Changer d'édition

La Commission von der Leyen proche du but
International 3 min. 27.11.2019

La Commission von der Leyen proche du but

Ursula von der Leyen va pouvoir évaluer le poids de ses soutiens au début de son mandat de cinq ans.

La Commission von der Leyen proche du but

Ursula von der Leyen va pouvoir évaluer le poids de ses soutiens au début de son mandat de cinq ans.
Photo : AFP
International 3 min. 27.11.2019

La Commission von der Leyen proche du but

La première Commission européenne présidée par une femme devrait, sauf surprise, obtenir le feu vert des eurodéputés mercredi. Mais que le parcours fut chahuté pour celle qui succède à Jean-Claude Juncker.

(AFP) - Trois candidats commissaires retoqués - une première-, un Brexit toujours en attente, des intitulés de portefeuille polémiques : la création de  l'équipe de la future présidente de la commission européenne, Ursula von der Leyen, aura été laborieuse. Son entrée en fonction, déjà retardée, devrait maintenant intervenir le 1er décembre. Une commission qui intègre le Luxembourgeois Nicolas Schmit (LSAP), en charge du dossier "travail".

Reste une étape à franchir, ce mercredi 27 novembre : obtenir la majorité simple des présents lors du vote prévu aux alentours de midi; après un discours de la présidente élue suivi d'un débat. Le résultat sera une indication précieuse du soutien dont l'ancienne ministre d'Angela Merkel disposera durant les cinq années de son mandat.




Ursula von der Leyen
La Commission von der Leyen enfin au complet
L'exécutif européen arrive au bout de ses peines après un parcours semé d'embûches avec la confirmation, lundi, du dernier de ses 27 commissaires, qui lui permet d'espérer entrer en fonction le 1er décembre.

Le Parlement avait accordé à la candidature von der Leyen une majorité très courte de neuf voix, en juillet dernier. Le vote pour l'investiture ne sera pas secret, ce qui devrait favoriser la discipline au sein des groupes d'un parlement fortement renouvelé, plus fragmenté et qui a montré les dents lors des auditions des commissaires. «Nous serons unis dans notre soutien à la Commission», a promis mardi l'Allemand Manfred Weber, chef des 182 élus du groupe du Parti Populaire Européen.

Les 154 élus sociaux-démocrates et les 108 libéraux de Renew devraient aussi voter «à une très grande majorité» en faveur de l'investiture. «On aura la Commission européenne la plus progressiste de ces derniers temps, la plus paritaire et elle aura parmi ses priorités des politiques qui, pour notre groupe, s'avèrent essentielles», a argumenté la socialiste espagnole Iratxe Garcia Perez.

Présence féminine saluée

Mais des voix discordantes se sont fait entendre. Ainsi, les cinq eurodéputés socialistes français s'abstiendront. «On ne signe pas de chèque en blanc», mais «on ne va pas partir en guerre non plus», a expliqué l'eurodéputé Raphaël Glucksmann. Ils rejoignent la position des Verts, qui devraient presque tous s'abstenir. Six mois après les élections européennes, «nous voulons que la Commission (seule à proposer des lois dans l'UE, ndlr) commence à agir», a reconnu l'Allemande Ska Keller, co-présidente du groupe des Verts.  Elle s'est aussi félicitée de la plus grande présence de femmes dans l'équipe von der Leyen: 12 contre 9 dans la Commission Juncker. 

Au rayon des sujets qui fâchent figure la désignation comme commissaire à l'Elargissement d'un Hongrois, vu par ses détracteurs comme un soutien aux positions anti-UE du gouvernement de Viktor Orban. La nomination du Français Thierry Breton, ancien PDG d'Atos, une société spécialisée dans les services numériques, pour l'important portefeuille du marché unique et du numérique déplaît également à certains. 

Pas de commissaire britannique

L'extrême gauche (GUE) dénonce pour sa part les «recettes libérales similaires» à la Commission précédente et votera contre, tout comme l'extrême droite.

Le nouvel exécutif européen comptera 26 commissaires plus la présidente, mais pas de représentant britannique alors que le Royaume-Uni est toujours membre de l'UE. Londres a refusé de proposer un nom avant les élections du 12 décembre. 


Sur le même sujet

Von der Leyen sous pression
La nouvelle présidente de la Commission européenne était sous pression jeudi pour retirer l'intitulé controversé «protection du mode de vie européen» du portefeuille du commissaire chargé du dossier migration, face aux protestations de députés européens.
TOPSHOT - European Commission President German Ursula von der Leyen smiles as she gives a press conference to announce the names of the new European commissioners, on September 10, 2019 at the European Commission in Brussels. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
Nicolas Schmit certain d'être à la Commission
Le seul candidat luxembourgeois au poste de commissaire européen se veut confiant et assure qu'il sera nommé dans les prochaines semaines à la Commission européenne aux côtés d'Ursula von der Leyen.
13.6. IPO / Min du Travail / ITV Nicolas Schmit , Loi Compte-Epargnes Temps Foto:Guy Jallay
Ursula von der Leyen élue de justesse
Pour la première fois, la Commission européenne aura une femme à sa tête. Le eurodéputés en ont décidé ainsi, mardi 16 juillet, à Strasbourg. Mais celle qui succède à Jean-Claude Juncker est loin d'avoir fait l'unanimité.
Le sommet sur les nominations dans l'UE dans l'impasse
Les dirigeants européens étaient réunis dimanche soir à Bruxelles pour un sommet consacré aux nominations des postes clés de l'UE mais une proposition de compromis a été déclarée pour morte, laissant augurer une longue nuit de discussions.
Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, et le Premier ministre Xavier Bettel avant le début du sommet de Bruxelles ce dimanche soir.