Changer d'édition

«La Commission manque de propositions concrètes»
International 3 min. 15.09.2021
Eurodéputés luxembourgeois

«La Commission manque de propositions concrètes»

La présidente de la Commission n'a pas convaincu les eurodéputés luxembourgeois, que ce soit sur le plan de l'évasion fiscale, de la protection de l'environnement ou de l'Afghanistan.
Eurodéputés luxembourgeois

«La Commission manque de propositions concrètes»

La présidente de la Commission n'a pas convaincu les eurodéputés luxembourgeois, que ce soit sur le plan de l'évasion fiscale, de la protection de l'environnement ou de l'Afghanistan.
Photo: AFP
International 3 min. 15.09.2021
Eurodéputés luxembourgeois

«La Commission manque de propositions concrètes»

Marie DEDEBAN
Marie DEDEBAN
A l'issue du discours d'Ursula von der Leyen sur l'avenir de l'Union, les représentants des délégations luxembourgeoises au Parlement européen ont fait part de leur déception quant aux mesures envisagées par Bruxelles.

De «grands mots» mais «peu de mesures concrètes». Les chefs des délégations luxembourgeoises au sein du Parlement européen n'ont pas caché leur déception suite au discours d'Ursula von der Leyen sur l'état de l'Union européenne. Que ce soit Christophe Hansen (PPE, CSV), Marc Angel (S&D, LSAP), Charles Goerens (Renew, DP) ou Tilly Metz (Les Verts, Déi Gréng), tous se sont dits «déçus» par les propositions de la présidente de la Commission européenne, qu'ils jugent «insuffisantes».

La responsable de l'exécutif européen «s'est contentée d'ouvrir des portes mais sans avoir les moyens de les mener à bien», déplore Charles Goerens lors d'une conférence de presse. Le député Renew Europe attendait notamment des mesures concrètes sur l'évasion fiscale, quitte à «stigmatiser» les pays qui la pratiquent. 

Ursula von der Leyen a pourtant indiqué qu'un projet de loi ciblant les profits dissimulés derrière les sociétés écrans était à l'étude. Une annonce «trop vague» pour l'eurodéputé conservateur, qui assure que «le Luxembourg serait prêt à appuyer des mesures plus contraignantes».


Les paradis fiscaux attirent les banques européennes
Plusieurs établissements financiers continuent d'enregistrer 14% de leurs bénéfices dans des territoires à l'imposition favorable, calcule ce lundi l'Observatoire européen de la fiscalité. Et ce malgré les scandales pointant du doigt les multinationales pour les mêmes raisons.

Une position soutenue par Marc Angel, qui espérait lui aussi des actes «plus concrets contre les GAFA et autres multinationales», tout comme Christophe Hansen. «La Commission est beaucoup trop à l'écoute des Etats membres et du Conseil européen, ce qui l'empêche de tenir son rôle de gardienne des traités», souligne l'eurodéputé PPE. 

Un manque de poigne que les quatre élus européens ont également observé concernant la lutte contre le réchauffement climatique. «Depuis la présentation du Green Deal il y a deux ans, rien de concret n'a été fait», regrette Tilly Metz, accusant la présidente de la Commission de renvoyer le sujet «à plus tard, sans faire de propositions concrètes». Et de le mettre dans les mains des Nations unies lors de la COP26, organisée en Ecosse en novembre prochain. 

«Il y a clairement un manque de volonté de faire avancer les choses», note Marc Angel. Si l'élu européen au sein du groupe S&D salue la volonté de la présidente de la Commission d'interdire «les produits issus du travail forcé», il aurait souhaité des mesures similaires vis-à-vis des multinationales les plus polluantes.

Quant au dossier de l'Afghanistan et de l'accueil des réfugiés, là encore Ursula von der Leyen n'a pas convaincu les quatre eurodéputés. La présidente de la Commission a pourtant annoncé le versement de 100 millions d'euros supplémentaires pour éviter «un désastre humanitaire». Au final l'enveloppe dédiée s'élève donc à 300 millions d'euros. 


Accueil des réfugiés a la Mosquée de Mamer le 27/09/2015 photo Tania Bettega
Les exilés afghans au cœur d'un «flou juridique»
Alors que Jean Asselborn voit dans l'accueil de certains Afghans «une obligation morale», l'association Passerell l'appelle à revoir sa politique d'accueil. Selon elle, le tri des demandes de protection suivant la province de résidence «n'a pas de sens».

Pas de quoi satisfaire pour autant les chefs des délégations luxembourgeoises au sein du Parlement européen. «Ursula von der Leyen n'a fait que survoler la question de la politique migratoire», déplore Christophe Hansen, tandis que Marc Angel aurait souhaité qu'elle sanctionne «les Etats qui continuent de renvoyer les immigrés afghans».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Discours sur l'état de l'UE
Lors de son traditionnel discours sur l'état de l'Union prononcé mercredi devant le Parlement européen, la présidente de la Commission a indiqué que la rigueur budgétaire ne serait pas restaurée tout de suite.
European Commission President Ursula von der Leyen delivers a speech during a debate on "The State of the European Union" as part of a plenary session in Strasbourg on September 15, 2021. (Photo by YVES HERMAN / POOL / AFP)
La Cour européenne des droits de l'homme a accordé lundi une nouvelle audience à Raphaël Halet, un des informateurs à l'origine de cette affaire d'évasion fiscale. Poursuivi au Luxembourg, il entend faire annuler sa condamnation, et être reconnu comme lanceur d'alerte.
Prozess Luxleaks.Raphael Halet.Foto:Gerry Huberty
Plusieurs établissements financiers continuent d'enregistrer 14% de leurs bénéfices dans des territoires à l'imposition favorable, calcule ce lundi l'Observatoire européen de la fiscalité. Et ce malgré les scandales pointant du doigt les multinationales pour les mêmes raisons.
Alors que Jean Asselborn voit dans l'accueil de certains Afghans «une obligation morale», l'association Passerell l'appelle à revoir sa politique d'accueil. Selon elle, le tri des demandes de protection suivant la province de résidence «n'a pas de sens».
Accueil des réfugiés a la Mosquée de Mamer le 27/09/2015 photo Tania Bettega
Dans leur dernier rapport publié lundi, les experts climats de l'ONU estiment que le réchauffement de la planète devrait atteindre le seuil des +1,5°C autour de 2030, soit dix ans plus tôt que leurs dernières prévisions. Les catastrophes naturelles devraient se multiplier.
Seuls deux eurodéputés luxembourgeois voteront pour Ursula von der Leyen ce mardi. Lors d'une conférence de presse, les six parlementaires élus ont fait connaître leur point de vue sur le choix qu'ils feront pour désigner la ou le successeur au poste de Jean-Claude Juncker.
Christophe Hansen, Charles Goerens, Tilly Metz, Nicolas Schmit, Monica Semedo et Isabel Wiseler feront des choix divers pour désigner le futur président de la Commission européenne.