Changer d'édition

La Chine lance une sonde vers la planète rouge
International 4 min. 23.07.2020

La Chine lance une sonde vers la planète rouge

La sonde a été propulsée par une fusée Longue-Marche 5 qui a décollé dans un épais nuage de fumée du centre de lancement de Wenchang

La Chine lance une sonde vers la planète rouge

La sonde a été propulsée par une fusée Longue-Marche 5 qui a décollé dans un épais nuage de fumée du centre de lancement de Wenchang
Photo: AFP
International 4 min. 23.07.2020

La Chine lance une sonde vers la planète rouge

Pékin à l'assaut de Mars: le géant asiatique a lancé jeudi une sonde qui va parcourir un long voyage jusqu'à la planète rouge, en pleine rivalité diplomatique et technologique avec les Etats-Unis.

(AFP) -  L'engin a été propulsé par une fusée Longue-Marche 5 qui a décollé dans un épais nuage de fumée du centre de lancement de Wenchang, sur l'île tropicale de Hainan (sud). La sonde n'arrivera pas avant 2021. Elle devra d'abord effectuer en quelque sept mois le long trajet Terre-Mars. La distance varie mais est au minimum de 55 millions de kilomètres - soit 1.400 fois le tour du monde.

Ambitieuse, la Chine espère faire lors de cette première tentative indépendante presque tout ce que les Etats-Unis ont réalisé en plusieurs missions martiennes depuis les années 1960. C'est-à-dire placer une sonde en orbite, poser un atterrisseur sur Mars, puis en faire sortir un petit robot téléguidé afin qu'il mène des analyses à la surface. En cas de réussite, le lancement donnerait un regain de prestige à Pékin face à Washington, qui vient d'ordonner la fermeture du consulat de Chine à Houston, dernier avatar de l'intense rivalité entre les deux géants du Pacifique.

La mission a été nommée «Tianwen-1» («Questions au ciel-1») en hommage à un poème de la Chine ancienne qui traite d'astronomie
La mission a été nommée «Tianwen-1» («Questions au ciel-1») en hommage à un poème de la Chine ancienne qui traite d'astronomie
Photo: AFP

«C'est manifestement un événement marquant pour la Chine. C'est la première fois qu'elle s'aventure au loin dans le système solaire», indique Jonathan McDowell, astronome au Centre Harvard-Smithsonian pour l'astrophysique, aux Etats-Unis. «Si elle réussit, ce serait la première fois dans l'histoire qu'un atterrisseur et qu'un robot téléguidé non américains fonctionnent sur Mars», souligne Chen Lan, analyste pour le site GoTaikonauts.com, spécialisé dans le programme spatial chinois. La mission a été nommée «Tianwen-1» («Questions au ciel-1») en hommage à un poème de la Chine ancienne qui traite d'astronomie.

Le robot pèse plus de 200 kilos, il est équipé de quatre panneaux solaires et de six roues, et sera opérationnel durant trois mois. Parmi ses missions: conduire des analyses du sol, de l'atmosphère, prendre des photos, ou encore contribuer à la cartographie de la planète rouge. La Chine a déjà une expérience en la matière, puisqu'elle a fait rouler deux petits robots sur la Lune, avec les «Lapins de jade» 1 et 2 - déposés respectivement en 2013 et 2019. Ces rovers «constituaient un bon entraînement» car les terrains lunaires et martiens «sont globalement similaires», selon Jonathan McDowell.

L'exploration spatiale est une source de fierté nationale

Mais la distance Terre-Mars est 140 fois plus importante que le trajet Terre-Lune. Conséquence: une plus grande lenteur des télécommunications et un voyage plus long durant lequel des défaillances peuvent survenir, souligne-t-il. Le pays asiatique n'est pas le seul à profiter de l'actuelle distance réduite Terre-Mars pour propulser une sonde vers la planète rouge: les Emirats arabes unis ont lancé la leur lundi et les Etats-Unis doivent faire de même le 30 juillet. Une concurrence Chine-USA qui évoque la course à l'espace entre l'URSS et les Etats-Unis à l'époque de la Guerre froide.

Les buts de la Chine avec cette mission? «Les mêmes que ceux de nombreuses nations spatiales», déclare Carter Palmer, spécialiste de l'espace au cabinet américain Forecast International. «L'exploration spatiale est une source de fierté nationale. L'ambition est également d'améliorer les connaissances de l'humanité vis-à-vis de Mars.»

Sans les Russes

La Chine investit des milliards d'euros dans son programme spatial, afin de rattraper l'Europe, la Russie et les Etats-Unis. Elle a envoyé son premier astronaute dans l'espace en 2003. La Chine lance également des satellites pour elle-même ou pour le compte d'autres pays. Elle vient d'achever en juin la constellation de son système de navigation Beidou - rival du GPS américain. Le géant asiatique prévoit par ailleurs d'assembler une grande station spatiale d'ici 2022. Et il espère envoyer des hommes sur la Lune d'ici une dizaine d'années.

