Changer d'édition

La Commission von der Leyen enfin au complet
International 4 min. 19.11.2019

La Commission von der Leyen enfin au complet

La validation officielle, lundi, du candidat hongrois doit permettre à la Commission von der Leyen de prendre la suite de celle dirigée par Jean-Claude Juncker au 1er décembre prochain.

La Commission von der Leyen enfin au complet

La validation officielle, lundi, du candidat hongrois doit permettre à la Commission von der Leyen de prendre la suite de celle dirigée par Jean-Claude Juncker au 1er décembre prochain.
Photo: EU/Etienne Ansotte
International 4 min. 19.11.2019

La Commission von der Leyen enfin au complet

L'exécutif européen arrive au bout de ses peines après un parcours semé d'embûches avec la confirmation, lundi, du dernier de ses 27 commissaires, qui lui permet d'espérer entrer en fonction le 1er décembre.

(AFP) - Les eurodéputés ont approuvé lundi la candidature du Hongrois Oliver Varhelyi pour le portefeuille de l'Elargissement, ouvrant la voie à un vote d'investiture par le Parlement de Strasbourg le 27 novembre de la Commission qui succédera à l'équipe de Jean-Claude Juncker. M. Varhelyi, actuel ambassadeur de la Hongrie auprès de l'UE, était le dernier des 27 candidats à devoir être approuvé par les députés européens, qui lui avaient adressé des questions après l'échec de son audition. 

Le feu vert a été donné par le PPE (droite), les libéraux de Renew, le groupe Socialiste et démocrates, les conservateurs d'ECR et l'extrême droite d'ID, tandis que la gauche radicale et les écologistes ont voté contre, selon plusieurs sources parlementaires. «Notre approbation n'est pas un chèque en blanc», ont toutefois prévenu les socialistes, promettant de «garder un oeil vigilant» sur le Hongrois, qui «ne doit pas être l'homme de (Viktor) Orban à la Commission».

Oliver Varhelyi a été adoubé en tant que nouveau commissaire européen à l'Elargissement.
Oliver Varhelyi a été adoubé en tant que nouveau commissaire européen à l'Elargissement.
Photo: AFP

M. Varhelyi a promis qu'il travaillerait en totale «indépendance» vis-à-vis du Premier ministre hongrois, qui prend régulièrement des positions anti-UE. Il s'agissait du second choix de Budapest pour ce poste, après le rejet par les députés de Laszlo Trocsanyi dès l'examen des déclarations d'intérêt, première étape du processus de confirmation. 

Les eurodéputés avaient avalisé la semaine dernière le Français Thierry Breton au poste de commissaire européen au Marché unique et au Numérique, et la Roumaine Adina Valean aux Transports. Avec ce dernier feu vert, Ursula von der Leyen entrevoit le bout du tunnel, après les nombreuses difficultés rencontrées dans le processus de constitution de son équipe. Le rejet par le Parlement des premiers candidats hongrois, roumain et français avait déjà entraîné le report, du 1er novembre au 1er décembre, de l'entrée en fonction de son équipe.


EU and Union flags belonging to Brexit activists fly outside the Houses of Parliament in London on October 23, 2019. - British Prime Minister Boris Johnson could pivot towards a general election as the EU mulls granting a Brexit deadline extension on Wednesday, after a fresh twist to the divorce saga cast doubt over his hopes of leaving on October 31. In tense parliamentary votes on Tuesday, Johnson won initial backing for the divorce deal he agreed with the EU -- but MPs then rejected his timetable to rush it through parliament in a matter of days. (Photo by Tolga Akmen / AFP)
Les 27 s'accordent pour un report du Brexit
Les pays membres de l'Union européenne ont donné leur feu vert ce lundi pour accorder un différé de la date de sortie du Royaume-Uni jusqu'au 31 janvier 2020. Boris Johnson, de son côté, va à nouveau tenter de déclencher des élections anticipées.

L'équipe von der Leyen ne compte pas de membre britannique. Le Royaume-Uni, dont la sortie de l'UE est prévue au 31 janvier prochain, ayant refusé de présenter un candidat, la Commission a lancé contre Londres une procédure d'infraction. Une démarche avant tout juridique qui, selon une source européenne, permet au nouvel exécutif d'entrer en fonction même si cet État membre ne compte pas de commissaire. 

 Ursula von der Leyen est désormais en bonne position pour remplir l'objectif d'une prise de fonction le 1er décembre. Pour faciliter l'adoption de sa nouvelle équipe, l'Allemande avait accepté de modifier l'intitulé controversé du portefeuille du commissaire en charge des migrations, en remplaçant la «protection du mode de vie européen» par sa «promotion». 

