Changer d'édition

Laïcité et religions accaparent la scène politique belge
International 3 min. 01.06.2021

Laïcité et religions accaparent la scène politique belge

Tous les partis politiques belges sont divisés sur la question du port du voile ou de signes religieux ostentatoires sur le lieu de travail.

Laïcité et religions accaparent la scène politique belge

Tous les partis politiques belges sont divisés sur la question du port du voile ou de signes religieux ostentatoires sur le lieu de travail.
Photo archives : Anouk Antony
International 3 min. 01.06.2021

Laïcité et religions accaparent la scène politique belge

Max HELLEFF
Max HELLEFF
Des tensions tous azimuts remettent en question le vivre-ensemble à Bruxelles et dans la partie francophone du pays.

De notre correspondant MAX HELLEFF (Bruxelles) - Les fondements de la neutralité et de la cohabitation interconvictionnelle font l’objet d’une vaste réflexion en Belgique, quand ils ne tremblent pas sous les à-coups des partis et des lobbies. Le port du voile à la Stib, la société de transports publics bruxelloise, fait ainsi l’objet d’un bras de fer entre les partis politiques membres de son conseil d’administration.


Le voile autorisé dans toutes les hautes écoles francophones belges
Admis pour tous les étudiants, le port des signes convictionnels reste toutefois prohibé pour les écoliers de l’enseignement obligatoire.

En mai dernier, un tribunal a condamné la Stib pour avoir refusé d’embaucher une femme voilée. Depuis, une bataille rangée oppose ceux qui veulent aller en appel et ne pas changer le règlement d’ordre intérieur de cette société qui compte de nombreux employés de confession musulmane, et ceux qui veulent en finir avec la laïcité exclusive et accepter le port des signes religieux dans les entreprises et les administrations publiques. Hormis les libéraux, tous les partis sont divisés en leur sein sur la question, au régional, mais aussi au national.

Le dossier est dans une impasse. Son aspect communautariste est évident. Les écologistes et les socialistes bruxellois ont tout intérêt à favoriser la communauté maghrébine de confession musulmane pour garder la mainmise sur les quartiers de la capitale où vivent les fils et filles de l’immigration. A ce stade, un accord a été trouvé pour ne pas aller en appel, mais la décision de savoir si le voile pourra être porté à la Stib a été renvoyée au gouvernement régional bruxellois… qui n’en veut pas.

Le risque n’est pas moindre de couper à terme le pays en deux.  D’un côté, Bruxelles où porter le voile aux guichets des administrations deviendrait la norme, sachant que la décision finale de la Stib si elle va dans ce sens fera certainement jurisprudence dans la capitale. De l’autre, la Wallonie et la Flandre attachées plus que jamais à la neutralité prévue par la Constitution.

Comme en une réplique, un autre chantier s’est ouvert au parlement de la Communauté française. Il s’interroge sur l’opportunité de programmer davantage de philosophie et de citoyenneté dans l’enseignement obligatoire au détriment des cours de religion ou de morale.

Moins de religion, plus de philosophie/citoyenneté

En Belgique francophone, depuis 2016, les programmes de l’enseignement officiel prévoient une heure obligatoire d’un cours de philosophie et citoyenneté (CPC). Une seconde heure peut être donnée aux élèves qui souhaitent être dispensés du reliquat de religion ou de morale. L’enseignement libre confessionnel échappe à la mesure, mais doit intégrer de la philosophie et de la citoyenneté dans d'autres cours.

La majorité actuelle (PS-Ecolo-Libéraux) voudrait franchir un pas supplémentaire et aller vers «moins de religion versus plus de philosophie/citoyenneté». Elle estime qu’il faut accélérer le mouvement : dans l’enseignement officiel, seuls 15 % des élèves de primaire et 17 % de secondaire optent actuellement pour deux heures de philosophie et citoyenneté.


Les politiques belges fans de Twitch
Les partis belges sont de plus en plus nombreux à utiliser la plateforme de diffusion en live de jeux vidéos. Un coup de jeune dans leur communication.

Dans les colonnes du Soir, un enseignant partisan de la voie laïque explique : «On se rend compte qu’atteindre les objectifs avec une heure (de philosophie et de citoyenneté) par semaine est impossible. Ce cours est présenté comme la solution à tous les maux de notre société, mais la société ne nous en donne pas les moyens.

Autre donnée de l’équation : que faire des professeurs de religion si leurs cours devaient être tout bonnement supprimés dans l’enseignement officiel? Les premières statistiques montrent que la philosophie et la citoyenneté se substituent en effet principalement à la religion catholique.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Mandaté par la Chambre des députés et le ministère de la Famille, le Liser lancera mi-juin une vaste enquête sur les perceptions des discriminations au Luxembourg. Le but: balayer le plus large possible.
Ils étaient nombreux à répondre à l'appel lancé par l'association Lëtz Rise Up.
Le sujet fait partie des thématiques d'une des cinq nouvelles pétitions publiques ouvertes à signature. Mais la question est-elle aussi "non discriminante" que ne le veut l'habituel esprit des textes soumis à avis de la population avec l'aval de la Chambre?
TO GO WITH AFP STORY BY SAMER AL-ATRUSH<br />(FILES) -- This combination picture created from AFP file images on June 19, 2009 shows Muslim women wearing a Hijab (top L), a Niqab (top R) a Tchador (down L) and a Burqa.  A French parliament report called on January 26, 2010 for a ban on the full Islamic veil, saying Muslim women who wear the burqa were mounting an "unacceptable" challenge to French values. After six months of hearings, a panel of 32 lawmakers recommended a ban on the face-covering veil in all schools, hospitals, public transport and government offices, the broadest move yet to restrict Muslim dress in France.<br />   AFP PHOTO (LtoR) CRIS BOURONCLE/FAROOQ NAEEM/BEHROUZ MEHRI/FARZANA WAHIDY
Après les cours de religion et de morale
Dès «septembre 2016», tous les élèves de l'enseignement fondamental et secondaire suivront un cours de «Vie et société» à la place des actuels cours de religion et de formation morale. Le ministre de l'Education nationale, Claude Meisch, a présenté lundi le document-cadre pour l'élaborer.
Claude Meisch a presenté le document-cadre sur lequel se basera désormais le groupe de travail chargé d'élaborer les programmes du futur cours «Vie et Société».