La Chine avait déjà essayé d'expédier une sonde vers Mars en 2011 lors d'une mission commune avec la Russie. Mais la tentative avait capoté et Pékin avait ensuite décidé de poursuivre l'aventure seul. La chance sera-t-elle au rendez-vous cette fois-ci? «C'est très ambitieux pour un premier essai. A tel point que je serai surpris si la mission est une réussite totale», estime Jonathan McDowell. «C'est du 50-50», juge Chen Lan. «La Chine échouera peut-être cette fois. Mais elle réussira un jour. Car elle a la volonté, la détermination et suffisamment de ressources financières et humaines pour y parvenir.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Trump met fin au statut spécial de Hong Kong
Le président américain accentue la pression sur la Chine, après avoir annoncé mardi la fin du régime économique préférentiel accordé par les Etats-Unis à l'ex-colonie britannique. Une nouvelle loi ouvre en effet la voie à des sanctions contre la répression dans le territoire chinois.
US President Donald Trump gestures as he delivers a press conference in the Rose Garden of the White House in Washington, DC, on July 14, 2020. (Photo by JIM WATSON / AFP)
Objectif 17 août pour le satellite ESAIL
Déjà reporté à cinq reprises depuis août 2019, le tir de la fusée européenne Vega depuis le Centre spatial de Kourou est cette fois ajourné au-delà de la mi-août. A son bord, le troisième satellite produit par la société Luxspace de Betzdorf.
La capsule de SpaceX s'amarre à l'ISS
La Crew Dragon s'est arrimée dimanche sans encombre à la station spatiale internationale, avec deux astronautes de la Nasa à bord. Une étape cruciale pour cette mission qui marque le retour des lancements américains après neuf an d'interruption.
This NASA photo obtained May 31, 2020 shows a SpaceX Falcon 9 rocket carrying the company's Crew Dragon spacecraft launched from Launch Complex 39A on NASA�s SpaceX Demo-2 mission to the International Space Station with NASA astronauts Robert Behnken and Douglas Hurley onboard, at 3:22 p.m. EDT on May 30, 2020, at NASA�s Kennedy Space Center in Florida. - The Demo-2 mission is the first launch with astronauts of the SpaceX Crew Dragon spacecraft and Falcon 9 rocket to the station as part of the agency�s Commercial Crew Program. (Photo by Bill INGALLS / NASA / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO /NASA/BILL INGALLS/HANDOUT " - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS
SpaceX a lancé deux astronautes dans l'espace
SpaceX est devenue samedi en Floride la première société privée à lancer des astronautes dans l'espace, un succès historique qui offre aux Etats-Unis un nouveau moyen de transport spatial, après neuf ans d'interruption.
This handout photo released by NASA shows a SpaceX Falcon 9 rocket carrying the company's Crew Dragon spacecraft launched from Launch Complex 39A on NASA�s SpaceX Demo-2 mission to the International Space Station with NASA astronauts Robert Behnken and Douglas Hurley onboard on May 30, 2020, at NASA�s Kennedy Space Center in Florida. - The Demo-2 mission is the first launch with astronauts of the SpaceX Crew Dragon spacecraft and Falcon 9 rocket to the International Space Station as part of the agency�s Commercial Crew Program. The test flight serves as an end-to-end demonstration of SpaceX�s crew transportation system. Behnken and Hurley launched at 3:22 p.m. EDT on Saturday, May 30, from Launch Complex 39A at the Kennedy Space Center. A new era of human spaceflight is set to begin as American astronauts once again launch on an American rocket from American soil to low-Earth orbit for the first time since the conclusion of the Space Shuttle Program in 2011. (Photo by Bill INGALLS / NASA / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / NASA / BILL INGALLS" - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS
Pour SpaceX, le jour de gloire est arrivé
Une nouvelle ère spatiale s'ouvre mercredi avec le lancement de deux astronautes de la Nasa dans l'espace via une fusée privée. Il s'agit du premier vol habité à redécoller des Etats-Unis depuis neuf ans.
TOPSHOT - This handout photo released by NASA shows NASA astronauts Douglas Hurley, left, and Robert Behnken, wearing SpaceX spacesuits, are seen as they depart the Neil A. Armstrong Operations and Checkout Building for Launch Complex 39A during a dress rehearsal prior to the Demo-2 mission launch, Saturday, May 23, 2020, at NASA�s Kennedy Space Center in Florida. - NASA�s SpaceX Demo-2 mission is the first launch with astronauts of the SpaceX Crew Dragon spacecraft and Falcon 9 rocket to the International Space Station as part of the agency�s Commercial Crew Program. launch, Saturday, May 23, 2020, at NASA�s Kennedy Space Center in Florida. NASA�s SpaceX Demo-2 mission is the first launch with astronauts of the SpaceX Crew Dragon spacecraft and Falcon 9 rocket to the International Space Station as part of the agency�s Commercial Crew Program. The test flight serves as an end-to-end demonstration of SpaceX�s crew transportation system. Behnken and Hurley are scheduled to launch at 4:33 p.m. EDT on Wednesday, May 27, from Launch Complex 39A at the Kennedy Space Center. A new era of human spaceflight is set to begin as American astronauts once again launch on an American rocket from American soil to low-Earth orbit for the first time since the conclusion of the Space Shuttle Program in 2011. (Photo by Bill INGALLS / NASA / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO /NASA/Bill Ingalls  " - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS
Trump veut demander des comptes à la Chine
Le président américain a évoqué la possibilité de demander à Pékin de payer des milliards de dollars de réparations pour les dommages causés par le nouveau coronavirus, apparu dans la ville chinoise de Wuhan.
US President Donald Trump speaks during a news conference on the novel coronavirus, COVID-19, in the Rose Garden of the White House in Washington, DC on April 27, 2020. (Photo by MANDEL NGAN / AFP)