Changer d'édition

La Chine renonce à fixer un cap à l'économie
International 2 min. 22.05.2020

La Chine renonce à fixer un cap à l'économie

Le président Xi Jinping et le Premier ministre Li Keqiang laisseront filer le déficit public au-delà des 3,6% du PIB.

La Chine renonce à fixer un cap à l'économie

Le président Xi Jinping et le Premier ministre Li Keqiang laisseront filer le déficit public au-delà des 3,6% du PIB.
Photo : AFP
International 2 min. 22.05.2020

La Chine renonce à fixer un cap à l'économie

La Chine a affiché vendredi son triomphe face au coronavirus, mais le pays à l'origine de l'épidémie ne souhaite plus pronostiquer sur la croissance de son économie. Et d'annoncer au passage un tour de vis contre l'opposition démocratique à Hong Kong.

(AFP) - Bousculé par le virus apparu fin 2019 à Wuhan (centre), le régime du président Xi Jinping est parvenu à endiguer l'épidémie sur son sol, alors même qu'elle se propageait dans le reste du monde, faisant près de 330.000 morts. «Nous avons obtenu une réussite stratégique majeure dans notre réponse au Covid-19», a clamé le Premier ministre Li Keqiang, en ouvrant avec deux mois et demi de retard la session plénière de l'Assemblée nationale populaire, grand-messe annuelle du pouvoir communiste.

Face à des pays occidentaux peinant à maîtriser l'épidémie, Pékin vante sans complexe son modèle autoritaire. Mais il se heurte à la vindicte des Etats-Unis, qui l'accusent d'avoir tardé à réagir à l'épidémie. «C'est l'incompétence de la Chine, et rien d'autre, qui a provoqué cette tuerie de masse mondiale», avait tonné mercredi le président américain Donald Trump. Premier pays touché par le Covid-19 mais aussi premier à s'en sortir, le géant asiatique est à présent confronté à la «tâche immense» de relancer son économie, en pleine dépression mondiale, a déclaré Li Keqiang aux 3.000 députés réunis face à lui, visage masqué.


This video grab taken on May 18, 2020 from the website of the World Health Organization shows Chinese President Xi Jinping delivering a speech via video link at the opening of the World Health Assembly virtual meeting from the WHO headquarters in Geneva, amid the COVID-19 pandemic, caused by the novel coronavirus. - The World Health Organization on May 18 kicked off its first ever virtual assembly, but fears abound that US-China tensions could derail the strong action needed to address the COVID-19 crisis. (Photo by - / World Health Organization / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / WORLD HEALTH ORGANIZATION" - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS
Xi Jinping promet un vaccin contre le covid
Accusée par l'administration Trump d'avoir tardé à réagir, la Chine a promis lundi par la voix de son président de partager un éventuel vaccin et d'allouer 2 milliards de dollars au combat mondial contre la maladie.

Le succès remporté contre l'épidémie «s'est payé d'un prix élevé», a-t-il reconnu, en référence au plongeon du produit intérieur brut au premier trimestre (-6,8%, une première dans l'histoire de la République populaire). «La pression sur l'emploi a fortement augmenté», a-t-il admis. Signe de l'incertitude à laquelle le pays est confronté, M. Li s'est abstenu de fixer un objectif de croissance pour 2020 - encore une première dans l'histoire récente.

«Notre pays sera confronté à certains facteurs qui sont difficiles à prévoir», s'est-il justifié, alors que les principaux clients de la Chine, Europe et Amérique du Nord, sont en panne. En réaction au marasme généralisé, le pays va laisser filer son déficit cette année à 3,6% du PIB (contre 2,8% l'an dernier). Le Premier ministre a également annoncé l'émission d'un emprunt d'Etat de 128 milliards d'euros, auquel s'ajoute un vaste plan d'investissement de 481 milliards d'euros. 

Toujours plus pour l'armée

Si le pays n'a pas d'objectif de croissance, il prévoit tout de même d'accroître ses dépenses militaires de 6,6% cette année. Signe des difficultés économiques, ce budget, le deuxième du monde après celui des Etats-Unis, augmente moins que l'an dernier (7,5%). 

Alors que le monde est accaparé par le coronavirus, Pékin entend profiter de sa session parlementaire pour imposer sa volonté à Hong Kong, secoué l'an dernier par un colossal mouvement de protestation contre le gouvernement local pro-chinois. Une proposition de loi a été déposée vendredi pour permettre au gouvernement central d'appliquer une «loi de sécurité nationale» dans le territoire autonome, rendu par le Royaume-Uni à la Chine en 1997, sans passer par le Conseil législatif local. L'opposition démocratique hongkongaise a vivement réagi, ainsi que les Etats-Unis, qui ont mis en garde Pékin contre une loi «très déstabilisatrice». 


Sur le même sujet

Le virus pourrait ne jamais disparaître
Le coronavirus pourrait devenir une maladie avec laquelle l'humanité devra apprendre à vivre, a averti l'Organisation mondiale de la santé, alors que le bilan mondial s'approche ce jeudi des 300.000 morts.
A medical worker takes a swab sample from a man to be tested for the COVID-19 novel coronavirus in Wuhan, in China�s central Hubei province on May 14, 2020. - China has largely brought the virus under control, but the emergence of new cases in Wuhan in recent days, after weeks without fresh infections, has prompted a campaign to test all 11 million residents in the city where COVID-19 first emerged late last year. (Photo by Hector RETAMAL / AFP)
La Chine tousse, le Luxembourg frissonne
La pandémie covid-19 fait craindre des conséquences importantes sur l’économie du Grand-Duché. Franz Fayot, le ministre de l’Economie évoque un impact certain, bien que difficilement mesurable pour le moment.
TOPSHOT - A medical staff member from Jilin Province tears up during a ceremony before leaving as Tianhe Airport is reopened in Wuhan in China's central Hubei province on April 8, 2020. - Thousands of Chinese travellers rushed to leave COVID-19 coronavirus-ravaged Wuhan on April 8 as authorities lifted a more than two-month prohibition on outbound travel from the city where the global pandemic first emerged. (Photo by Hector RETAMAL / AFP)