL n'étant alors plus disposée à se mettre à la table du dialogue tripartite, parce qu'elle s'y sentait trop souvent lésée. En réponse, les syndicats OGBL, LCGB et CGFP s'étaient mobilisés pour marquer leur opposition au souhait patronal d'abandonner le Comité permanent du travail et de l'emploi (CPTE).


«L'économie doit pouvoir respirer»
Le président de l’UEL Nicolas Buck appelle à des pourparlers bilatéraux avec le gouvernement sur le droit du travail. Par ailleurs, pour répondre aux défis du XXIe, il estime légitime de réclamer un cadre qui permette aux entreprises de se développer.

Les frictions semblent oubliées. Nicolas Buck en convient. «La confiance entre les partenaires sociaux est meilleure qu'en 2019, comme l'a montré l'accord sur le télétravail de mardi.» Le CEO de la fintech Seqvoia admet même que «le Conseil économique et social aurait aussi pu être relancé». Mais, dans les faits, «la crise du covid-19 a montré que gouvernement, syndicats et employeurs étaient à même de trouver des solutions pragmatiques».

A charge pour eux de poursuivre leurs actions «dans cet esprit après la crise». Notamment pour répondre au mieux au développement économique et démographique que connaît le pays depuis 25 ans. Pour ce faire, l'Etat doit répondre aux retards accumulés «en termes d'infrastructures, d'autoroutes et de logements».

Pour ce qui est de la question de la Grande Région, Nicolas Buck lui préfère le terme de «Grouss-Lëtzebuerg», ou de «Grand Luxembourg». Selon lui, il importe de définir où se trouve la main-d'oeuvre, où travaille-t-elle et où vit-elle?

Le futur ex-président de l'UEL a aussi souligné que «seulement 10% du territoire était construit». «Ce n'est pas comme si nous n'avions plus d'espace et que de nouvelles villes ne pouvaient être créées dans ce pays.» De nouvelles constructions, de nouvelles infrastructures, mais pas aux dépens de l'environnement. «Tout dépend du type de voitures qui emprunteront l’autoroute.»


Michel Reckinger prendra la tête de l'UEL
Au 1er janvier 2021, l'actuel président de la Fédération des artisans deviendra le nouveau patron des patrons, indique lundi l'Union des entreprises luxembourgeoises. Il succédera à Nicolas Buck, qui ne sollicite pas de nouveau mandat.

Quant à la question «hautement politique» de savoir si le modèle luxembourgeois a vécu et comment partager «le gâteau» entre toutes les parties prenantes de la société, Nicolas Buck répond par une double question: «Comment peut-il encore grossir? Et comment s'organiser pour qu'il en soit ainsi?»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

«La crise actuelle va bien au-delà de la pandémie»
Nicolas Buck, le président de l'Union des entreprises luxembourgeoises (UEL), livre ses sentiments avant la tripartite de vendredi. Le «patron des patrons» insiste sur «le monde du travail de demain», des compétences à acquérir et dénonce à nouveau «les lourdeurs administratives».
Für Nicolas Buck und die UEL muss die Arbeitsmarktpolitik ganz oben auf die Agenda der Tripartite.
«L'économie doit pouvoir respirer»
Le président de l’UEL Nicolas Buck appelle à des pourparlers bilatéraux avec le gouvernement sur le droit du travail. Par ailleurs, pour répondre aux défis du XXIe, il estime légitime de réclamer un cadre qui permette aux entreprises de se développer.
Le patronat prêt à retrouver la tripartite
Au lendemain de la grande mobilisation qui a réuni près de 1.500 personnes à l'appel de l'OGBL, du LCGB et de la CGFP, le président de l'UEL affirme qu'il sera bien présent au prochain Comité permanent du travail et de l'emploi, le 2 décembre.
Nicolas Buck, «patron des patrons» reste ferme : «Il faut revoir les modalités de travail du Comité permanent du travail et de l'emploi».
Le grand soir se profile pour les syndicats
Faire revenir le patronat à la table des négociations: tel est le but du rassemblement organisé ce mardi soir par OGBL, LCGB et CGFP. Le brusque départ de l'UEL de la tripartite reste «inacceptable» pour les trois syndicats. De son côté, le ministre du Travail rappelle son attachement aux «outils du dialogue social à la luxembourgeoise».
Un millier de manifestants sont attendus par les trois syndicats, ce soir au Parc Hotel Alvisse.
Les syndicats attendent une fin de boycott
Face au refus du patronat de dialoguer avec les partenaires sociaux, OGBL, LCGB et CGFP s'unissent pour défendre le «modèle social luxembourgeois». Salariés du public comme du privé sont invités à défiler le 19 novembre mais pour se faire entendre de qui: l'UEL ou l'Etat?
PK-OGBL, LCGB, CGFP/Sozialdialog - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Le dialogue social à la sauce patronale
Cette fois, le dialogue social entre le patronat luxembourgeois et les syndicats est bien rompu. L'Union des entreprises luxembourgeoises (UEL) propose une nouvelle façon d'avancer en obligeant le ministre du Travail à prendre ses responsabilités.
Wirtschaft,CdP Fedil,Nicolas Buck,Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort