Changer d'édition

La colère de la rue résiste aux menaces de Trump
International 6 3 min. 03.06.2020

La colère de la rue résiste aux menaces de Trump

Comme ici à Minneapolis, le déploiement de militaires ou de policiers n'a pas empêché les Américains de protester contre les violences racistes.

La colère de la rue résiste aux menaces de Trump

Comme ici à Minneapolis, le déploiement de militaires ou de policiers n'a pas empêché les Américains de protester contre les violences racistes.
Photo : AFP
International 6 3 min. 03.06.2020

La colère de la rue résiste aux menaces de Trump

Le mouvement de protestation contre le racisme et les brutalités policières se poursuit aux Etats-Unis, malgré les pillages, les affrontements avec la police et le ton martial du président américain, déterminé à restaurer l'ordre.

(AFP) - Neuf jours après la mort à Minneapolis de George Floyd, un homme noir asphyxié par un policier blanc, la vague de contestation historique ne connaît pas de répit. Au moins 60.000 personnes ont rendu hommage mardi au défunt lors d'un rassemblement pacifique à Houston, ville du Texas où il a grandi et où il doit être enterré la semaine prochaine. «Nous voulons qu'ils sachent que George n'est pas mort en vain», a lancé le maire de la ville, Sylvester Turner. A Los Angeles, le maire Eric Garcetti a posé avec des policiers un genou à terre, symbole depuis 2016 de la dénonciation des violences policières contre la minorité afro-américaine.

A Washington, plusieurs milliers de personnes ont manifesté jusque tard dans la soirée, bravant le couvre-feu décrété par la municipalité à partir de 19h. Les abords de la Maison Blanche ont été bloqués par des barrières de métal, empêchant toute confrontation directe avec les forces de l'ordre. La capitale américaine, où plus de 300 manifestants ont été arrêtés lundi soir, «était l'endroit le plus sûr de la planète la nuit dernière», a salué sur Twitter Donald Trump, assumant le positionnement de président de «la loi et de l'ordre». Le calme régnait à Minneapolis, épicentre de cette flambée de colère.

Depuis une semaine, les troubles se sont propagés dans plus d'une centaine de villes américaines, avec des milliers d'arrestations et plusieurs morts. Donald Trump a rendu hommage mardi soir à un ancien policier tué sur une scène de pillage à Saint-Louis (Missouri). A New York, où plusieurs grands magasins de la célèbre 5e Avenue ont été pillés lundi soir, le couvre-feu nocturne a été avancé à 20h et prolongé jusqu'à dimanche. Cela n'a pas empêché plusieurs centaines de manifestants, noirs et blancs, de protester pacifiquement en scandant «George Floyd, George Floyd» ou encore «Black Lives Matter!» («la vie des Noirs compte»), cri de ralliement contre les violences policières visant les Afro-Américains.

Dans une allocution musclée, le président américain avait annoncé lundi soir le déploiement de «milliers de soldats lourdement armés» et policiers à Washington pour mettre fin «aux émeutes» et «aux pillages». Et il avait appelé les gouverneurs à «dominer les rues» tout en menaçant d'envoyer l'armée «pour régler rapidement le problème à leur place» s'ils n'agissaient pas selon ses directives. Juste avant son discours, les forces de l'ordre avaient dispersé à coups de gaz lacrymogènes de nombreux manifestants des abords de la Maison Blanche pour permettre ensuite au président de se rendre à pied devant une église emblématique dégradée la veille.

 Ce geste a été dénoncé par des dirigeants protestants et catholiques qui ont condamné un coup de communication «moralement répugnant». La maire de Washington Muriel Bowser a protesté contre l'envoi des militaires «dans les rues américaines contre les Américains», une attaque reprise par de nombreux gouverneurs démocrates. Car la crise, dans un pays déjà extrêmement divisé, prend une tournure de plus en plus politique.


Lok , Luxemburg Stadt , Bevölkerung , Demografie , Grand Rue , Foto:Guy Jallay/Luxembuzrger Wort
Le racisme reste un défi pour le Luxembourg
Si une manifestation est organisée vendredi en signe de solidarité aux afro-américains victimes de racisme, l'événement sera également l'occasion de revenir sur une problématique peu médiatisée au Grand-Duché, bien qu’existante selon les associations.

Le candidat démocrate à la présidentielle du 3 novembre, Joe Biden, a accusé mardi Donald Trump d'avoir «transformé ce pays en un champ de bataille miné par de vieilles rancunes et de nouvelles peurs». Lors d'un déplacement à Philadelphie, il a promis de «guérir les blessures raciales qui meurtrissent notre pays depuis si longtemps». L'ancien président républicain George W. Bush a lui estimé qu'il était «temps pour l'Amérique d'examiner nos échecs tragiques». Face aux protestations, qui interviennent dans des Etats-Unis où les inégalités sociales et raciales sont déjà exacerbées par la pandémie de Covid-19, Donald Trump est resté silencieux jusqu'ici sur les réponses aux maux dénoncés par les manifestants. 


Sur le même sujet

Trump veut rogner les ailes de Twitter
Ulcéré par l'attitude du célèbre oiseau bleu à son égard, le président américain a signé jeudi un décret visant à limiter la protection des réseaux sociaux et la latitude dont ils bénéficient dans la modération de leurs contenus.
In this photo illustration, a Twitter logo is displayed on a mobile phone with President Trump's Twitter page shown in the background on May 27, 2020, in Arlington, Virginia. - US President Donald Trump threatened Wednesday to shutter social media platforms after Twitter for the first time acted against his false tweets, prompting the enraged Republican to double down on unsubstantiated claims and conspiracy theories. Twitter tagged two of Trump's tweets in which he claimed that more mail-in voting would lead to what he called a "Rigged Election" this November. (Photo by Olivier DOULIERY / AFP)
Donald Trump timidement rappelé à l'ordre par Twitter
Le réseau social a signalé pour la première fois mardi des messages du président américain comme «trompeurs» mais était dans le même temps violemment attaqué pour avoir laissé le locataire de la Maison Blanche accuser, sans l'ombre d'une preuve, un ancien élu d'avoir assassiné une assistante parlementaire.
(FILES) In this file photo US President Donald Trump speaks to the press on May 22, 2020, in the Brady Briefing Room of the White House in Washington, DC. - President Donald Trump tweeted a conspiracy theory on May 26, 2020 accusing one of his media critics of murder -- and prompting a demand that Twitter block the Republican leader's "vicious lie." The president's attempt at character assassination of MSNBC host Joe Scarborough by spreading the baseless rumor to his nearly 80 million followers was only his latest foray into conspiracy theory territory. (Photo by MANDEL NGAN / AFP)
Trump sous hydroxychloroquine depuis dix jours
Le président des Etats-Unis a révélé lundi qu'il prenait ce médicament à titre préventif contre le coronavirus. Et cela au mépris des recommandations des autorités sanitaires américaines. De quoi soulever une nouvelle polémique.
US President Donald Trump speaks as he tours an Owens & Minor, Inc., medical supplies distribution center in Allentown, Pennsylvania, on May 14, 2020. (Photo by MANDEL NGAN / AFP)