Interrogations sur le budget de l'UE

La prochaine étape est désormais l'approbation de son collège des commissaires par le Parlement européen, lors d'un vote d'investiture prévu le 27 novembre, à la majorité des suffrages exprimés. Le résultat obtenu permettra de savoir sur quelle majorité pourra s'appuyer le nouvel exécutif, alors qu'Ursula von der Leyen avait été élue en juillet de justesse, à 9 voix près. Elle devrait théoriquement pouvoir compter sur les 444 voix des trois groupes politiques qui l'ont soutenue (la droite du PPE, les socialistes et démocrates et les libéraux de Renew), auxquelles devraient s'ajouter celles du Mouvement 5 étoiles (antisystème) et des conservateurs polonais. 

Une partie du Parlement a très mal vécu la désignation de l'Allemande par les chefs d'État au mépris du système instauré précédemment du «spitzenkandidat», qui faisait des chefs de file des familles politiques pour les élections européennes les prétendants à la présidence de la Commission. Outre le dossier migratoire, toujours brûlant, le nouvel exécutif devra s'atteler au futur budget à long terme de l'UE pour la période 2021-2027, après le départ du Royaume-Uni, qui suscite de profondes divisions. 


Sur le même sujet

Thierry Breton adoubé par les eurodéputés
Le Parlement européen a donné jeudi son feu vert au candidat français pour qu'il devienne commissaire européen au Marché unique et au Numérique, malgré les risques de conflit d'intérêts soulevés par certains groupes politiques.
La candidature de Thierry Breton a été approuvée par le PPE, les libéraux de Renew, le groupe socialiste et démocrates et les conservateurs d'ECR
Les 27 s'accordent pour un report du Brexit
Les pays membres de l'Union européenne ont donné leur feu vert ce lundi pour accorder un différé de la date de sortie du Royaume-Uni jusqu'au 31 janvier 2020. Boris Johnson, de son côté, va à nouveau tenter de déclencher des élections anticipées.
EU and Union flags belonging to Brexit activists fly outside the Houses of Parliament in London on October 23, 2019. - British Prime Minister Boris Johnson could pivot towards a general election as the EU mulls granting a Brexit deadline extension on Wednesday, after a fresh twist to the divorce saga cast doubt over his hopes of leaving on October 31. In tense parliamentary votes on Tuesday, Johnson won initial backing for the divorce deal he agreed with the EU -- but MPs then rejected his timetable to rush it through parliament in a matter of days. (Photo by Tolga Akmen / AFP)
Von der Leyen sous pression
La nouvelle présidente de la Commission européenne était sous pression jeudi pour retirer l'intitulé controversé «protection du mode de vie européen» du portefeuille du commissaire chargé du dossier migration, face aux protestations de députés européens.
TOPSHOT - European Commission President German Ursula von der Leyen smiles as she gives a press conference to announce the names of the new European commissioners, on September 10, 2019 at the European Commission in Brussels. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
Nicolas Schmit certain d'être à la Commission
Le seul candidat luxembourgeois au poste de commissaire européen se veut confiant et assure qu'il sera nommé dans les prochaines semaines à la Commission européenne aux côtés d'Ursula von der Leyen.
13.6. IPO / Min du Travail / ITV Nicolas Schmit , Loi Compte-Epargnes Temps Foto:Guy Jallay
Ursula von der Leyen peine à former sa Commission
Confirmée de justesse par le Parlement européen, la première présidente de l'exécutif européen travaille à la composition de sa future équipe, un exercice «délicat» au vu de la nécessité de composer avec les exigences des partis politiques pour obtenir leur investiture en octobre.
(FILES) In this file photo taken on July 23, 2019 outgoing president of the European Commission Jean-Claude Juncker (L) welcomes German Defence Minister and newly-appointed EU Commission Chief Ursula von der Leyen, in Brussels. - While others spend August on the beach, EU president-elect Ursula von der Leyen works on the "delicate" task of building a team to run the bloc's executive for the next five years. After she was only narrowly approved by the European Parliament, the former German defence minister faces a tricky balancing act. She is trying to accommodate the competing demands of different political parties to make sure her team survives a confirmation vote by MEPs in October. (Photo by JOHN THYS / AFP)
Ursula von der Leyen élue de justesse
Pour la première fois, la Commission européenne aura une femme à sa tête. Le eurodéputés en ont décidé ainsi, mardi 16 juillet, à Strasbourg. Mais celle qui succède à Jean-Claude Juncker est loin d'avoir fait l'unanimité.